Si relever l’âge légal du départ à la retraite faisait partie des options envisagées par le gouvernement pour réformer le régime des retraites, Jean-Marc Ayrault a clairement écarté cette possibilité lors d’un entretien au JDD.

Relever l’âge légal du départ à la retraite ne sera pas une mesure mise en œuvre par le gouvernement pour réformer le système de retraite français. C’est ce qu’a affirmé Jean-Marc Ayrault dans une interview accordée au Journal du dimanche. « Nous ne toucherons pas à l'âge légal » a indiqué le Premier ministre. « Le fil conducteur de nos décisions, c'est la justice. Cette réforme traitera la pénibilité au travail, la complexité des régimes et résoudra les inégalités. Au final, nous paierons les retraites, nous préserverons les plus petites retraites, et nous pérenniserons les régimes de retraite pour les générations à venir. »

Lors de son passage sur France 2 la semaine dernière, François Hollande avait évoqué un allongement de la durée de cotisation. « Comme on vit plus longtemps, l'espérance de vie s'allonge. Il va falloir avoir des durées de cotisation plus longues. Ça, ça sera l'objet de la négociation avec les partenaires sociaux » avait annoncé le chef de l’Etat. Le gouvernement attend d’ici juin le rapport du groupe d’experts, mené par Yannick Moreau, conseillère d’Etat qui était à la tête du Conseil d’orientation des retraites, chargé de plancher sur le projet de réformer. 

Publicité
Repoussé à 62 ans d’ici 2017 par la réforme opérée en 2010, l’âge légal de départ à la retraite a toutefois été ramené à 60 ans par François Hollande quelques mois après son élection pour les travailleurs ayant démarré leur activité professionnelle avant l’âge de 20 ans. A la fin de la décennie, le système actuel devra trouver 20 milliards d’euros afin de verser leurs pensions aux retraités. Un financement qui s’annonce mission impossible avec le régime actuel. François Hollande a également annoncé jeudi dernier que la hausse des cotisations et la désindexation des retraites seraient discutées avec les partenaires sociaux pour trouver une solution à court terme, mais que ces éventuelles nouvelles mesures ne seraient « pas pour les petites retraites ».