Si l’installation de ce compteur n’est pas facturée au départ, un rapport de la Cour des comptes vient de révéler que ce sont bien les ménages français qui financeront, à terme, le dispositif. Et la facture risque d'être salée.

L’idée avait de quoi séduire. Le compteur "intelligent" Linky devait, peu à peu, remplacer les millions de vieux compteurs électriques qui nécessitaient l’intervention d’un spécialiste pour effectuer les fameux relevés. Linky était là, prêt à recevoir et à transmettre des données de consommation sans que vous soyez contraint d’attendre la venue d’un technicien. Pratique à n’en pas douter. Et pourtant maintes fois critiqué. D’abord, parce que Linky est accusé d’augmenter la présence d’ondes électromagnétiques dans les logements, ensuite parce que certains lui reprochent de collecter des données et de les utiliser.

Rien…au départ

Sauf qu’à ces craintes, s’ajoute désormais une autre plaie. Celle de la somme qui restera à votre charge. Sur le papier, les pouvoirs publics se veulent rassurants. L’installation d’un compteur Linky - dont le prix unitaire est fixé à 130 euros - ne vous coûte rien, absolument rien. Tout du moins au départ. Parce que si l’on en croit un rapport de la Cour des comptes publié ce mercredi, c’est bien l’usager qui, au final, devra financer ce dispositif.

Pour quelle raison ?

A cause du système dit de "différé tarifaire" voulu par les autorités, révèle Capital. Dans l’absolu, le coût du déploiement des compteurs Linky aurait dû être ressenti par les ménages français dès 2014. A la place, les pouvoirs publics ont préféré décaler la douloureuse à 2021. Soit à un moment où les économies réalisées grâce à Linky viendront compenser cette hausse tarifaire. Sauf que l’opération n’est pas neutre. Selon la Cour des comptes : "Ce différé constitue (...) une avance faite par Enedis [le distributeur de Linky], remboursée par les consommateurs à partir de 2021. Le taux d’intérêt de cette avance est de 4,6 %".

Le fait est qu’Enedis est parvenu à financer cette avance dans de bien meilleures conditions. Si bien que l’opération pourrait, selon la Cour des comptes, in fine permettre au distributeur de réaliser une marge portée à 2,8 %. Soit un surcoût pour les usagers estimé à 506 millions d’euros sur la période de 2014 à 2031, poursuit Capital.

Un "risque de dérapage" pour les consommateurs

Publicité
Reste, enfin, que ce montant pourrait encore augmenter. Ce, dans la mesure où certains spécialistes œuvrant dans le domaine de l’énergie à l’instar de Nicolas Mouchnino (UFC Que Choisir) interrogé par Capital, considèrent que "si l’équilibre financier du projet venait à être compromis, il y aurait effectivement un risque de dérapage de la facture pour les consommateurs".

En vidéo - La Minute Tech: Le compteur intelligent Linky est-il dangereux pour la santé ? 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet