Vidéos à la une
Le pouvoir d'achat des ménages est plus que jamais menacé par l'inflation au Royaume-Uni.Selon le Bureau des statistiques nationales, les salaires annuels n'ont progressé en moyenne que de 2,3% de décembre à février, leur rythme de croissance le plus faible depuis sept mois. For Dec-Feb 2017 wages up 2.3% on a year including bonuses and 2.2% excluding bonuses https://t.co/6jbzYPxniT pic.twitter.com/7PJCcfSWUc- ONS (@ONS) 12 avril 2017 Une hausse quasiment annulée qui plus est par la flambée de l'inflation, qui atteignait justement 2,3% en février, son plus haut niveau en trois ans. For Dec-Feb 2017 wages, after inflation, up 0.2% on a yr inc bonuses and 0.1% exc bonuses, weakest growth since 2014 https://t.co/00HTZzteRH- ONS (@ONS) 12 avril 2017 Certes, la hausse des prix à la consommation s'est stabilisée à 2,3% en mars, mais la Banque d'Angleterre l'attend à 2,8% d'ici la fin de l'année, du fait de la dépréciation de la livre sterling depuis le vote de juin en faveur du Brexit. Inflation in the UK has held steady at 2.3%, with falls in air fares and petrol offsetting other price increases https://t.co/PuHxGPaEoH pic.twitter.com/Cs2acL3hgi- Financial Times (@FT) 11 avril 2017 Avec Reuters.
Vidéos à la une
L'inflation se maintient à un niveau élevé au Royaume-Uni. Les prix à la consommation ont augmenté de 2,3 % en mars comparé à un an plus tôt. Les prix augmentent plus vite que les salaires et les taux d'intérêt, ce qui peut poser problème aux consommateurs et aux épargnants britanniques. Sur un mois, les prix ont augmenté de 0,4%, après une hausse de 0,7% en janvier. Conséquence : le trimestre dernier les ventes de commerce au détail ont connu leur plus forte baisse depuis 2011 (-0,7 % sur un an). La principale cause de l'augmentation des prix est la hausse des coûts d'importation, elle-même conséquente à la chute de la livre sterling entamée après le vote sur le Brexit en juin dernier. UK Inflation Steady At 3-1/2 Year High https://t.co/Q038meyyrW pic.twitter.com/3rMYy3bzLs- RTTNews Top Stories (@RTTNews) 11 avril 2017 Les produits alimentaires sont ceux dont le prix a le plus augmenté : +1,2 % en rythme annualisé, la plus forte progression depuis trois ans et l'impact le plus visible dans le quotidien des Britanniques. La Banque d'Angleterre (BoE) table sur une inflation à + 2,8 % cette année. Certains économistes jugent ce chiffre optimiste.
Vidéos à la une
Le ministre britannique des Finances Philip Hammond est en Inde, accompagné d'une importante délégation afin de promouvoir les services financiers du Royaume-Uni à l'heure du Brexit. Le gouvernement britannique a ces derniers mois insisté sur le fait qu'il veut conclure des accords économiques bilatéraux avec des pays développés ou émergents, afin que le pays accentue sa puissance commerciale et compense sa sortie du marché unique. 'Nous espérons être en mesure de négocier une relation spéciale et approfondie avec l'Union européenne qui nous permettra de continuer de travailler ensemble, de continuer à investir réciproquement dans nos économies, mais en même temps, qui nous permettent de reconstruire nos relations avec nos partenaires et alliés dans le monde entier', a déclaré Philip Hammond. Great to meet some fantastic Indian entrepreneurs in #Delhi. Importance of trade between our 2 nations will only grow after we leave EU pic.twitter.com/fFzYts1Yhg- Philip Hammond (@PHammondMP) 4 avril 2017 Heureux de rencontrer des entrepreneurs indiens à Delhi. L'importance du commerce entre nos deux pays ne va faire que croître après notre sortie de l'UE Quant à l'Inde, elle investit davantage au Royaume-uni, que dans l'ensemble du reste de l'Union européenne. 'Le Royaume-Uni post-Brexit recherche un autre niveau de partenariat avec l'Inde. Et il y a une immense aspiration de l'Inde elle-même d'approfondir et d'améliorer cette relation', affirme le ministre indien des Finances Arun Jaitley. Aucune négociation formelle en vue d'un accord commercial ne peut se dérouler avant la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Vidéos à la une
