Jacques CHEMINADE
(SOLIDARITE ET PROGRES)

Le candidat

Jacques Cheminade est né à Buenos Aires, en Argentine, le 20 août 1941. Il arrivera en France à l’âge de 18 ans, et a, de ce fait, la double nationalité, française et argentine. Après avoir obtenu le baccalauréat, il poursuit ses études à HEC (école des Hautes études commerciales), dont il sort diplômé en 1963, puis obtient une licence en droit en 1965 avant d’entrer à l’École nationale d’administration (ENA), dans les rangs de la promotion Jean-Jaurès. Entre 1969 et 1981, il est fonctionnaire du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie puis attaché commercial pour l’ambassade de France aux États-Unis. C’est dans ce cadre qu’il rencontre, en 1974, Lyndon LaRouche, président de l’US Labor Party. Cette rencontre est fondamentale pour Jacques Cheminade, qui établit à cette date son engagement politique. Il rentre en France en 1977, pour y défendre les idées de LaRouche, de son propre aveu. Il se présente en 1978 aux élections législatives, à Paris, mais n’obtient que 0,12 % des voix. Il abandonne la fonction publique en 1981, et devient à cette même date le secrétaire général du Parti ouvrier européen, qui est la branche française du mouvement présidé par Lyndon LaRouche. Il ne réussit pas à obtenir le nombre de parrainages suffisant pour se présenter à l’élection présidentielle de 1981, au cours de laquelle il apporte son soutien à Valéry Giscard d’Estaing, notamment parce que celui-ci défend le nucléaire, contrairement à François Mitterrand qui promet un moratoire sur la question s’il est élu. En 1983, dans un communiqué, il alerte sur la menace d’un nouveau fascisme, qui serait, selon lui, fomenté par le complot de certains ministres socialistes contre François Mitterrand, puis, en 1984, dans un article, il estime que Mitterrand est un agent du Kremlin. 

En 1995, ayant cette fois réussi à réunir le nombre de parrainages indispensables, il se présente à l’élection présidentielle, où il obtient, au premier tour, 0,27 % des voix. À la suite de cette campagne présidentielle, plusieurs polémiques émergent, d’une part sur l’équité du temps de parole dans les médias audiovisuels, qui n’aurait pas été respectée – ce que la Commission nationale de contrôle de la campagne pour l’élection du Président de la République confirmera – et, d’autre part, sur l’invalidation des comptes de campagne de Jacques Cheminade par le Conseil constitutionnel, dont la pertinence sera questionnée par un membre du même Conseil constitutionnel. En 2002, il ne parvient pas à obtenir les 500 parrainages pour se présenter à l’élection présidentielle, mais il parvient à présenter une liste en Île-de-France pour les élections européennes de 2004. En 2007, n’ayant pas eu le nombre de signatures d’élus requis, il appelle à voter pour Ségolène Royal. En 2012, il réussit à se présenter à l’élection présidentielle, mais n’obtient que 0,25 % des suffrages exprimés au premier tour.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE LA LAICITE

Jacques Cheminade estime que l’homme est responsable de la nature, mais il pense que les écologistes politiques se trompent quand ils veulent préserver la nature au détriment des hommes. Il remet ainsi en cause les conclusions des climatologues, qui indiquent que le réchauffement climatique est la conséquence des activités humaines sur le climat. Il pense que le réchauffement climatique n’est que l’effet d’un cycle répété au cours de l’histoire, et que la visée des grandes conférences comme la COP21 n’est rien d’autre que de mener au malthusianisme. Par ailleurs, Jacques Cheminade souhaite que le pétrole soit exclusivement utilisé par l’industrie pétrochimique et non plus comme carburant, et que les constructeurs automobiles inventent des véhicules fonctionnant à l’électricité et à l’hydrogène, encouragés en cela par l’État.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DES IMPOTS

