Vidéos à la une
Outre-Manche, les agriculteurs et les éleveurs sont très attachés à l'Europe. La raison ? Chaque exploitation touche en moyenne plus de 35.000 euros de subventions par an dans le cadre de la Politique agricole commune. De quoi militer pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.
Vidéos à la une
Les éleveurs ont mené ce dimanche une nouvelle action au salon de l'agriculture pour dénoncer leurs conditions de travail. Ils ont pris pour cible le stand de la marque Charal, rachetée en 2007 par Bigard et accusée de faire "mourir les éleveurs". "Bigard paye la viande au prix le plus bas [...]. C'est lui qui fait des profits et les producteurs n'ont rien au bout", explique l'un des manifestants.
Vidéos à la une
L'Elysée avait anticipé un moment rude mais il n'a jamais été question d'annuler le déplacement. François Hollande a vécu ce samedi une inauguration du Salon de l'Agriculture très tendue dans un monde agricole qui redoute la disparition pure et simple. Malgré la colère qui a éclaté une heure après son arrivée, sa visite aura duré six heures. Il s'agit de la plus courte jamais réalisée mais sans doute de la plus longue pour lui.
Vidéos à la une
Etranglés par la chute des cours et le prix d'achat de leurs produits, les agriculteurs ont décidé de continuer leur action ce lundi en bloquant la ville bretonne de Vannes. Les tracteurs ont perturbé la vie de la commune toute la journée. Une lutte qui dure depuis cinq semaines. En région lyonnaise, trois entrepôts approvisionnant les grandes surfaces sont bloqués. À Caen, des producteurs laitiers ont déversé des remorques de fumiers sur le périphérique et mercredi une manifestation importante est organisée à Rennes.
Vidéos à la une
À Saintes, en Charente-Maritime, des dizaines de tracteurs ont bloqué l'accès à la ville lundi matin. Ils protestaient contre les annonces faites par le gouvernement. Ces manifestants demandent à être mieux rémunérés par la grande distribution et à obtenir un prix garanti sur la production.
Vidéos à la une
Manuel Valls a fait savoir ce vendredi soir qiu'il recevra les dirigeants de la grande distribution lundi. À Poitiers, les agriculteurs se sont mobilisés ce vendredi contre les prix de la grande distribution sur les parking des supermarchés.
Vidéos à la une
FOCUS. Laurent Wauquiez, le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne veut favoriser les produits français dans la restauration collective. Pourtant selon Sodexo, fournisseur principal des restaurants collectifs 90% du porc proposés est français, 100% des produits laitiers et des steaks hachés sont français, et 85% de la volaille 50% de la viande bovine est française. Une idée qui ne semble pas révolutionnaire car elle est déjà pratiquée beaucoup en France.
Vidéos à la une
Ce mardi, François Hollande a reçu les syndicats agricoles à l'Élysée. Xavier Beulin, président de la FNSEA, a pris la parole à la sortie de la réunion. "S'il n'y a pas un signal fort de l'Europe, on aura beaucoup de difficultés à tempérer les ardeurs", a-t-il déclaré face aux caméras.
Vidéos à la une
Les agriculteurs français s'engagent ce mardi dans une nouvelle journée de mobilisation contre la chute des prix. Leur représentant a été reçu à l'Elysée par François Hollande. Le président de la FNSEA a confié son impuissance à contenir la colère des agriculteurs, il a appelé l'Europe à "un signal fort". Le président de la République a promis d'en parler avec la chancelière allemande, Angela Merkel, lors de leur rencontre dimanche prochain.
Vidéos à la une
Une dizaine de producteurs de lait français se sont envolés pour le Vatican pour être reçus ce mercredi matin par le pape François en personne. Boris Gondouin, président national de l'association des producteurs de lait indépendants, a détaillé en direct sur LCI ce qu'il ressort de l'entretien avec le souverain pontife.
Vidéos à la une
Après la trêve du week-end, les agriculteurs bretons ont repris leur mouvement ce lundi à l'aube. Alors qu'ils bloquent la RN165 bloquée dans les deux sens à Lorient, l'un d'eux détaille leurs revendications au micro de LCI.
Vidéos à la une
Alors que les éleveurs de l'Ouest de la France protestent contre les prix trop bas de leur production, d'autres réussissent à s'en sortir. C'est le cas des filières qui travaillent pour un label. L'élevage d'ovins de Damien Fraysse, à Escamps dans le Lot, est estampillé "Agneau fermier du Quercy". Sa famille avait 20 hectares en 1734, elle en compte 300 aujourd'hui. Et leurs brebis élevées en plein air se portent mieux que jamais.
Vidéos à la une
Il y a six mois, le gouvernement débloquait dans l'urgence, 600 millions d'euros pour soutenir financièrement les agriculteurs. Vincent et Olivier sont éleveurs bovins en Normandie, ils ont décidé de tout vendre et de se consacrer à la culture des céréales. Avec l'augmentation des charges, ils sont dans le rouge chaque mois. Pierre attend l'aide de l'État : une enveloppe de 3.000 euros pour lui permettre une bouffée d'air mais la situation reste difficile. Pour les producteurs, les prix ne remontent toujours pas, il n'y a pas d'amélioration, ni d'augmentation, l'accord n'est pas équilibré.
Vidéos à la une
Quelque 5.000 agriculteurs européens en difficulté, avec des délégations principalement venues de Belgique, de France et d'Allemagne, devraient rallier la capitale belge dès le début de la matinée lundi. Ils viennent crier leur colère sous les fenêtre de la Commission européenne où se réunissent les ministres de l'agriculture.