Les Anglais s'installent à Bruxelles. Lloyd's of London, marché d'assurance et de réassurance spécialisées, considéré comme une institution au coeur de la City de Londres, a annoncé son intention d'ouvrir une filiale à Bruxelles. Une décision justifiée par le Brexit. Lloyd's of London craint en effet de perdre l'accès au marché unique, qui pèse pour 11 % dans son activité. Our HQ will continue to remain in #London. We are only moving our #EU business to #Brussels. More info here: https://t.co/vyZfPz8gxu #Brexit- Lloyd's of London (@LloydsofLondon) 30 mars 2017 Le début de la vague de relocalisations annoncée dans le secteur de la finance. Explications de Ralf Witzler, de la Frankfurt Main Finance (association chargée de promouvoir la place financière de Francfort, NDLR) : 'les relocalisations pourraient être assez importantes, en particulier du côté des banques américaines et des grandes banques suisses qui ont des activités de courtage. C'est très compliqué. Pour les banques commerciales, déménager serait moins compliqué, ils ont une plus grande marge de manoeuvre. Pour l'activité de gestion d'actifs, c'est très rapide à relocaliser. La pression est surtout sur les grandes banques d'investissement.' Outre la finance, le secteur du transport aérien est lui aussi concerné. Les compagnies britanniques comme Ryanair et easyjet devront relocaliser leur base sociale dans l'Union et avoir une majorité d'actionnaires citoyens de l'Union pour continuer à profiter du ciel unique européen.
Vidéos à la une
En quittant l'Union europénne, les Britanniques doivent s'attendre à payer plus cher leurs fruits, légumes ou encore leur huile d'olive. Les économistes prédisent que la hausse des prix sur les produits alimentaires et agricoles importés pourrait aller jusqu'à 8%. Une inflation accentuée par la baisse de la livre sterling observée ces derniers mois. Pour autant, le ministre des Finances Philip Hammond tient un discours optimiste : 'nous sommes résolument attachés à obtenir les meilleures dispositions pour la relation future de la Grande Bretagne avec l'Union européenne. Cela fait partie de notre objectif de construction d'un avenir mondial pour la Grande Bretagne, en terme d'échanges et de partenariats commerciaux internationaux, ainsi que dans le cadre de nos plans ambitieux pour réformer notre économie et notre société.' En 2016, le Royaume Uni a importé l'équivalent de 55 milliards d'euros de produits alimentaires et agricoles, dont 71 % provenaient de pays membres de l'Union européenne.
Vidéos à la une
De quoi sera fait l'avenir de la City de Londres ? Voilà l'une des questions liées au Brexit. Une fois l'accès au marché unique perdu, le quartier des affaires conservera-t-il son rang de première place financière européenne ? Dublin, Amsterdam, Paris ou encore Francfort espèrent profiter du Brexit, le maire de Londres Sadiq Khan le sait, mais il se veut optimiste : 'ce que nous ne voulons pas, c'est que les entreprises quittent Londres et quittent l'Europe pour aller à New-York, Singapour ou Hong Kong, ou même Séoul. Et donc, j'ai très envie de garder nos entreprises. Londres est ouverte, pas simplement ouverte aux entreprises et aux talents, aux échanges commerciaux, mais aussi ouverte d'esprit, tournée vers l'extérieur.' Paris tente depuis plusieurs mois déjà de siphonner des emplois londoniens vers son quartier économique de la Défense avec par exemple une campagne de pub diffusée à l'aéroport international d'Heathrow. 'Tired of the Fog ? Try the Frogs !' vpecresse est à Londres pour attirer les déçus du #Brexit #ChooseParisRegion https://t.co/eZCoPPJxh4 pic.twitter.com/MR1FM9ErEa- Région Île-de-France (iledefrance) 6 février 2017 Francfort, en Allemagne, n'est pas en reste. Pour plaire, elle met en avant son statut de centre financier de la zone euro, siège des bureaux de la Banque centrale européenne. Elle affirme d'ailleurs être contactée par de plus en plus d'entreprises.
Vidéos à la une
Un secteur financier britannique paré à surmonter les remous du Brexit : c'est le but du test de résistance d'une sévérité inégalée concocté par la Banque d'Angleterre. Ce test dit 'exploratoire' sera conduit tous les deux ans en complément du test annuel. Les scénarios testés porteront sur une période de sept ans, deux ans de plus que le scénario classique. We have launched our 2017 stress test today. https://t.co/RKouXPU5L0 pic.twitter.com/xgQ4ZDeeSX- Bank of England (@bankofengland) 27 mars 2017 La Banque d'Angleterre a décidé d'y soumettre sept banques, déjà rompues aux stress tests classiques : Barclays, HSBC, Royal Bank of Scotland, Lloyds Banking Group, Santander UK, Standard Chartered et Nationwide. Pour le gouverneur de la banque d'Angleterre, Mark Carney, les banques britanniques devraient pouvoir opérer dans les mêmes conditions bénéficier d'une période de transition au cours de laquelle elles devraient pouvoir opérer dans les mêmes conditions qu'actuellement. Mais il ne veut laisser aucune place au hasard. Avec Reuters.
Vidéos à la une
Héritage de la colonisation, le curry fait désormais partie intégrante de la gastronomie britannique. Le voilà aujourd'hui menacé de disparition par le Brexit. Promesse non tenue En juin, l'association des restaurateurs bangladais avait appelé à voter pour la sortie du pays de l'Union européenne pour une seule et unique raison : 'ils nous avaient promis que, si on soutenait le Brexit, ils s'assureraient qu'on ait une importante main d'oeuvre en provenance d'Asie du sud,' explique Oli Khan, 'et en fait, ce n'est pas le cas.' Britain's curry houses voted for Brexit and now massively regretting it https://t.co/TQ7NYbHcJr tommymiah told them years ago to train here- Jim Fitzpatrick (FitzMP) 5 novembre 2016 Pour pouvoir rester au Royaume-Uni, un immigré non-européen doit gagner 40.000 euros par an au moins, soit bien plus que le salaire moyen d'une infirmière. Or, pour garantir des plats à prix modérés, les restaurants dits 'indiens' payent mal. Le secteur a donc recruté est-européen. Des employés qu'il a fallu former à une cuisine qui leur était étrangère. Partir ou rester ? Le Brexit risque de priver les restaurateurs de cette solution. 'Les gens qui nous donnent un coup de main, des Européens principalement roumains et polonais, vont partir. Faute de personnel, nous finirons par fermer nos restaurants,' prévient Enam Ali, propriétaire de restaurant. Aga Pozniak était institutrice en Pologne. Elle travaille aujourd'hui dans un restaurant de curry, comme 6.000 autres Européens de l'est en Grande-Bretagne. Elle confirme que 'la plupart des gens qui sont venus ici, surtout récemment comme moi, se demandent s'ils doivent rester. Est-ce que je dois m'investir ici ou plutôt rentrer ? Je devrais peut-être tenter ma chance ailleurs.' 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires Les 12.000 restaurants de curry du pays génèrent 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires par an. Deux ferment déjà chaque semaine sous l'effet combiné de la concurrence industrielle, de la hausse des prix des produits alimentaires, et de la pénurie de main d'oeuvre bon marché. Avec Reuters.
Vidéos à la une
L'OCDE a une nouvelle fois relevé ses prévisions de croissance 2017 pour le Royaume-Uni. L'Organisation pour la coopération et le développement économique s'attend désormais à ce que le produit intérieur brut britannique augmente de 1,6% cette année, c'est 0,4 points de pourcentage de plus que son estimation de novembre. Cette révision tient compte du succès du stimulus de la Banque d'Angleterre et de l'allègement de l'austérité budgétaire dans le sillage du vote de juin en faveur d'une sortie du pays de l'Union européenne. Toutefois, l'OCDE maintient sa prévision de croissance à 1% pour 2018. Elle s'inquiète notamment de l'impact de la chute de la livre sterling sur le pouvoir d'achat des ménages. #GDP, productivity, trade, housing, interest rates: Get OECD Interim economic outlook data & projections here https://t.co/e2bz5AgUqH #stats pic.twitter.com/XM8ROMK41J- OECD (@OECD) 7 mars 2017 Inquiétudes sur la consommation Selon le British Retail Consortium, organisme qui représente les distributeurs britanniques, les ventes non-alimentaires ont reculé de 0,2% de décembre à février, leur premier repli sur trois mois depuis cinq ans. Rachel Lund dirige le département d'étude du British Retail Consortium. Ce tassement des ventes 'signifie que les dépenses des ménages britanniques commencent à ralentir, comme nous nous y attendions. Mais c'est d'autant plus inquiétant que la consommation a été le moteur de la croissance l'an dernier.' explique-t-elle. Selon Barclaycard, les achats de biens non-essentiels ont connu leur cinquième mois de baisse en février. La tendance menace de s'accentuer au vu de l'évolution des prix. Actuellement proche de 2%, l'inflation pourrait en effet atteindre 3% d'ici la fin de l'année. Avec Reuters, OCDE.
Vidéos Argent/Bourse
Avant les effets redoutés du Brexit, le taux de chômage au Royaume-Uni est au plus bas depuis juillet 2005 à 4,9%. Fin mai, le nombre de demandeurs d'emploi britanniques avait reculé de 54 000 par rapport au trimestre précédent, pour s'établir à 1,65 million. Le salaire moyen est en légère augmentation : + 2,2% hors inflation. Le taux d'inactivité est historiquement bas (21.6%) et parmi ceux qui travaillent, il étaient 401 000 personnes de plus que l'an dernier à le faire à plein temps. Des chiffres qui ont été rassemblés avant la décision des Britanniques de quitter l'Union Européenne. Les analystes craignent une inversion de la tendance dans les prochains mois.
Vidéos à la une
Toujours pas d'envolée des prix au Royaume-Uni, mais l'inflation s'accentue un peu plus qu'envisagé. Les prix à la consommation ont progressé de 0,5% sur un an en juin, contre 0,3% en mai. Les économistes attendaient une hausse de 0,4%. Ce sont surtout les prix des billets d'avion (+11%) et de l'essence qui ont bondit. Ces chiffres ont été rassemblés avant le vote sur le Brexit. Les économistes s'attendent à une hausse des prix dans les prochains mois, conséquences de l'affaiblissement de la Livre Sterling. L'inflation britannique, nulle en 2015, pourrait culminer à 5% l'an prochain.
Vidéos Argent/Bourse
Les voies d'eau post-Brexit commencent à apparaître dans le navire britannique. Principale brèche cette semaine : l'immobilier commercial. Depuis lundi, pas moins de six fonds spécialisés ont brutalement gelé leur activité face à l'afflux d'investisseurs inquiets désireux de récupérer leur mise, entraînant une décote de plus de 15% des propriétés immobilières commerciales. Ensemble, ces fonds pèsent 15 milliards de livres sterling, soit plus de la moitié de leur secteur d'activité. Pour David Buik, analyste de marchés chez Panmure Gordon à Londres, 'il y a cette inquiétude d'une entrée en récession d'ici le premier trimestre 2017. On assistait déjà à un ralentissement des investissements étrangers dans l'immobilier commercial. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre a parlé d'une chute de 50% du chiffre d'affaires du secteur depuis le premier trimestre. Si cette tendance s'accélère, l'impact sera significatif.' La Banque d'Angleterre a identifié l'immobilier commercial comme l'un des principaux dangers de l'après Brexit. La dernière fois que des fonds avaient gelé les retraits, c'était en 2007, aux commencements de la crise financière. Un souvenir suffisamment marquant pour faire plonger la livre sterling à un nouveau plus bas en 31 ans contre le billet vert. Ce vendredi, elle s'échangeait toujours sous 1,30 dollar.
Vidéos Argent/Bourse
Alléger la fiscalité des entreprises pour amortir le choc du Brexit : C'est la solution avancée par le ministre des Finances en exercice, George Osborne. Avantage compétitif Dans un entretien accordé au Financial Times, il propose de ramener l'impôt sur les sociétés sous la barre des 15%, contre 20% actuellement. Il devait déjà passer à 17% d'ici 2020. Le Royaume-Uni aurait ainsi un avantage compétitif sur l'Allemagne et la France notamment, où sociétés sont taxées à 30 et 33%. L'Irlande resterait toutefois plus attractive avec un impôt sur les sociétés à 12,5% dans le secteur des services. Elle est d'ailleurs régulièrement accusée de dumping fiscal par ses partenaires. Britain open for business: lower business taxes, support for bank lending, infrastructure investment, more trade with China + rest of world- George Osborne (@George_Osborne) July 4, 2016 Bien, mais peut faire plus 'Monsieur Osborne ne devrait pas se limiter à l'impôt sur les sociétés,' estime Michael Hewson, analyste marchés chez CMC. 'Il devrait aussi baisser la taxe foncière des entreprises, qui reste une charge significative pour les sociétés britanniques, petites et grandes. Il devrait également envisager la possibilité d'investissements publics futurs dans les infrastructures,' pour soutenir un secteur du BTP déjà affecté par le Brexit. En effet, le secteur britannique du BTP a connu sa plus forte contraction en sept ans en juin, la peur d'un Brexit ayant fait fuir les investisseurs. Et avec le plongeon de la livre sterling, le coût des matériaux de construction, importés d'Europe pour la plupart, est en train de flamber. Agacement européen Parmi les réactions aux propositions de George Osborne, le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, a dit attendre de Londres de la clarté sur les conséquences du Brexit, et non une baisse de la fiscalité. L'ancien directeur général de l'organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy a lui estimé que lancer une compétition fiscale n'était pas la meilleure manière d'aborder les négociations avec l'Union européenne. Confusion Fervent partisan du maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne, George Osborne a observé trois jours de silence après le vote, avant de revenir sur les devants de la scène. Celui qui mettait en garde les électeurs contre un risque de récession en cas de Brexit avait prévenu la semaine dernière que le prochain gouvernement devrait relever les impôts et réduire ses dépenses pour équilibrer les comptes publics. George Osborne estime qu'une baisse de l'impôt sur les sociétés entamerait certes les recettes publiques dans un premier temps, mais le coup de pouce à l'activité permettrait à l'Etat de s'y retrouver, à terme, en volume. Chère incertitude, par S&P Les économistes de Standard & Poor's ont de nouveau tiré la sonnette d'alarme quant aux conséquences du Brexit sur l'économie du Royaume-Uni comme de la zone euro. L'agence de notation financière - qui a dégradé la note de la dette britannique la semaine dernière - juge que les incertitudes liées à la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE entameront le produit intérieur brut de l'eurozone de 0,8% sur 2017 et 2018. Celui du Royaume-Uni devrait être affecté de 1,2% en 2017 et d'1% en 2018. Le pays devrait toutefois éviter de justesse une récession.
Vidéos à la une
Un assouplissement monétaire dès l'été au Royaume-Uni : c'est ce qu'a laissé entendre ce jeudi le gouverneur de la banque d'Angleterre dans son deuxième discours depuis le référendum. Mark Carney estime en effet que l'incertitude liée au Brexit a considérablement modifié les perspectives de croissance et d'inflation. Carney: 'In my view... the economic outlook has deteriorated and some monetary policy easing will likely be required over the summer.'- Bank of England (@bankofengland) 30 juin 2016 'Les perspectives économiques se sont détériorées et un certain assouplissement monétaire sera probablement nécessaire au cours de l'été. Le Comité de politique monétaire dressera un état des lieux initial le 14 juillet et une étude complète - accompagnée de nouvelles prévisions - suivra dans le rapport sur l'inflation en août. En août, nous discuterons aussi en profondeur de l'éventail d'instruments disponibles pour un stimulus monétaire, si nécessaire,' a-t-il déclaré. Ses propos ont propulsé le FTSE 100 à son plus haut niveau depuis août à Londres. Il s'envolait de 2,27% à la clôture. La livre, elle, est repartie à la baisse contre dollar. The pound drops after Mark Carney says the BOE will probably have to ease policy soon https://t.co/JbxYSDD6Kc pic.twitter.com/tzwhGLvr6e- Bloomberg (@business) 30 juin 2016 Les cours intègrent à présent une baisse du taux directeur de la BoE de 0,5%, son plus bas historique, à zéro. L'intervention de la banque centrale pourrait aussi consister en un élargissement de son programme de rachat d'actifs. L'effet Mark Carney s'est propagé aux autres bourses européennes. Au terme d'une séance indécise, toutes ont clôturé dans le vert.
