La Cour de Cassation a estimé qu’il est possible pour un employeur  de licencier ses employés par le biais d’un simple texto, si celui-ci arrive à prouver que son destinataire l’a bien lu.

Viré par simple texto ? La Cour de Cassation a indiqué qu’il était légal de virer ses employés par SMS. La seule condition est la suivante : l’employeur doit pouvoir être en mesure de prouver qu’il a bien envoyé le message et que son employé licencié l’a bel et bien reçu.

Le cas qui affole les Etats-UnisLe 4 juillet dernier, le propriétaire du restaurant Barducci's Italian Bistro, situé à Orlando aux Etats-Unis, a envoyé un simple texto à l’ensemble de ses employés pour leur annoncer la fermeture de l’établissement. "Malheureusement, des commerces sont contraints de fermer chaque jour dans tout Orlando, surtout dans le domaine de la restauration" leur a-t-il écrit.  Avant de leur expliquer qu’il travaillait "actuellement à résoudre les problèmes aussi vite que possible, y compris le paiement des derniers salaires."

Publicité
Les conseils d’un avocatEn France, Maître Eric Rocheblave, spécialiste dans les droits du travail, a déclaré au Figaro : "La lettre de licenciement par lettre recommandée n'est donc qu'un moyen légal de prévenir toute contestation sur la date de notification du licenciement. Elle n'est plus essentielle. Cette jurisprudence va à l'encontre du Code du travail." Le texto de licenciement pourrait donc se généraliser, mais attention prévient l’avocat. "La Cour de cassation a entrouvert la porte aux employeurs. Mais il faut encourager les employés victimes de ces licenciements à combattre cette jurisprudence. Lorsqu’une procédure de licenciement est jugée illégale, l’employé viré peut toucher des dommages et intérêts."