Vidéos à la une
Venus d'un peu partout en France, les 1500 tracteurs qui ont marché sur Paris jeudi sont repartis par l'autoroute, avec pour certains 600 kms à parcourir. Pour cette vingtaine d'agriculteurs du Cher, la nuit passée dans une ferme du Loiret n'a pas suffit à chasser l'amertume, encore bien présente au moment du départ ce vendredi.
Vidéos à la une
De nombreux agriculteurs avaient le sentiment jeudi de repartir les mains vides et sans rien de concret ce jeudi à l'issue du discours du Premier ministre. Mécontents, certains ont confié à Marlène Seguin, journaliste à LCI, vouloir bloquer le périphérique parisien "plus longtemps que ce qui était prévu."
Vidéos à la une
Une très grande majorité de Français comprend le mouvement des agriculteurs, venus de toute la France manifester en tracteurs à Paris, indique un sondage Tilder-LCI-OpinionWay publié jeudi.
Vidéos à la une
Céline Imart, vice-présidente des "Jeunes agriculteurs", était l'invité de "La Newsroom" ce jeudi pour réagir à l'annonce faite quelques heures plus tôt par Manuel Valls, d'une nouvelle série d'aides au monde agricole. "Dire qu'on repart le coeur léger, non ça n'est pas le cas" a-t-elle expliqué.
Vidéos à la une
Frédéric Delpech, chef du service politique de LCI, a décrypté l'intervention de Manuel Valls jeudi, alors que les agriculteurs ont investi les rues de Paris pour protester contre la fin des quotas laitiers et la concurrence des grandes surfaces sur les prix. Ce qu'il faut retenir.
Vidéos à la une
Nicolas Juven, responsable de Polyculture dans la Drome, a réagi à la nouvelle série d'aides annoncée par Manuel Valls ce jeudi et dont s'est fait l'écho le président de la FNSEA, Xavier Beulin, devant les milliers d'agriculteurs massés avec plus de 1.500 tracteurs sur la place de la Nation à Paris. "Ça n'a jamais été aussi pire" a-t-il résumé.
Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé ce jeudi des rallonges financières au plan d'urgence pour les éleveurs annoncé le 22 juillet, indiquant qu'en comptant l'État, la Région et l'Europe, les aides totales aux agriculteurs sont portées à "3 milliards d'euros en 3 ans".
Vidéos à la une
Des agriculteurs venus de toute la France avec plus de 1.000 tracteurs convergeaient mercredi vers Paris pour réclamer, jeudi, des aides supplémentaires et des réformes de fond face à l'effondrement des cours. "Ils ont vraiment envie qu'on les comprenne, qu'on les entende et puis qu'on puisse résoudre leur problème" a expliqué Xavier De Giacomoni, qui accompagne d'éleveurs bretons.
Vidéos à la une
Anne De Loisy, auteure de "Bon appétit!", était l'invitée du "17-19" ce mercredi sur LCI pour parler de la crise du porc. Elle a présenté le "système des circuits courts en achetant directement auprès de l'éleveur" comme une solution d'avenir.
Vidéos à la une
Au Ministère de l'agriculture, la colère gronde. Tous les acteurs de la filière de la viande porcine étaient réunis ce jeudi pour discuter du prix de la viande. Il est établi à 1 euro 40 depuis le 1er juin. C'est deux centimes de plus qu'en Allemagne. Là-bas, la production est presque 3 fois plus importante qu'en France.
Vidéos Argent/Bourse
La Cooperl, numéro un du porc en France, a annoncé qu'elle serait de nouveau absente jeudi de la séance de cotation du marché du porc breton (MPB). "Comme nous n'avons aucune nouvelle supplémentaire, effectivement on maintient notre position", a ainsi confirmé Patrice Drillet, éleveur de porc et président de la Cooperl.
Vidéos à la une
Journaliste au service politique de LCI, Cyril Adriaens a décrypté l'intervention du Premier ministre ce vendredi en Avignon qui a notamment déclaré que la France devrait "dépasser" 1% de croissance en 2015, estimant que "l'hypothèse du gouvernement d'une croissance de 1% pour l'année 2015 en moyenne annuelle est plus que jamais confortée".
Vidéos à la une
La revalorisation du tarif de la viande de porc à 1,40 euros le kilo de carcasse a été un coup de semonce pour les industriels. Ces prix versés aux éleveurs sont pour eux trop élevés, comparés au marché européen. En Espagne par exemple, le kilo vaut 1,20 euros. Mais il existe d'autres raisons à cette hausse. La France paie notamment les pots cassés du boycott russe sur les importations de produits alimentaires.
Vidéos Argent/Bourse
La sécheresse n'a pas laissé les cultures indemnes dans 67 départements de France. La Creuse est la plus touchée. Les agriculteurs se serrent les coudes. Pour faire face à la pénurie, ils sont obligés d'entamer les réserves de fourrage de l'hiver. Une solution d'appoint en attendant des aides de l'État.
Vidéos à la une
Les agriculteurs allemands sont solidaires de leurs homologues français, car ils souffrent souvent des mêmes maux, mais agacés par les tentatives d'incriminer l'Allemagne et les remèdes envisagés par Paris.
Vidéos à la une
Au lendemain des accords sur les prix du lait et de la viande, jugés par certains insuffisants, les éleveurs restaient mobilisés ce samedi dans plusieurs régions de France. Ils ont mené moins d'actions, mais très symboliques devant des supermarchés, et sur les routes des vacances.

Pages

Publicité