Vidéos à la une
Avec : Yves-Marie Cann, directeur des éudes politiques chez Elabe. - Chaque jour, Jean-Jacques Bourdin accueille dans son QG celles et ceux qui suivent la politique. Les Français demandent le renouvellement de la classe politique, RMC propose de "nouvelles têtes".
Vidéos à la une
Le premier tour de l'élection présidentielle a lieu ce dimanche, en France. Les enquêteurs des instituts de sondage sont mobilisés comme pour chaque élection mais ils doivent, cette fois, faire face à une difficulté supplémentaire: les bureaux de vote ne ferment pas à 18h mais à 19h. "L'estimation est basée sur les premiers bulletins de vote dépouillés dans une sélection de bureau de vote", explique Yves-Marie Cann, directeur des études politiques chez Elabe. "Nous avons décidé de travailler sur un échantillon de bureaux de vote plus étendu que par le passé (...) 30 minutes après la fermeture des bureaux de vote, nous aurons suffisamment de bulletins de vote dépouillés".
Vidéos à la une
Selon une estimation Elabe pour BFMTV, l'abstention pour le premier tour de l'élection présidentielle serait de 20%, ce dimanche. La participation serait alors semblable à celle de 2012, nettement inférieure à celle de 2007 mais nettement supérieure à celle de 2002. "Cela veut dire que l'indécision des Français qui était réelle n'était pas du désintérêt", estime Bernard Sananès, directeur de l'institut Elabe.
Vidéos à la une
Selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express publié ce lundi, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se qualifieraient pour le second tour de l'élection présidentielle avec, respectivement, 23% et 24% des intentions de vote au premier tour. Cependant, François Fillon à 19,5% et Jean-Luc Mélenchon à 18% sont loin d'être éliminés selon Bernard Sananes, président de l'institut Elabe: "On est encore dans les marges d'erreur entre les quatre premiers (...) C'est vrai qu'il y a deux favoris mais qui ne sont plus que des favoris légers (...) François Fillon et Jean-Luc Mélenchon peuvent encore espérer se qualifier. Cela semble beaucoup plus compliqué pour Benoît Hamon qui tombe nettement sous la barre des 10%", a-t-il affirmé.
Vidéos à la une
Jean-Luc Mélenchon poursuit sa dynamique. Selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express réalisé, ce mercredi, après le grand débat présidentiel, le candidat de la France insoumise s'établit désormais à 17% d'intentions de vote, gagnant 2 points en une semaine. Il creuse ainsi l'écart avec Benoît Hamon (9%) et se rapproche de François Fillon (19%).
Vidéos à la une
Un sondage Elabe pour BFMTV et L'Express réalisé après le grand débat présidentiel de ce mardi révèle que les deux favoris à l'élection présidentielle accusent une légère baisse dans les intentions de vote. Emmanuel Macron perd deux points par rapport au précédent sondage et s'établit désormais à 23,5%. Le candidat En Marche! fait jeu égal avec Marine Le Pen qui tombe au même pourcentage, chutant pour sa part de 0.5%.
Vidéos à la une
Avec : Yves-Marie Cann, directeur des études politiques de l'institut Elabe. - Chaque jour, Jean-Jacques Bourdin accueille dans son QG celles et ceux qui suivent la politique. Les Français demandent le renouvellement de la classe politique, RMC propose de "nouvelles têtes".
Vidéos à la une
Dans un dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express paru ce mardi, Marine Le Pen (26%) et Emmanuel Macron (25,5%) sont au coude à coude au premier tour. Le fondateur d'En Marche réalise une belle percée mais ses électeurs sont aussi ceux de l'avis est le moins fixé: seuls 45% sont convaincus de leur choix. C'est beaucoup moins que Marine Le Pen (79%) et que François Fillon (73%).
Vidéos à la une
Selon les résultats du sondage Elabe pour BFMTV et l'Express publié ce mardi, Marine Le Pen et Emmanuel Macron arriveraient nettement en tête et quasiment au coude à coude au premier tour de l'élection présidentielle. La candidate du FN recueille 26% d'intentions de vote et le candidat du mouvement En Marche! 25,5%. François Fillon arrive en troisième place avec 19% d'intentions de vote devant Benoît Hamon avec 13,5 % et Jean-Luc Mélenchon qui capitalise 12% des voix.
Vidéos Argent/Bourse
Les Français jugent sévèrement le bilan d'Emmanuel Macron à son poste, selon un sondage exclusif d'Elabe pour BFMTV. Pour 43% des sondés, l'action du ministre de l'Économie s'est révélée "négative". Ainsi, seuls 36% des Français disent souhaiter une candidature de l'actuel locataire de Bercy à la présidentielle de 2017. Pour autant, "Emmanuel Macron bénéficie d'une certaine bienveillance, compte tenu de sa relative nouveauté dans le paysage politique", selon Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d'Elabe. - 18h l'heure H, du mercredi 13 juillet 2016, présenté par Pauline Tattevin et Matthieu Jolivet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Les Français jugent sévèrement le bilan d'Emmanuel Macron à son poste, selon un sondage exclusif d'Elabe pour BFMTV. Pour 43% des sondés, l'action du ministre de l'Economie s'est révélée "négative". Ainsi, seuls 36% des Français disent souhaiter une candidature de l'actuel locataire de Bercy à la présidentielle de 2017. Pour autant, "Emmanuel Macron bénéficie d'une certaine bienveillance compte tenu de sa relative nouveauté dans le paysage politique", selon Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d'Elabe. - 18h l'heure H, du mercredi 13 juillet 2016, présenté par Pauline Tattevin et Matthieu Jolivet, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Florian Philippot est revenu sur le dernier sondage Elabe pour BFMTV selon lequel Marine Le Pen inquiète 64% des Français. Sur BFMTV, le vice-président du Front national juge que ce baromètre n'est pas représentatif de la réalité, car la présidente du parti arriverait "souvent en tête dans les scenarios d'intention de vote". Selon lui, l'inquiétude qu'elle suscite ne serait que le fruit de "dizaines d'années de diabolisation". "Un système financier oligarchique qui défend sa place va diaboliser le seul vrai adversaire cohérent et puissant et il va essayer de vous faire peur", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
Dans le cadre du rendez-vous mensuel "Objectif 2017: ce que veulent les Français", Mathieu Rouaud s'est penché sur les problématiques liées à l'éducation nationale. Face à l'absentéisme des enseignants, 87% des Français proposent de créer une agence d'intérim pour assurer le remplacement d'un professeur en 24 h. 78% d'entre eux souhaitent que leurs enfants apprennent l'anglais dès la classe de CP. Enfin, 70% approuvent l'idée de permettre au chef d'établissement de recruter lui-même ses professeurs. Brunet et Neumann ont débattu sur ces revendications des Français. - Bourdin Direct, du lundi 11 avril 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Patrick Kanner était l'invité d'Olivier Truchot dans BFM Story mercredi soir. Le ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports a réagi au sondage Elabe pour BFMTV où 56% des sondés estiment que Manuel incarne la gauche moderne et progressiste quand Martine Aubry n'obtient que 38%. "Je connais l'un et l'autre. Je pense qu'il y a ceux qui pétitionnent et ceux qui gouvernent. Gouverner, c'est prendre des responsabilités, il faut savoir prendre ses responsabilités en politique", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
D'après un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, pour 56% des sondés, Manuel Valls incarnerait mieux la "gauche moderne et progressiste" que Martine Aubry. Qualifié de déterminé, courageux et dynamique par les Français, le Premier ministre ne serait toutefois pas capable de rassembler son camp, selon les sympathisants du Parti socialiste.
Vidéos à la une
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, la réforme du code du travail inquiète une grande majorité de Français. 70% des interrogés la juge menaçante pour les droits des salariés. Ce sont les sympathisants de droite qui soutiennent le plus ce texte: 47% d'entre eux estiment qu'il permettra de créer des emplois. Enfin, près de six Français sur dix pensent que le gouvernement optera pour un compromis plutôt qu'un recours au 49-3 pour faire passer le projet de loi.
Vidéos à la une
Le nouveau sondage d'Elabe pour BFMTV montre que Nicolas Sarkozy est perçu comme "déterminé" et "courageux" pour une majorité des sondés. En revanche, l'ancien chef de l'État n'est pas associés aux caractéristiques de "sympathique", ni d'"honnête". "On voit bien que les traces des affaires évoquées par la justice ou par les médias commencent à écorner durablement cette image de Nicolas Sarkozy", a expliqué Bernard Sananès, président de l'institut de sondage.
Publicité