Un accord a été trouvé entre syndicats et patronat pour sauver le régime des retraites complémentaires. Un accord qui passe par une hausse des cotisations et une baisse des revalorisations.

Sauver ce qui peut encore l'être, c'est dans cet état d'esprit que trois syndicats, CFTC, FO et CFDT, ont donné leur accord de principe au protocole concernant l'avenir financier des régimes de retraites complémentaires. Le texte proposé par le patronat prévoit une augmentation de 0,8% pour l'Arrco (régime de tous les salariés) et de 0,5% pour l'Agirc (cadres) et non de 1,75% comme cela était prévu antérieurement.

Ainsi, la revalorisation qui entrera en vigueur dès le 1er avril, sera inférieure d’un point par rapport à l'inflation. Cette baisse des pensions va permettre de réaliser une économie de deux milliards d'euros sur la période 2013-2015. Deuxième point majeur de l'accord : l'augmentation des cotisations pour le financement des retraites complémentaires. La hausse sera de 0,1 point au 1er janvier 2014 et un autre 0,1 point au 1er janvier 2015. Elle permettra de réaliser un milliard d'euros d'économie.

Publicité
Baisse du pouvoir d'achatConcrètement, cette augmentation sera répartie entre les employeurs (60%) et les employés (40%). Dans les faits, les salariés cotiseront plus et les retraités toucheront un peu moins. Des accords qui sonnent comme une baisse annoncée du pouvoir d'achat pour 11 millions de retraités français. Le texte du Medef doit encore recevoir l'accord formel des trois organisations syndicales. La CGT estime pour sa part que l'accord se fait au détriment de salariés sur le patronat, les principaux contributeurs étant les retraités et les employés. "Toutes ces décisions n'appellent pas la joie et le bonheur, mais elles sont inévitables dans le contexte actuel" a expliqué le négociateur du Medef, M. Pilliard. 
Publicité