Vidéos à la une
Interview de François Pouletty, directeur du Brest Open Campus sur un amalgame survenu au sein de l'institution entre la " Reconnaissance par l'État " et la " Reconnaissance des diplômes ".
Vidéos à la une
Focus sur le mal-être des étudiants de médecine dont 20% des externes ont des idées noires, une situation qui concerne également l'Université de Tours.
Vidéos à la une
Après une série de manifestations en 2016 émaillées de violences, les étudiants chiliens sont redescendus mardi dans la rue par milliers pour réclamer une accélération du projet de loi sur l'éducation gratuite, provoquant de nouveaux incidents. Au cours de cette première mobilisation de l'année, certains manifestants portant des masques et habillés en noir ont jeté des pierres aux forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et canons à eau pour les disperser. L'objectif affiché de cette réforme de la présidente socialiste Michelle Bachelet est d'en finir avec un système éducatif largement privatisé et profitant davantage aux élites, hérité de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). Mais depuis le lancement du projet en 2014, les manifestations de lycéens, d'étudiants et de professeurs se multiplient pour réclamer une mise en place plus rapide et moins sélective. 'La réforme n'est pas suffisante, il faut que la gratuité soit étendue et que l'éducation publique soit de qualité. Il manque trop de choses, c'est pourquoi il faut manifester', a déclaré à l'AFP Rocio, étudiante en sciences sociales. Le texte de loi devait être adopté mardi par la commission de l'Education de l'Assemblée nationale, ouvrant la voix à son examen par les deux chambres. La réforme de l'éducation était l'une des principales promesses de campagne de Michelle Bachelet. Une partie a déjà été votée, interdisant la sélection des étudiants et introduisant de manière progressive la gratuité dans les établissements recevant l'aide de l'Etat. Dans les universités, près de 145.000 étudiants (sur un million), appartenant aux catégories les plus pauvres de la population, ont commencé en 2016 à étudier gratuitement, pour la première fois en 35 ans, toujours dans le cadre de cette réforme qui vise à moyen terme la gratuité totale. Quelque 200.000 étudiants devaient en bénéficier cette année. Le mouvement étudiant souhaite accélérer le calendrier parlementaire, craignant de voir le projet tomber dans les oubliettes à l'approche de l'élection présidentielle de novembre. Le favori des sondages, l'ex-président de droite Sebastian Piñera (2010-2014), a d'ores et déjà fait savoir qu'il n'était pas un partisan de la gratuité totale et a promis un système de bourses et de crédits étudiants s'il est élu.
Vidéos à la une
Coup de projecteur sur le classement des lycées publié par l'Éducation Nationale avec un taux de réussite de 97% dans la Sarthe. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Revue du web
Avec l'Express
Emmanuel Macron et François Fillon veulent réformer le baccalauréat, souvent critiqué pour sa lourdeur et son coût. Entre "ticket de parking" et "capital éducatif important", ce rite de passage n'a pas connu de réforme depuis plus de 20 ans.
Vidéos à la une
Des centaines de Hongrois ont de nouveau manifesté lundi soir à Budapest contre la fermeture annoncée de l'Université d'Europe Centrale. Une université privée financée depuis la chute du communisme par le milliardaire Geroge Soros, l'ennemi juré du Premier ministre Viktor Orban. Hongrie : la loi "discriminatoire" contre l'université Soros promulguée https://t.co/WuTHo8bYHx pic.twitter.com/ORwLEa2EZ3- Libération (@libe) 11 avril 2017 Les manifestants ont dénoncé la promulgation officielle d'une loi controversée qui pourrait empêcher la plus prestigieuse université privée de délivrer des diplômes. Mardi dernier le Parlement hongrois a adopté un texte qui privera de licence les instituts d'enseignement étrangers qui ne disposent pas de campus dans leur pays d'origine. L'Université d'Europe Centrale, jugée trop libérale par le pouvoir, est directement visée. Mais l'établissement compte déposer un recours officiel contre la loi. Cette législation a provoqué dimanche une manifestation sans précédent en Hongrie. Le mouvement de contestation est soutenu par 900 universitaires du monde entier, dont 18 prix Nobel et de nombrexu pays ont exprimé leur préoccupation. Une nouvelle manifestation est programmée mercredi. Avec Agences
Vidéos à la une
La ville de San Bernardino en Californie, de nouveau frappée par une fusillade meurtrière. Cette fois, c'est un homme d'une cinquantaine d'années qui a fait irruption dans la salle de la classe de son épouse institutrice dont il était séparé. Il l'a abattu devant ses élèves avant de se donner la mort. Deux enfants ont été touchés par les tirs, l'un d'entre eux est décédé. L'autre est dans un état grave, mais stable. 'Cédric est entré dans la classe. Et d'après ce que l'on a compris, sans un mot, armé d'un revolver gros calibre, il a ouvert le feu sur sa femme. Elle a été tuée sur le coup. Deux élèves de la classe qui se trouvaient derrière l'institutrice ont été atteints par les tirs. L'un de ses enfants a été identifié comme Jonathan Martinez. Malheureusement, il est décédé', déplore Jarrod Burguan, le chef de la police de San Bernardino. Le tragique incident est survenu dans une classe pour enfants à handicaps ou nécessitant une prise en charge spéciale. Les élèves qui n'étaient pas blessés avaient été emmenés sur le campus d'une université voisine. En décembre 2015, un attentat d'inspiration islamiste commis par un jeune couple radicalisé avait 14 morts à San Berdardino.
Revue du web
Avec l'Express
Le ministère de l'Education nationale a annoncé le report de toutes les épreuves écrites des concours prévues ce lundi. La raison? Le cyclone qui balaie actuellement la Nouvelle-Calédonie rend le déplacement de certains candidats impossible.
Vidéos à la une
Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans les rues de Budapest contre une loi susceptible de conduire à la fermeture de l'Université d'Europe centrale ( CEU ) fondée par le financier milliardaire George Soros. Le président qui appartient au même parti que le chef du gouvernement, le Fidesz, doit signer la loi aujourd'hui. Ces manifestants l'appellent à ne pas le faire. L'Université d'Europe centrale est anglophone : elle compte 1 800 étudiants issus d'une centaine de pays. 'Je pense que cette manifestation est plutôt liée à de grands principes qu' à une université', estime Daniel Berg, étudiant à l'Université d'Europe centrale et l'un des organisateurs du rassemblement. 'Je pense que la frustration des gens contre ce gouvernement a tellement augmenté, qu'aussi beaucoup parmi ceux qui sont ici ne savent même pas ce qu'est l'Université d'Europe centrale', pense un ancien de l'université menacée. Un projet de loi sur le financement des ONG a aussi été soumis vendredi au Parlement. Il prévoit davantage de restrictions et de transparence pour celles qui reçoivent des financements étrangers. La fondation de George Soros, dans le collimateur du gouvernement, a distribué plus de 200 millions de dollars à des ONG hongroises depuis la fin du communisme. 'Ces dernières années, j'ai couvert de nombreuses manifestations pour euronews, donc je peux aisément affirmer qu'on a rarement vu une telle foule dans les rues de Budapest', souligne Andrea Hajagos, notre correspondante à Budapest. #CEU: 80,000+ people took to the streets of #Budapest #Hungary. StandWithCEU #IstandwithCEU pic.twitter.com/69RYvZRdAs- Norbert Elekes (NorbertElekes) 9 avril 2017 #CEU + de 80 000 personnes dans les rues de #Budapest #Hongrie @StandWithCEU #JesoutiensCEU
Vidéos à la une
Zoom sur l'école maternelle Jean Macé de Champagné-les-Marais qui fait partie des 30 sélectionnées pour la finale du prix national de l'innovation. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
La menace de la fermeture de l'Université d'Europe centrale à Budapest a ouvert une nouvelle bataille politique entre la Hongrie et la Commission européenne. Le président de l'institution " n'aime pas cette décision ". Jean-Claude Juncker dénonce aussi le questionnaire envoyé par les autorités dans les foyers hongrois sur la politique européenne, intitulé : " Stoppons Bruxelles ! ". Pour le président de la Commission " cette façon de dire du mal de Bruxelles après avoir signé la déclaration de Rome dit plus sur l'auteur du questionnaire que sur l'état de l'Union Européenne ". Selon Jean-Claude Juncker ce document est orienté et il révèle les projets du Premier ministre hongrois. Viktor Orban s'oppose, par exemple, frontalement à la politique migratoire de l'Union européenne.
Vidéos à la une
Quatre groupes politiques du Parlement européen demandent une intervention de l'Union européenne à propos d'une nouvelle loi hongroise. Cette législation pourrait entraîner la fermeture de l'Université d'Europe centrale, à Budapest. Ce texte prévoit en effet de supprimer les licences aux établissements étrangers qui n'auraient pas de campus dans leur pays d'origine. Ce critère cible particulièrement l'Université d'Europe centrale puisqu'elle a vu le jour grâce aux fonds du milliardaire américain, George Soros, ennemi juré du Premier ministre hongrois. Pour l'eurodéputée polonaise Roza Thun cette affaire affecte les valeurs européennes. " Nous voulons respecter les valeurs pour lesquelles nous nous sommes engagées, cela signifie en particulier: la liberté, la démocratie, les droits de l'homme et la paix, et quand je pense à l'Université d'Europe centrale, c'est la liberté d'enseigner ", explique-t-elle. Pls milliers de manifestants hier à #Budapest, en soutien à l'Univ. d'Europe centrale https://t.co/QXgRMv98mQ #IstandwithCEU #Hongrie- HULALA (@Hulala_org) 5 avril 2017 Les parlementaires demandent à la Commission européenne de lancer une procédure d'infraction contre la Hongrie. Pour cela ils se réfèrent à l'article 7 du traité sur l'Union européenne qui prévoit le lancement d'un processus de dialogue et d'enquête. Et " si le gouvernement refuse de répondre, refuse de se conformer, cela peut mener à des sanctions ", précise la libérale Sophia in't Veld. " On espère toujours ne pas arriver à un ultimatum mais j'apprécierais beaucoup de voir les États membres s'exprimer davantage ", ajoute-t-elle. La Commission européenne a déjà commencé à étudier cette loi hongroise. Le dossier sera d'ailleurs évoqué la semaine prochaine lors de la réunion du collège des Commissaires.
Vidéos à la une
Dans un climat de forte contestation, le Parlement hongrois a approuvé un nouveau projet de loi qui, selon les critiques, vise l'université la plus célèbre du pays, fondée par le milliardaire américain George Soros. Cette nouvelle loi a été adoptée selon un dispositif accéléré. Elle impose de nouvelles restrictions sur les universités étrangères. Le ministre hongrois, Zoltan Balog, a déclaré : 'on peut opérer avec cette nouvelle loi, tout le monde doit postuler'. Il assure s'attendre à 'ce que cette loi soit respectée par tout le monde', avant d'ajouter, 'même les organisations de George Soros ne sont pas au dessus des lois hongroises.' Cette loi pourrait conduire à la fermeture de la CEU, l'Université d'Europe centrale créée en 1991 George Soros, bête noire du Premier ministre Viktor Orban. Pour le recteur de la CEU, Liviu Matei, il s'agissait 'clairement de faire passer cette loi le plus rapidement possible, sans écouter personne, sans écouter les citoyens hongrois, ni les universitaires hongrois, ni les universités hongroises, ni les organisations internationales.' Selon la nouvelle loi, les universités étrangères doivent avoir un campus à la fois dans la capitale hongroise et dans leur pays d'origine, ce que n'a pas pas la CEU. En soutien, les manifestants ont entouré l'université fondée par Georges Soros. Beaucoup ont brandi des pancartes où il était inscrit 'VETO'. Ils demandent au président hongrois d'utiliser son droit de veto et de ne pas signer la loi qui vient d'être acceptée. Avec agences
Revue du web
Avec l'Express
Les candidats à la présidentielle François Fillon et Marine Le Pen proposent d'imposer une tenue obligatoire unique dans les écoles. Objectif: masquer les inégalités sociales et renforcer un sentiment d'appartenance. Un avis qui n'est pas pas partagé par tous.
Revue du web
Avec l'Express
Les candidats au baccalauréat, qui repassent l'examen après un échec en ayant conservé les notes supérieures à 10 lors de leur première tentative, ne pourront pas prétendre à une mention, selon une décision du Conseil d'Etat.
Vidéos à la une
Focus sur une opération de rapprochement entre des élèves de la 4eme et une quarantaine d'entreprises sud vendéennes afin de mieux les orienter au niveau de leurs choix professionnels. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Coup de projecteur sur la visite ministérielle de Ségolène Neuville, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion lors du lancement d'un dispositif unique en France visant à aider des élevés souffrants de déficience intellectuelle. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Revue du web
Avec l'Express
Les élèves français sont les champions de l'indiscipline selon une note de la Fédération des conseils de parents d'élèves. Un climat qui pèse en partie sur leurs résultats scolaires. Décryptage.
Revue du web
Avec l'Express
L'Education nationale dévoile ce mardi le premier bilan des inscriptions sur la plateforme Admission post bac. Les élèves sont de plus en plus nombreux à s'incrire dans l'enseignement supérieur.
Revue du web
Avec l'Express
Les résultats complets du bac 2016 sont rendus publics ce mercredi par l'Education nationale. L'occasion de dresser le palmarès annuel des meilleurs lycées de France, un cru 2017 qui met à l'honneur plusieurs établissements hors norme.
Revue du web
Avec l'Express
L'enseignante canadienne Maggie MacDonnell a remporté le prix du "meilleur professeur du monde" dimanche. Elle lutte pour l'insertion sociale de ses élèves confrontés aux suicides et grossesses précoces en Arctique.
Revue du web
Avec l'Express
En avril dernier, Françoise Cahen, professeure de français, lançait une pétition pour donner aux auteures une place dans les programmes de littérature au bac. En 2018, ce sera chose faite, "mais d'autres encore doivent suivre". Tribune.
Revue du web
Avec l'Express
Grâce à une pétition lancée par une enseignante, une plume féminine, Madame de La Fayette, va figurer au programme officiel de terminale pour les filières littéraires.
Revue du web
Avec l'Express
Ouverte aux lycéens des filières générales, technologiques et professionnelles, la procédure APB n'a connu que quelques changements à la marge cette année. Les postulants peuvent inscrire jusqu'à 12 voeux en classe prépa, contre seulement six l'an dernier.
Vidéos à la une
La Canadienne Maggie MacDonnell travaille depuis six ans dans l'école de Salluit, dans un village où le taux de suicide bat de tristes records. Le Forum de l'éducation de Dubaï lui a décerné cette année un prix accompagné d'une récompense d'un million de dollars. 'Mon rêve est de continuer à travailler avec mes étudiants pour établir un programme environnemental pour aider les jeunes à perpétuer les traditions culturelles inuites, dit-elle. J'attends avec impatience d'obtenir les conseils avisés de la Fondation Varkey pour définir les étapes qui me permettront de développer ce programme', conclut Mme MacDonnell. L'année dernière, c'est une enseignante de Cisjordanie qui avait reçu le prix de la meilleure enseignante du monde. Hanane Al Hroudb a mis la non-violence au coeur de sa méthode éducative.
Revue du web
Avec l'Express
Deux questionnaires d'une vingtaine de pages ont été élaborés pour les élèves du primaire et secondaire en Corse. Ils portent sur les pratiques religieuses, alimentaires, mais aussi sur les voyages effectués ou la langue parlée au sein de la famille.
Vidéos Argent/Bourse
Au sommaire: Joseph Arakel est le lauréat 2017 des Victoires des autodidactes du Harvard Business School Club de France. Alain Ducasse multiplie les ouvertures de restaurants dans les musées français et internationaux. - Avec: Pierre Gadonneix, président de Latecoère, ancien président d'EDF. Et Alain Némarq, PDG de Mauboussin. - Le Comex de l'info, du vendredi 17 mars 2017, présenté par Jean-Marc Sylvestre et Franck Riboud sur BFM Business.
Revue du web
Avec l'Express
Sourde depuis ses cinq ans, Janick Leclair a obtenu un Capes de Lettres mais avait été déclarée inapte à l'enseignement. Affectée à la rentrée dans un lycée près de Toulouse, elle a obtenu gain de cause. Un soulagement qu'elle raconte à L'Express.
Vidéos à la une
Lorsqu'ils sont absents pour de longues durées, les professeurs sont en grande majorité remplacés: 90% selon une étude de la Cour des comptes. Pour les petites absences, le problème est beaucoup plus compliqué. Lorsqu'elles sont inférieures à 15 jours, c'est en effet à l'établissement de trouver une solution. Seulement 5 à 20% de ces absences de courte durée bénéficient finalement d'un remplacement. Conséquence directe, de nombreuses heures de cours sont perdues à la fin de l'année scolaire par les élèves.
Revue du web
Avec l'Express
Les enseignants du premier et du second degré de l'académie de Lille ont reçu un courrier du rectorat, leur recommandant de s'abstenir de participer à des manifestations politiques, pendant la période électorale. Le rectorat a rétropédalé ce jeudi.

Pages

Publicité