A quelques jours du premier tour des élections municipales, une ancienne collaboratrice du maire sortant UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis), Eric Raoult, l’accuse de l’avoir sexuellement et moralement agressée.

©AFP

A quelques jours des municipales,  cette affaire promet de faire du bruit. Candidat à sa propre succession à la mairie du Raincy, l’UMP Eric Raoult se retrouve désormais visé par une plainte pour harcèlement sexuel et moral. Agnès Desmaret, une ancienne collaboratrice de l’édile, l’accuse en effet de lui avoir fait des avances qu’elle a toujours refusées et d’avoir ensuite saboté sa carrière.

"Tes seins sont notés triple A"Selon Le Figaro qui a révélé cette affaire et qui assure avoir pu consulter des SMS envoyés par Eric Raoult à l’ancienne directrice du centre communal d’action sociale (CCAS) de la ville, le maire lui aurait envoyé plusieurs messages déplacés, et parfois même graveleux. "Je veux vivre pour vous. Vous êtes trop belle et intelligente", aurait ainsi reçu Agnès Desmaret le 1er mars 2012 ou encore : "Tes seins sont notés triple A" et "vous êtes très désirables et vous le savez", le 11 novembre 2011.

"Je ne peux plus travailler avec vous !"Toujours selon les informations du quotidien, en mars 2012 Eric Raoult aurait demandé à sa collaboratrice de l’accompagner pour un voyage d’affaires au Maroc. Sur place, le maire de Raincy lui aurait envoyé une dizaine de SMS déplacés et l'invitant dans ses bras. Mais alors qu’Agnès Desmaret aurait tout refusé en bloc, Eric Raoult le lui aurait fait payer à leur retour en France. "Agnès, peut-on se voir lundi ? Après ce séjour, il sera difficile de collaborer, dans un climat de réelle confiance. (...) Je ne peux plus travailler avec vous ! Je le regrette. Le maire du Raincy", lui aurait-il en effet envoyé alors qu’elle devait être titularisée sous peu, rapporte Le Figaro.

Publicité
De son côté, Eric Raoult reconnaît qu’il y a "eu un litige salarial avec Agnès Desmaret, mais absolument pas un litige sexuel". Le maire du Raincy dénonce un véritable "coup bas" à quelques jours du premier tour des municipales.

Vidéo sur le même sujet : "Près de 15 000 ont été envoyés" à Agnès Desmaret

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité