Vidéos A la une
En raison du mauvais printemps, pluvieux et froid dans le nord de la France, les vaches ont été privées de sortie plus longtemps que prévu, ce qui a directement impacté sur leur moral. Conséquences: du travail supplémentaire pour les éleveurs, qui ont passé 3 à 4 heures de plus par jour auprès des bêtes, et qui ont également dû s'organiser différemment pour pallier la baisse de la production laitière.
Vidéos A la une
Le Salon de l'Agriculture se termine dimanche, porte de Versailles. Travail, horaires, foule, spots, bruit et chaleur, cet événement est épuisant, aussi bien pour les éleveurs que pour les animaux, qui montrent des signes de fatigue à l'approche de la fermeture de cette édition 2016.
Vidéos A la une
Moins chahuté que François Hollande lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture, Manuel Valls a tout de même été reçu, ce lundi, dans une ambiance tendue. Accompagné de Stéphane Le Foll et d'un important service de sécurité, le Premier ministre a été pris à parti par des producteurs soucieux de le sensibiliser à la crise du secteur agricole. Mais c'est le ministre de l'Agriculture qui a essuyé sifflets et quolibets à chaque prise de parole. "T'as rien compris Le Foll, va te cacher", ont lancé certains éleveurs en colère. Cette visite intervient à quelques heures de la fin des négociations commerciales entre les industriels et la grande distribution, accusés de tirer les prix vers le bas.
Vidéos A la une
Des éleveurs bovins ont aspergé avec un extincteur et de la farine le stand de Charal, marque du groupe Bigard numéro un de l'abattage en France, pour dénoncer sa politique de prix, dimanche au Salon de l'Agriculture. "Quand Bigard prend 100 euros il y a en 8 pour le producteur" ont expliqué au public les éleveurs en tee-shirt rouge marqués "Notre métier a un prix", tout en distribuant de faux billets de 100 euros.
Vidéos A la une
Lors de sa visite très chahutée, ce samedi au Salon de l'agriculture, le président de la République François Hollande a pris le temps de répondre personnellement à certaines questions posées par des éleveurs, touchés de plein fouet par la crise agricole.
Vidéos A la une
Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll on rencontré jeudi le commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan. Tout en rappelant que la France avait concédé beaucoup, Manuel Valls a demandé à ce que l'Union européenne prenne des mesures, afin d'éviter une crise agricole à l'échelle européenne. "L'État a pris ses responsabilités, a affirmé le Premier ministre. Il faut aussi que les agriculteurs, la grande distribution et les industriels prennent les leurs."
Vidéos A la une
Les principaux syndicats d'agriculteurs ont choisi de ne pas se rendre à la table ronde initialement prévue jeudi en Bretagne. Elle a été reportée, faute de participants. Les éleveurs estiment insuffisantes les annonces faites mardi par Stéphane Le Foll, qui a promis 300 millions d'euros d'aides. "Le ministre de l'Agriculture est à côté de ses pompes", a estimé l'un d'eux. Ils ont multiplié les actions symboliques tout au long de la journée. Allongés sur la chaussée pour dénoncer les risques d'asphyxie qui pèsent sur leurs exploitations, on les a aussi retrouvés déversant le contenu de leurs remorques devant la cité administrative de Rouen, un symbole. "La contrainte administrative c'est une composante du ras le bol des agriculteurs", a expliqué l'un des manifestant. Des blocages routiers ont également pris place au niveau d'Arzal. Des manifestations ont eu lieu devant la préfecture de Rennes. La plupart des barrages ont été levés ce jeudi soir. D'autres actions sont prévues la semaine prochaine
Vidéos A la une
Les agriculteurs et les éleveurs du Nord-Pas-de-Calais ont manifesté pour dénoncer des situations catastrophiques et une filière agricole en danger.
Vidéos A la une
Les agriculteurs ont mis en place plusieurs barrages routiers ce mercredi dans le Grand Ouest. Ils ont durci leur mobilisation pour réclamer des mesures face à la crise de l'élevage. Selon eux, les industriels de l'agroalimentaire achètent le porc, le lait et la viande bovine à des cours trop bas. Mais ils ne veulent plus des aides de l'Etat. "Le Foll a annoncé 290 millions d'euros mais ce n'est pas ça qu'on veut", a expliqué un des manifestants. "Nous on veut un retour de la valeur sur nos exploitations et le partage de la valeur entre les différents maillons de la filière", a-t-il ajouté. Les éleveurs demandent aussi à ce que l'origine de la viande des plats préparés soit mentionnée. Malgré les perturbations sur la route, les automobilistes se sont montrés compréhensifs. "Quelques heures de retard c'est pas grand-chose par rapport à leurs problèmes", a relativisé l'un d'eux. Le premier syndicat agricole, la FNSEA, a exigé de Stéphane Le Foll une prise d'initiative forte à Bruxelles afin que les choses bougent. Dans le cas contraire, les blocages seront intensifiés.
Vidéos A la une
Zoom sur le blocage de l'accès du SPACE (Salon International de l'élevage) à Rennes par des convois de tracteurs.
Vidéos A la une
Les acteurs de la filière porcine ont annoncé que le marché du porc breton, fermé depuis une semaine, rouvrirait mardi à 11 heures. Ce signal positif ne signe toutefois pas la fin de la crise. Cooperl et Bigard, les deux industriels qui s'étaient retirés du marché, n'ont pas assisté à la réunion de crise. Une nouvelle réunion a été fixée au 27 août.
Vidéos A la une
Les acteurs de la filière porcine ont rendez-vous dès lundi au ministère de l'Agriculture pour tenter de trouver une issue à la crise de la filière qui a connu la semaine passée un nouveau rebondissement avec la suspension de la cotation au Marché du porc breton (MPB). Si aucun accord n'est trouvé, les éleveurs menacent de reprendre leurs actions et la cotation au marché du porc breton pourrait une nouvelle fois, être reportée.
Vidéos Argent/Bourse
Le 13 août, Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP), était l'invité du Grand Journal, présenté par David Dauba, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Proposé depuis un an, le logo "viande française" se trouve dans les rayons des grandes surfaces, mais il n'est pas obligatoire. "On a des produits faits en France à partir de matières premières qui ne sont pas françaises. Quand ça n'est pas écrit, le doute persiste", déplore Stéphane Donckele, représentant de la FNSEA en Seine-Maritime. Mardi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a évoqué le sujet.
Vidéos A la une
Des agriculteurs ont investi la cuisine centrale de Lille pour vérifier l'origine des produits servis aux consommateurs.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/7U5qWfUY . Les jeunes agriculteurs de ...
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/CU64HKNr . Focus sur le blocage de ...
Vidéos A la une
PARIS - 28 JUILLET 2015 - Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé que les jeunes éleveurs en difficulté pourraient bénéficier d'un report du remboursement de leur dette, dans le cadre du plan d'urgence dévoilé la semaine dernière pour cette filière en crise. Le gouvernement assure tout faire pour apporter une réponse rapide, pragmatique et durable. Stéphane Le Foll lance donc un appel "à la responsabilité" des éleveurs.
Vidéos A la une
Interview de Bernard Mogenet, président de la FDSEA de Savoie dans le cadre de la mobilisation des producteurs qui sont déterminés à défendre leur pouvoir d'achat.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, les industriels, les distributeurs et les producteurs de lait sont arrivés à un accord, vendredi après-midi sur une hausse du prix du lait. Cette hausse de quatre centimes ne satisfait que modérément les producteurs laitiers. "Si les producteurs de lait ne gagne pas leur vie, ils ne resteront pas producteur de lait, donc on n'a pas réglé tous les problèmes", a signalé Thierry Roquefeuille, président de la fédération des producteurs de lait.
Vidéos A la une
Stéphane Le Foll s'est exprimé à la mi-journée après avoir rencontré l'ensemble des opérateurs de la filière lait. "On aura à mettre en oeuvre l'accord qui a été passé aujourd'hui avec un point d'étape en septembre ", a déclaré le ministre de l'Agriculture au sujet de la revalorisation du prix du lait.
Vidéos A la une
Les agriculteurs ont levé leurs barrages pour converger vers la Confluence pour rencontrer le président de la FNSEA.
Vidéos A la une
Réçus des mesures annoncées par le gouvernement, les agriculteurs ont entamé le blocage de Lyon. Les principaux axes de la ville ont été touchés.
Vidéos A la une
Les agriculteurs prévoient de bloquer la ville de Lyon pour protester contre le plan du gouvernement.
Vidéos A la une
Le gouvernement a défendu devant l'Assemblée nationale, mercredi, son plan de 600 millions d'euros pour venir en aide aux éleveurs en détresse face au faible prix au kilo de la viande bovine. "L'État indique la route, l'État est ferme, met des moyens mais les autres acteurs doivent aussi s'engager", affirme Guillaume Garot. Le député PS pointe du doigt la responsabilité des grandes surfaces et des collectivités territoriales.
Vidéos A la une
Les exploitants agricoles ont été reçus en préfecture de Lille. A la sortie de cette réunion les producteurs se sont dit satisfaits.
Vidéos A la une
Les clients d'un supermarché de Brugnac, dans le Lot-et-Garonne, ont eu la surprise de faire leur course, mercredi, au milieu des cochons. Des éleveurs de la région ont lâché les bêtes pour montrer leur insatisfaction au sujet des propositions gouvernementales pour face à leur situation professionnelle critique. "Sortie du côté un peu humoristique d'avoir emmené les cochons, c'est profondément un cri d'alerte qu'on lance à la population", explique Pierre Brosz, éleveur de porcs du département.
Vidéos A la une
Les représentants de la FNSEA se sont exprimés à la mi-journée ce mercredi après la présentation par Manuel Valls et Stéphane Le Foll des grandes lignes du plan d'aide aux agriculteurs. "Nous apprécions la mobilisation personnelle du Premier ministre après celle du chef de l'Etat en fin de semaine dernière. Il y a déjà beaucoup de dispositifs déjà actés. On nous ressert déjà beaucoup de choses. Ce que nous attendons aujourd'hui, ce sont des mesures nouvelles", a déclaré Xavier Beulin, président de la FNSEA.
Vidéos A la une
Les éleveurs en colère bloquent toujours ce mercredi le périphérique de Caen pour la troisième journée consécutive. A Rouen, les agriculteurs occupent la place Saint-Paul et le pont Mathilde. Des tracteurs bloquent les accès et des pneus ont été déposés sur la route. A Cholet, des éleveurs ont déversé du fumier devant un abattoir de Charal. Tous attendent des mesures concrètes du gouvernement et espèrent très vite une hausse des prix.
Vidéos A la une
Invité de BFMTV et RMC mercredi, Florian Philippot, vice-président du Front national, a dit partager le constat de Marion Maréchal-Le Pen selon laquelle les éleveurs ne sont pas de "cette France qui brûle les voitures". "Lorsque vous avez des racailles qui brûlent des voitures mais n'ont rien à revendiquer, ce n'est pas un mouvement social qui doit être écouté", approuve Florian Philippot. Pour lui, "derrière la crise des éleveurs il y a la crise des oubliés, une France qui souffre en silence".

Pages

Publicité