En cas d'échec aux élections législatives, les ministres qui se présentent devront quitter leur poste au gouvernement. Un risque plus ou moins grand pour certains.

 

Contexte

Publicité
Ils sont 25 ministres (sur 34) à se présenter aux élections législatives qui auront lieu le 10 juin. Et tous savent bien qu'en cas d'échec, ils devront quitter sans tarder le gouvernement, comme l'a annoncé Jean-Marc Ayrault (mercredi 16 mai sur France 2).

 

Une règle d'exemplarité qui découle d'un principe simple : un ministre ne remportant pas le suffrage universel des électeurs perd sa légitimité à gouverner au sommet de l'Etat.

Si la plupart des ministres en lice pour les législatives n'ont a priori rien à craindre, d'autres, en revanche, prennent un plus gros risque.

Publicité