Vidéos à la une
Interview de Jean-Patrick Fillet, secrétaire départemental du Front Nation sur l'indisponibilité de mandats des candidats du FN pour les prochaines élections législatives en Vendée. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Revue du web
« Loyal au Président comme au candidat, il a le profil idéal ! » s'enflamme un baron socialiste. En quelques jours, Bernard Cazeneuve est devenu..
Revue du web
Après avoir lancé un appel à «l'unité et loyauté» envers le candidat socialiste désigné par la primaire de la Belle Alliance, le patron du PS..
Vidéos à la une
Le parti du président Serge Sarkissian a largement remporté les élections législatives de ce dimanche en Arménie. C'étaient les premières élections organisées dans ce pays depuis la réforme constitutionnelle de 2015 qui instaurera un régime parlementaire à partir de fin 2018. Le Parti républicain, au pouvoir, est arrivé nettement en tête avec plus de 49 % des voix et devrait donc former le nouveau gouvernement. De son côté, la coalition d'opposition menée par l'homme d'affaires Gaguik Tsaroukian a réuni plus de 27 % des votes. Elle avait fait campagne sur l'incapacité du gouvernement actuel de lutter contre la pauvreté et la corruption. Le scrutin a été étroitement surveillé par des observateurs européens de l'OSCE. Plusieurs dirigeants de l'opposition ont dénoncé des irrégularités, des violations du secret du vote et des votes multiples. Le pays avait déjà connu des violences post-électorales après des accusations de fraudes en 2008. 10 personnes étaient mortes dans ces affrontements. Elections législatives en Arménie : le parti au pouvoir donné vainqueur https://t.co/gvmWKNlmiQ- Le Monde (@lemondefr) 2 avril 2017 Législatives en Arménie: le parti présidentiel remporte un scrutin contesté https://t.co/rYh3vnMt0L pic.twitter.com/lg9EeZMWok- RFI (@RFI) 2 avril 2017
Revue du web
C'est une petite musique qui monte. Si beaucoup d'élus les Républicains ont enterré tout espoir de victoire de François Fillon à la.
Revue du web
Le glas des députés et sénateurs-maires a sonné. Les élus cumulards vont devoir choisir entre leur fonction nationale ou locale. La règle, qui..
Revue du web
« Tu me fais rire, j'ai l'impression de me voir quand j'étais jeune ! », lui a lancé Nicolas Sarkozy lors de leur dîner le 1er mars chez lui,..
Revue du web
«Stupéfait» — selon son expression — des doutes sur sa capacité à constituer une majorité parlementaire. Visiblement irrité, aussi. Emmanuel..
Revue du web
Le PS va-t-il survivre à la présidentielle ? La température est brutalement montée entre Benoît Hamon et Manuel Valls après nos informations..
Vidéos à la une
Interview de Christophe Arnaudy, secrétaire départemental du PCF, pour nous parler de l'ambition du parti pour les prochaines législatives. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Revue du web
C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes, et ça, Jean-Marie Le Pen l’a bien compris. Invité de marque de la première Fête du..
Revue du web
L'affaire François Fillon et les révélations que certains députés emploient des proches pour compléter leur rémunération font beaucoup cogiter.
Revue du web
5 362,91 euros net. C’est la rémunération que touche chaque mois nos députés. Une somme confortable, mais pas suffisamment pour dissuader certains..
Revue du web
Conférences, interviews, selfies : ils ne se privent jamais d'une occasion de s'afficher ensemble. Aux Pays-Bas, Geert Wilders, fondateur et..
Revue du web
Restos du coeur, fondations ou encore travaux de voirie: la «réserve» de quelque 80 millions d'euros distribuée par les députés en 2016 aux..
Vidéos Argent/Bourse
Après un début d'année très fébrile, les marchés européens se portent beaucoup mieux. Comment expliquer cette bonne tenue des marchés ? Alors que l'Europe fera face à de nouveaux événements dans les mois qui viennent, doit-on s'en inquiéter ? - Avec: Wilfrid Galand, directeur du conseil en investissements chez Neuflize OBC. Et Igor de Maack, gérant chez DNCA Finance. - Good Morning Business, du lundi 30 mai 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos à la une
De 'nombreuses irrégularités'. Voilà ce que déplore la Cour constitutionnelle de Centrafrique, qui annule les résultats des élections législatives du 30 décembre dernier. Les résultats de la présidentielle, organisée le même jour sont quant à eux validés. Les deux candidats arrivés en tête, Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra vont donc s'affronter au second tour pour devenir président de la République. Reste à fixer la date de ce second tour de la présidentielle. Il va falloir également choisir le jour des nouvelles élections législatives et s'assurer que le scrutin, cette fois, se déroulera dans de bonnes conditions. Après trois ans de trou noir politique et sécuritaire, le principal enjeu de ces nouveaux rendez-vous électoraux maintes fois repoussés est un enjeu colossal. Celui de ramener la paix dans le deuxième pays le plus pauvre du monde.
Vidéos à la une
Les élections législatives en Espagne auront lieu dimanche prochain, mais les partis traditionnels n'attirent plus autant. Droite et gauche ont déçu les Espagnols, notamment les jeunes qui font face à un chômage très élevé. Les partis citoyens Podemos et Ciudadanos ont en revanche le vent en poupe. "Nous sommes à un moment clé de l'histoire démocratique espagnole et ce sont les jeunes qui ont le plus à perdre, parce qu'ils sont confrontés à un problème très important, le chômage", a expliqué David Pac, professeur de Sciences Politiques à Saragosse.
Vidéos à la une
Le secrétaire d'État chargé de la Réforme territoriale André Vallini s'est prononcé, jeudi dans Politique matin, en faveur de l'instauration d'une part de proportionnelle aux élections législatives de 2017. "De la proportionnelle intégrale sûrement pas, a tranché André Vallini. Une dose de proportionnelle, cela avait été envisagée et annoncée par François Hollande (...) mais moi je ne suis pas opposé à une dose de proportionnelle pour les législatives. Il faut que tous les courants politiques soient représentés. Cela peut aider à débloquer le système politique français." Selon la radio Europe 1 le président de la République aurait pourtant renoncé, au vu des résultats du Front national aux élections régionales, à inclure une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale, comme il s'y était engagé en 2012.
Vidéos à la une
Les héritiers d'Hugo Chavez ont subi une défaite cuisante lors des élections législatives au Venezuela. L'opposition vénézuélienne a en effet remporté dimanche la majorité parlementaire (99 sur 167 sièges) pour la première fois en 16 ans. Ce scrutin a aussi été marqué par l'exaspération populaire face à la crise économique ayant vidé les supermarchés de ce pays pétrolier. Au vu de cet important revers électoral, le chavisme est-il bel et bien enterré ? - Avec: Philippe Chalmin, professeur à l'Université Paris-Dauphine. Et Adeline Joffres, Docteur en science politique, présidente du Geiven (Groupe d'Etudes Interdisciplinaire sur le Venezuela). - Les Décodeurs de l'éco, du lundi 7 décembre 2015, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Ahmet Davutoglu peut laisser éclater sa joie. Le Premier ministre turc a réussi la mission que lui avait confiée le président Erdogan : redonner la majorité absolue à l'AKP. Après la victoire, il s'est adressé à ses partisans depuis son fief de Konya, en Anatolie centrale. 'C'est un jour de modestie, car c'est la victoire de notre nation. J'espère que nous serons à la hauteur des attentes pendant les quatre prochaines années et que nous serons encore là en 2019. Que Dieu nous protège de la honte. Que Dieu vous protège du mal', a-t-il lancé à la foule. Qualifié de 'marionnette d'Erdogan' par ses détracteurs, Ahmet Davutoglu ressort grandi après cette victoire, qui efface son cuisant revers lors des législatives du 7 juin et l'échec des négociations avec les autres partis en vue de former une coalition. La stratégie de l'AKP s'est révélée payante. Recep Tayyip Erdogan s'est mis davantage en retrait pour laisser plus de place à son Premier ministre. Et il fut moins question du projet de régime présidentiel, considéré comme l'une des raisons du recul de l'AKP lors du précédent scrutin. Ahmet Davotuglu avait pris la tête du Parti pour la justice et le développement en août 2014, après avoir occupé pendant cinq ans le poste de ministre des Affaires étrangères. Il partage la même vision de la Turquie que le président Erdogan : celle d'une puissance islamique régionale. En permettant à l'AKP de retrouver la majorité absolue au Parlement, le Premier ministre conforte sa position de leader politique et renforce le pouvoir du President. Mais pour Cengiz Aktar, professeur en Affaires turques à l'université Bahçesehir, cela pourrait ressembler aussi à un cadeau empoissonné. 'Erdogan va-t-il abandonner ses rêves d'un nouveau régime, un régime présidentiel, sans séparation des pouvoirs ? Car il doit avant tout faire face à de nombreux défis. Comment va-t-il gérer la question kurde ? Comment va-t-il affronter les problèmes économiques ? Car la Turquie est dans une impasse.' Bien d'autres défis attendent le Premier ministre après cette victoire, à commencer par la Syrie et le problème de l''infiltration des djihadistes au sein de la société turque.
Vidéos à la une
Lors des législatives anticipées de ce dimanche, l'AKP a remporté une victoire haut la main. 'La volonté du peuple s'est exprimée, il n'y a pas d'autre choix que celui de la stabilité', a déclaré le Président turc Recep Tayyip Erdogan. 'J'espère que ce sera ce qu'il y a de meilleur pour notre pays. Je demande au peuple de ne faire qu'un, soyons frères et soeurs, tous ensemble en Turquie'. Le choix de la stabilité semble avoir pris le dessus, dans un pays rongé par les divisions depuis des mois. Avec plus de 49 % des voix, les islamo-conservateurs, au pouvoir depuis treize ans, renouent avec la majorité absolue qu'ils avaient perdue lors du scrutin de juin dernier. Le HDP, le parti pro-kurde, entré au Parlement il y a quatre mois, reste représenté malgré un score en baisse. Ce dimanche, des heurts ont éclaté à Diyarbakir, le fief kurde du sud-est du pays. L'Union européenne attend les conclusions des observateurs internationaux sur le scrutin, et s'est engagée à travailler avec le futur gouvernement turc.
Vidéos à la une
Le parti de l'AKP du président Erdogan va-t-il remporter les élections législatives anticipées qui se déroulent ce week-end en Turquie. Pour les conservateurs du pays, cela ne fait aucun doute. Mais même si le parti ne remporte pas la majorité absolu, comme le prédisent les derniers sondages, Recep Erdogan ne serait pas menacé.
Vidéos à la une
Il n'y avait pas foule dans les bureaux de vote au Caire pour le second tour des législatives. Seuls quelques électeurs ont rempli leur devoir civique. Une quasi-indifférence qui contraste avec les législatives de 2011, les premières libres et démocratiques. Organisées quelques mois après la chute d'Hosni Moubarak, elles avaient suscité l'enthousiasme. Quatre ans plus tard, l'euphorie est retombée. Au premier tour déjà, le taux de participation n'avait pas atteint les 30 %. 'Les jeunes ne participent pas à ces élections. Il y a sûrement quelque chose qui sonne faux. Nous voyons toujours les mêmes vieux visages du Parti National démocrate de l'ex-président Moubarak et c'est inacceptable, surtout après les grandes révolutions dont a été témoin l'Egypte', dit un homme. Les Frères musulmans en 2011, Mohamed Morsi un an plus tard, le général Sissi depuis l'année dernière et qui a éliminé toute opposition de la scène politique. C'est trop d'instabilité pour les Égyptiens. 'Les Égyptiens sont fatigués de devoir se rendre aux urnes encore et encore. La deuxième chose, c'est que les jeunes ont décidé de boycotter ces élections parce que les régimes politiques qui ont gouverné le pays après les deux révolutions n'ont pas réussi à répondre aux exigences et à atteindre leurs objectifs. Le plus important par exemple, c'est la justice sociale, la création d'emplois et de meilleurs revenus pour donner l'espoir d'un avenir meilleur aux jeunes', explique l'analyste politique Heshman Mahran. Mohammed Shaikhibrahim, euronews: 'L'aversion politique pour cette élection reflète sans aucun doute les problèmes profonds qui affligent encore les Égyptiens. Comme les observateurs l'ont fait remarquer, la conséquence sera un parlement faible qui ne représentera pas la majorité populaire'.
Vidéos à la une
La discrète candidate conservatrice du parti Droit et Justice (PiS), Beata Szydlo, a remporté hier les législatives. Une victoire qu'elle doit avant tout à son mentor, le président du parti Jaroslaw Kaczy ski. Célébrant hier sa victoire, l'ancien Premier ministre a rendu hommage à son défunt frère jumeau. 'Il y a dix ans, Lech Kaczy ski était élu Président de Pologne. Si je le mentionne aujourd'hui, ce n'est pas seulement parce que c'est le 10e anniversaire, mais parce que sans lui, nous ne serions pas là, il n'y aurait pas de droite unie'. La droite décroche une majorité absolue après une campagne principalement portée contre l'immigration, au grand dam de la chef du gouvernement sortant, Ewa Kopacz. La candidate libérale-démocrate de la Plateforme civique rappelle que son parti a cumulé deux mandats consécutifs. 'Nous n'aurions jamais eu deux mandats successifs si le peuple polonais ne nous avait pas faits confiance. Rappelez-vous que ces huit années ne sont pas perdues. Je n'ai aucun doute, la Pologne est aujourd'hui plus belle.' Arrivé troisième du scrutin, le nationaliste Pawel Kukiz semble s'imposer sur la scène politique polonaise. Cet ancien rockeur s'oppose aux droits des homosexuels, et à l'immigration. Un discours qui fait mouche dans un pays attaché aux valeurs catholiques et familiales traditionnelles. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
La situation économique de la Turquie est alarmante. Après les élections législatives du 7 juin dernier, la livre turque a connu une chute record face au dollar et à l'euro, le pays connaît un ralentissement des investissements internationaux et une stagnation des marchés internes. Du côté de l'inflation, les chiffres ont grimpé plus que prévu pour atteindre 8 % en septembre, le pouvoir d'achat est en baisse et la croissance tourne au ralenti. Un constat qui inquiète à la veille des élections législatives anticipées. Elles doivent avoir lieu le 1e novembre. Pour l'économiste turc indépendant Arda Tunca, l'économie turque est confrontée à deux problèmes, l'instabilité politique et les conflits régionaux. euronew: Les Turcs sont à nouveau appelés aux urnes, 5 mois seulement après les dernières législatives. Une courte période durant laquelle de nombreux incidents importants se sont produits. Comment évaluez-vous l'aspect économique de la Turquie à la veille de ces élections anticipées ? Arda Tunca: 'Nous sommes dans une situation de stagnation économique, malgré une faible croissance. Notre performance économique a chuté et nous trouvons cette croissance insuffisante. En réalité, la Turquie est affectée par son environnement régional, notamment par les nombreux incidents malheureux qui ont lieu à la frontière sud. Tout le monde se concentre sur la Syrie et ce pays est notre voisin. Tous les développements dans la zone ont affecté récemment la politique turque. En conséquence, la Turquie est confrontée au problème de l'accueil des réfugiés qui coûte environ 8 milliards de dollars. À ce jour, nous avons dépensé beaucoup d'argent pour ça. Il y a 2 millions de réfugiés en Turquie qui paie un lourd tribut. Voilà pourquoi je dis que nous sommes affectés par les incidents régionaux. Il faut aussi mentionner la situation en Russie, la stagnation de la croissance économique mondiale. La Turquie a été affectée par tout cela'. Également problématique, l'instabilité politique en Turquie. En juin, le Parti de la justice et du développement (AKP), le parti au pouvoir, a pour la première fois perdu la majorité absolue qu'il détenait au Parlement depuis 2002. Depuis, toutes les tentatives pour former un gouvernement de coalition ont échoué et le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, dirige un gouvernement provisoire. 'Pour cette raison, la Turquie à sérieusement besoin d'un gouvernement, d'une coalition ou autre... Un gouvernement qui obtiendra la confiance du parlement, qui sera en mesure d'élaborer une feuille de route et de prendre des décisions économiques fortes après les élections du 1e novembre', estime Arda Tunca. Autres points noirs pour l'économie turque. Après deux années de prospérité, générée par la trêve dans le conflit des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan avec l'État turc, les combats entre le PKK et l'armée turque ont repris. Les tensions sont exacerbées. Le 10 octobre dernier, 102 personnes sont mortes à Ankara dans un double attentat visant un rassemblement de l'opposition prokurde. La pire attaque terroriste de l'histoire de la Turquie.
Vidéos à la une
ATHENES - 21 AOUT 2015 - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a annoncé dans un message télévisé ce jeudi soir qu'il allait présenter sa démission et celle de son gouvernement. Il demandera par conséquent au Président de la République, Prokopis Pavlopoulos, d'organiser de nouvelles élections législatives en septembre.
Vidéos à la une
C'est le retour potentiel de Mahinda Rajapakse sur la scène politique qui est le réel enjeu et inconnu du scrutin. Mahinda Rajapakse, battu lors des élections présidentielles de janvier 2015, tente un retour aux affaires, en devenant Premier ministre. Il a en effet regné sur le pays sans partage pendant dix ans. En 2004, il succède à Chandrika Kumaratunga. L'homme, au sourire carnassier, veut aujourd'hui prendre sa revanche, sept mois après avoir échoué à se faire élire pour un troisième mandat. Et pour cela, il compte bien capitaliser encore une fois sur sa plus grande réussite : la défaite infligée aux Tigres tamouls en 2009, mettant fin à 26 ans d'une guerre civile qui a fait 70 000 morts et 140 000 disparus. Les tamouls, de religion hindoue, réclamaient la création d'un état indépendant. La majorité cinghalaise, bouddhiste, leur a toujours reproché d'avoir été privilégiés par les colons anglais. En 2009, après plusieurs tentatives de paix, les forces sri lankaises lancent un ultime assaut sur la dernière ville aux mains des rebelles. Les Tigres tamouls sont alors retranchés sur un territoire de treize kilomètres carrés, encerclés par l'armée. Le 16 mai, ils finissent par rendre les armes. 'Je m'adresse à vous en ce moment historique, où notre pays se débarrasse du terrorisme, et répond aux espoirs qui animent depuis des décennies les Cingalais, les Tamouls, les musulmans, les Burghers et les Malais de ce pays' déclare alors Rajapakse devant le parlement, savourant sa victoire. L'île de l'océan Indien, située au sud de l'Inde, compte vingt millions d'habitants. Les trois quarts de la population sont cinghalais, et bouddhistes. Les tamouls hindouistes représentent 15% de la population, et vivent dans le Nord et l'Est. Malgré une réconciliation fragile, la fin de la guerre a permis à l'ancien président d'acquérir une popularité toujours vivace chez les cingalais. Mais les atteintes aux droits de l'Homme, et surtout la corruption, et un penchant pour l'autoritarisme ont finalement raison de lui. Dès 2010, des manifestations réclamant sa démission éclatent dans le pays. C'est dans ce contexte qu'arrive au pouvoir Maithripala Sirisena, un homme sobre et d'origine modeste. Il promet de rééquilibrer le pouvoir et de lutter contre la corruption. Il est difficile de juger son bilan, après seulement huit mois. Les électeurs ont le choix entre revenir en arrière, ou bien donner sa chance au nouveau président pour garantir une majorité stable en reconduisant à la tête du gouvernement Ranil Wickremesinghe, son actuel Premier ministre, et tourner ainsi la page Rajapakse. Les Sri Lankais attendent aujourd'hui surtout des emplois, et une bonne gouvernance. Parmi les dossiers à régler par le prochain gouvernement, il y a la restitution aux Tamouls des terres qui leur ont été confisquées par l'armée, et plus globalement la réconciliation entre Tamouls et Cinghalais.
Vidéos à la une
Au Sri Lanka, les bureaux de vote ont fermé ce lundi à 16 h, heure heure locale, au terme de législatives placées sous protection renforcée. 74 000 policiers et gendarmes ont surveillé le scrutin. Avec ces élections, l'ancien homme fort du pays, Mahinda Rajapakse, président pendant près de dix ans jusqu'à son échec à la présidentielle de janvier, tente de revenir sur le devant de la scène en devenant Premier ministre. Un grand nombre de ses proches sont englués dans des accusations de corruption. Son principal adversaire est le Premier ministre sortant Ranil Wickremesinghe, à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis janvier. Celui-ci accuse Mahinda Rajapakse de chercher avant tout à obtenir l'immunité parlementaire face à d'éventuelles poursuites. Même si les sondages sont sujet à caution au Sri Lanka, le Premier ministre sortant fait figure de favori. Les résultats sont attendus mardi.
Vidéos à la une
En Haïti, quelques 6 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche. Ce scrutin législatif aurait dû se tenir en 2011 et n'a cessé d'être repoussé depuis. Motif de ces reports : un bras de fer entre le pouvoir exécutif et l'opposition. Le 1er tour de ces législatives est donc censé marquer un début de sortie de la crise politique qui paralyse le pays. Le souci des autorités : éviter des débordements violents. 'La police fera tout pour garantir le bon déroulement du scrutin dans les bureaux de vote, a affirmé Mosler Georges, directeur exécutif du Conseil électoral provisoire (CEP). J'appelle donc tous les électeurs à se rendre dans les bureaux de vote, pour donner le plus de légitimité aux résultats de ce scrutin.' L'incertitude sur le taux de participation La question est effectivement de savoir quel sera le taux de participation. Au vu du peu d'engouement durant la campagne, les observateurs s'attendent à une faible participation, les Haïtiens manifestant depuis longtemps une défiance vis-à-vis de leurs élus. > Lire article Législatives en Haïti: des électeurs peu enthousiastes. Les Haïtiens sont censés désigner, en plus des députés, les sénateurs et les maires. D'ici à la fin de l'année, ils doivent également élire un nouveau président qui succédera à Michel Martelly. Ils auront ainsi renouvelé la quasi-totalité des leurs élus. Pour aller plus loin - Législatives 2015, un point de plus pour la démocratie

Pages

Publicité