A côté des grandes phrases et beaux discours des politiques il y a ce que les journalistes appellent le "off". Ces déclarations non officielles censées rester hors micros et caméras. Mais qui finissent toujours, ou presque, par être divulguées. La preuve.

Politiques

"Tous des ploucs"Un influent journaliste politique venant de perdre son père est contacté par Nicolas Sarkozy. Le ministre de l’Intérieur de l’époque lui transmet son soutien. Le journaliste est touché par ce geste élégant. Quand Sarkozy a alors les mots de trop :  "Tu le savais pas ! Dans le milieu de la politique, ce sont tous des ploucs sans aucune attention pour les autres. Mais je suis quasiment une exception... "

 

"On va vous niquer"En 2008, alors que tous les représentants des partis sont présents autour de lui, Nicolas Sarkozy lance à François Hollande : "Vous nous avez bien emmerdés avec Le Pen pendant des années. Maintenant, on va vous niquer avec Besancenot."

 

"Je ne peux plus le voir"Lors d'une conversation privée avec Barack Obama, le 3 novembre dernier au G20 de Cannes, Nicolas Sarkozy s’en prend au premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou : "Je ne peux plus le voir, c'est un menteur", lance-t-il.

 "Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours !", lui aurait rétorqué Barack Obama, selon le site Arrêt sur images qui rapporte leurs propos.

 

Publicité
"Borloo à la présidence ? c’est de la rigolade"A propos de Jean-Louis Borloo, en lice pour être nommé à Matignon au printemps 2011, Sarkozy déclare à un élu UMP  de haut vol : "Jean-Louis Borloo à la présidence de la république ? Non, mais c’est de la rigolade. C’est une plaisanterie. Non, Jean-Louis est un type intelligent, sympathique. Il a du charisme. Mais la présidence ! Franchement, on rigole…"