En dehors de la campagne officielle, qui bat son plein dans l'entre-deux tours, une autre bataille se relaie entre Hollande et Sarkozy : sur Facebook, de nombreux internautes affichent clairement leurs positions pour convaincre leur entourage.

Chacun peut l'avoir plus ou moins remarqué : parmi ses contacts Facebook (130 amis en moyenne) certains ont pris parti. Et affichent clairement sur le site, via des arguments illustrés, leur préférence pour l'un ou l'autre des candidats. Voire leurs "consignes" de votes…

Facebook, nouveau champ d'expression politique personnelle des citoyens ? ou ultime recours pour faire pencher la balance ? Jacques-Edouard Dufour, spécialiste des médias sociaux à LSF interactive nous éclaire sur le sujet.

Planet.fr : Y a-t-il un pic de revendications politiques sur Facebook durant l'entre-deux tours, de la part des utilisateurs ?Jacques-Edouard Duffour : C'est difficile de juger le phénomène dans son ensemble, car Facebook appartient (en théorie) à la sphère privée… Et l'on ne peut donc se fier qu'à ses propres contacts. Mais il semble en effet qu'une espèce de mouvement émerge de la part des internautes pour défendre leur candidat, et plus particulièrement Nicolas Sarkozy.

 

Pourquoi le candidat de droite semble-t-il ressortir davantage ?Nicolas Sarkozy a du retard à rattraper. Il est en position de challenger par rapport à François Hollande. Ses soutiens tentent donc de convaincre les indécis (dans leur entourage) en affichant pourquoi, selon eux, il ne faut pas voter Hollande. 

Quels genres de messages diffusent-ils ? Ils pointent plus les défauts de Hollande que les qualités de Sarkozy. Il y a beaucoup de contenus très négatifs, méchants, des attaques à l'encontre du candidat socialiste…

 

Pourquoi sur Facebook particulièrement ?C'est sans doute plus facile de s'exprimer ici que dans la "vraie vie". Facebook sert d'exutoire en quelque sorte. De plus, cela est censé rester dans la sphère privée.

 

Publicité
Afficher sa préférence politique sur son profil ne peut-il pas nuire à sa réputation ?Les 5 ou 10 vrais amis que l'on a sur Facebook ne risquent pas d'être choqués car en principe ils connaissent déjà vos opinions et les partagent même sans doute pour la plupart. Cela reste donc du domaine de la sphère privée. Mais les autres personnes sont de simples connaissances plus ou moins éloignées. Il est parfois dans ce cas-là, en fonction du nombre de contacts etc.,  plus difficile de définir les limites entre public et privé… avec tous les "risques" que cela peut comporter. 
Publicité