Après avoir quitté le gouvernement il y a quelques semaines, l’ancienne ministre de la Justice vient de faire valoir ses droits pour sa retraite. Mais combien peut-elle toucher ?  

L’ancienne Garde des Sceaux est officiellement retraitée, selon France Inter, lundi, qui précise qu’elle vient de faire valoir ses droits pour la retraite. "Elle n'a besoin d'aucun poste ou complément de salaire pour vivre", selon son entourage, cité par la radio. Si l’on calcule les pensions de retraite qu’elle va rapidement recevoir, il est vrai qu’elle pourra vivre sans trop de soucis.

A lire aussi - Christiane Taubira : officiellement, elle est retraitée  

L’ancienne ministre de la Justice, qui ne peut pas toucher de pension pour son poste au sein du gouvernement, a néanmoins le droit à une retraite grâce à ses postes précédents de députée de la Guyane, députée européenne et conseillère régionale de la Guyane.

2700 euros/mois pour son poste de députée de Guyane

Députée de la Guyane de 1993 à 2012, Christiane Taubira peut évidemment prétendre à une retraite pour ce poste exercé pendant un peu plus de 19 ans. En moyenne la retraite, d'un ancien député s'élève à 2700 euros nets par mois.

101,7 euros/an pour son poste de conseillère régionale

Christiane Taubira a également été conseillère régionale de la Guyane de 2010 à 2015. Pour une région de moins de 1 million d’administrés, ce qui est le cas de la Guyane, l’indemnité retraite annuelle moyenne d’un conseiller régional s’élève à 101,7 euros par année de mandat. On parle plus ici de retraite complémentaire, avec une somme qu’elle toucherait pendant environ six ans et qui complèterait ses autres revenus.

1250 euros/mois pour son poste de députée européenne

Publicité
L’ancienne ministre devrait également pouvoir toucher une retraite pour son mandat de députée européenne, effectué entre 1994 et 1999. "Pour avoir siégé au parlement européen pendant 5 ans, le député âgé de 63 ans, et plus, percevra une retraite de 1250 euros", selon francetvinfo.

En vidéo sur le même thème : Ce privilège de Taubira qui coûte cher à l'Etat