En ce qui concerne la fiscalité, Jacques Cheminade souhaite créer une TVA sociale, censée renchérir le coût des importations et éviter les délocalisations. Cette TVA ne serait appliquée que sur les produits de luxe et n’étant pas de première nécessité. Il veut par ailleurs réorganiser l’impôt sur le revenu et la CSG, en taxant les revenus du capital et non plus ceux du travail, en augmentant la progressivité de l’impôt sur le revenu et son taux maximal. Il veut supprimer les niches fiscales dont sont bénéficiaires les grandes entreprises, les personnes percevant de hauts revenus et détenant des patrimoines importants. Sur le long terme, il souhaite fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG et intégrer l’ISF (impôt sur la fortune) dans une imposition sur le patrimoine, liée aux successions.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’IMMIGRATION

Dans le domaine de l’immigration, Jacques Cheminade estime qu’il faut s’attaquer aux “racines” du problème, notamment en aidant les pays d’émigration – principalement africains – à obtenir une réelle indépendance et à développer leur économie, pour mettre fin aux migrants économiques. Pour cela, il veut annuler la dette des pays d’Afrique, encourager le micro-crédit et le commerce équitable. Il souhaite que le Parlement fixe, chaque année, des quotas de migration, par métier et secteur économique disponibles en France, et non en fonction des origines ethniques ou géographiques. Il veut que l’immigration familiale soit conditionnée à une évaluation des facultés d’intégration de la famille sur le territoire français.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’EDUCATION

En matière d’éducation, Jacques Cheminade veut déclarer “l’état d’urgence éducative”, en redéfinissant les missions et le suivi des élèves pendant les heures de permanence, afin de lutter contre les inégalités. Pour cela, il veut valoriser les salaires des enseignants notamment en début de carrière, augmenter le nombre d’enseignants auprès des élèves en difficulté et la dotation horaire des collèges, donner des crédits pour la formation dans les langues étrangères. Il envisage d’embaucher des enseignants retraités pour former les enseignants de demain. Il souhaite que l’éducation redevienne une carrière attractive. Enfin, il veut mettre en place une politique volontariste pour l’emploi des jeunes et la formation professionnelle.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE LA SANTE

Dans le domaine de la santé, Jacques Cheminade dénonce la privatisation galopante du système de santé à l’heure actuelle et le démantèlement des CHU (centres hospitaliers universitaires), qui sont à la fois un centre de recherche, un lieu de soins et un institut de formation, tout en servant d’évaluation du système de soins. Il entend défendre les hôpitaux publics, et dans un cadre plus large, le service public, qui est un des fondements de la France selon lui. Il veut abandonner pour cela la logique purement comptable et la tarification à l’activité, et supprimer les déserts médicaux en rétablissant une carte hospitalière permettant d’avoir accès à des soins de qualité, à proximité et à un prix modéré.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DU TERRORISME

Jacques Cheminade estime que les mesures anti-terroristes telles qu’adoptées le 21 juillet 2016 sont suffisantes pour combattre le terrorisme, mais qu’elles sont mal appliquées à l’heure actuelle. Il entend donc, s’il est élu, mettre en place un centre de lutte anti-terroriste, dépendant à la fois du ministère de l’Intérieur et du président de la République. Il veut que les différents services de renseignements intérieur et extérieur, français et européen, collaborent véritablement et échangent les informations qu’ils détiennent. Il veut rétablir le renseignement de proximité, pour permettre les infiltrations sur le terrain, et sécuriser les espaces publics en conjuguant les obstacles physiques fixes et la présence de personnels physionomistes et comportementalistes.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’ECOLOGIE

Jacques Cheminade estime que l’homme est responsable de la nature, mais il pense que les écologistes politiques se trompent quand ils veulent préserver la nature au détriment des hommes. Il remet ainsi en cause les conclusions des climatologues, qui indiquent que le réchauffement climatique est la conséquence des activités humaines sur le climat. Il pense que le réchauffement climatique n’est que l’effet d’un cycle répété au cours de l’histoire, et que la visée des grandes conférences comme la COP21 n’est rien d’autre que de mener au malthusianisme. Par ailleurs, Jacques Cheminade souhaite que le pétrole soit exclusivement utilisé par l’industrie pétrochimique et non plus comme carburant, et que les constructeurs automobiles inventent des véhicules fonctionnant à l’électricité et à l’hydrogène, encouragés en cela par l’État.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE LA DELINQUANCE

En matière de délinquance, Jacques Cheminade veut créer une préfecture de police par département, fonctionnant comme celle de Paris, et dont le préfet tiendra le rôle de référent des polices municipales des différentes villes et de la police nationale, mais sera aussi un intermédiaire entre les maires et l’État. Il veut rétablir la police de proximité, en l’armant et en la formant mieux et en faisant de la prévention – avant la sanction – sa priorité. Enfin, il veut supprimer la politique du chiffre, qui oblige les policiers à privilégier les résultats chiffrés sur l’efficacité. Pour éviter que le passage entre petite délinquance et terrorisme ne se fasse, il veut construire 10 000 places supplémentaires en prison, et ce, également, pour que les conditions de détention dans les prisons s’améliorent.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’EMPLOI-ENTREPRISES

Dans le domaine de l’emploi et des entreprises, Jacques Chemindade veut donner la priorité aux PME sur les grandes entreprises, notamment en abaissant l’impôt sur les sociétés de 33 % à 30 %, avec un taux de 18 % pour les entreprises faisant moins de 1 million d’euro de bénéfices et un taux minimal de 15 % pour toutes les entreprises, afin que le fossé entre la fiscalité sur les PME et celle sur les entreprises du CAC40, capables d’optimisation fiscale, se réduise. Il veut supprimer les allègements de charges sur les heures supplémentaires et exonérer de charges patronales les contrats de plus d’un an signés avec des jeunes de moins de 25 ans, pour promouvoir et encourager l’emploi des jeunes. Il entend créer 100 000 postes d’aides maternelles et 100 000 postes d’aides à domicile pour les personnes âgées.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’ENDETTEMENT

Pour mettre fin au poids de la dette publique, Jacques Cheminade veut sortir du système actuel, en déclarant un état d’urgence économique et financier, et en sortant de l’Union européenne et de la zone euro. Il souhaite imposer une séparation stricte entre les banques d’affaires et les banques commerciales, pour éviter les abus bancaires et les emprunts dits toxiques. Jacques Cheminade veut nationaliser la Banque de France, que serait alors gouvernée par un Conseil du crédit. Enfin, il veut que l’État émette un crédit productif, au bénéfice des PME et des PMI. Ce crédit productif sera rendu possible par le renforcement de la Caisse des dépôts et consignations et de la Banque publique d’investissement.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’EUROPE

Jacques Cheminade souhaite que l’Europe et les États-Unis renoncent à leur approche géopolitique centrée sur l’Atlantique pour coopérer davantage avec les BRICS (acronyme pour Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – South Africa en anglais), et ce, afin d’éviter qu’une politique d’affrontement avec la Chine ou la Russie ne mène à une guerre dont l’issue nucléaire serait fatale. Il est le virulent défenseur d’une nouvelle route de la soie, proposée par la Chine, et destinée à promouvoir la paix et à favoriser la relance économique, par une politique volontariste de grands travaux et de recherche scientifique. Par ailleurs, il estime que la politique internationale passe par des projets communs et internationaux de conquête spatiale.

CE QUE PENSE JACQUES CHEMINADE DE L’INTERNATIONAL

Jacques Cheminade souhaite que l’Europe et les États-Unis renoncent à leur approche géopolitique centrée sur l’Atlantique pour coopérer davantage avec les BRICS (acronyme pour Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – South Africa en anglais), et ce afin d’éviter qu’une politique d’affrontement avec la Chine ou la Russie ne mène à une guerre dont l’issue nucléaire serait fatale. Il est le virulent défenseur d’une nouvelle route de la soie, proposée par la Chine, et destinée à promouvoir la paix et favoriser la relance économique, par une politique volontariste de grands travaux et de recherche scientifique. Par ailleurs, il estime que la politique internationale passe par des projets communs et internationaux de conquête spatiale.

Rechercher les résultats de votre ville

Un sondage Harris Interactive* publié ce samedi 4 novembre 2017 révèle le taux de confiance que les Français accordent à Emmanuel Macron 6 mois après...

L’ancien candidat de la droite à l’élection présidentielle aurait l’intention de revenir sur l’affaire qui a entaché sa campagne. Celui qui se rêvait à...

Brigitte Macron : une surprise de taille à l'Élysée

Alors que Brigitte Macron est en pleine installation dans son bureau de l'Élysée, son directeur de cabinet croule sous les courriers à son...