Vidéos Argent/Bourse
La bourse de Londres a effacé les pertes qu'elle avait subies depuis l'annonce du Brexit vendredi dernier. Le FTSE s'envolait de 3,58% en fin de séance ce mercredi, à 6.360,06 points soit au-dessus de son niveau de clôture de jeudi. Les secteurs les plus malmenés, banques et promoteurs immobiliers, se redressent. Quant à la livre sterling, elle a poursuivi sa remontée contre dollar. Sa baisse relative depuis vendredi profite même aux entreprises britanniques générant des bénéfices à l'étranger. Deuxième jour consécutif de rebond également sur les autres places européennes : +2,6% à Paris, +1,75% à Francfort. L'euro continue à s'apprécier contre dollar. Mais l'incertitude sur l'avenir est toujours là et risque de se traduire par une forte volatilité dans les mois qui viennent.
Vidéos à la une
Les Britanniques doivent se préparer à des hausses d'impôts et à une baisse des dépenses publiques dès cette année après le choc du Brexit pour stabiliser les finances du pays. C'est l'avertissement lancé ce mardi par George Osborne lors d'une conférence organisée par le Times. Le ministre britannique des finances, anti-Brexit, s'est toutefois gardé de dramatiser. 'Mon message aujourd'hui est à la fois réaliste et rassurant. Réaliste quant aux défis économiques auxquels le pays est confronté. Rassurant sur le fait que nous sommes aussi bien placés que possible économiquement pour relever ces défis grâce au travail réalisé ces dernières années pour reconstruire la force économique du pays.' Toutes les bourses européennes ont rebondi ce mardi après deux séances consécutives de forte baisse, dopées par les valeurs bancaires et les assurances. A Londres, le FTSE a clôturé en hausse de 2,6%, la livre s'appréciant de 0,67% contre dollar après avoir inscrit un plus bas en 31 ans contre le billet vert la veille. Le Dax, à Frankfort, a bouclé la séance sur un gain de 1,9%, tandis qu'à Paris, le Cac40 2,6%. Seul l'avenir dira s'il s'agit d'un rebond technique ou d'une réelle stabilisation.
Vidéos à la une
Le Royaume-Uni subit une nouvelle avarie sur le front de l'économie, à la suite du Brexit. Le pays vient de perdre son triple A . Standard & Poor's a décidé ce lundi de dégrader sa note de deux crans, pour l'abaisser à un double A. L'agence de notation financière anticipe 'un contexte politique moins prévisible, moins stable et moins efficace' dans les mois à venir. Mais cette dépréciation pourrait encore s'accentuer. S & P évoque une 'perspective négative', autrement dit, une nouvelle dégradation de la note, à l'avenir, ne serait pas à exclure. En 2008, pourtant, Londres avait réussi là conserver son triple A au plus fort de la crise. ALERTE S&P dégrade la note du Royaume-Uni qui perd son 'AAA' à cause du Brexithttps://t.co/wqgAs9B5Sm pic.twitter.com/nToELRIK02- Challenges (@Challenges) 27 juin 2016
Vidéos à la une
Quel avenir pour la ''City'' après le Brexit ? Des milliers d'emplois du secteur financier pourraient quitter Londres pour d'autres villes. La banque américaine JP Morgan a déjà annoncé son intention de déplacer de nombreux postes. Par ailleurs, Londres pourrait voir déménager l'Autorité bancaire européenne (ABE), fondée au lendemain de la crise financière. Quelle ville profitera le plus de ces délocalisations ? La réponse du Dr. Rudiger von Rosen, co-directeur du Center of Finance and Economics: 'La City de Londres est la plus grande place financière au monde. Il va y avoir des départs vers d'autres villes, et la ville qui en profitera le plus c'est Francfort.' Entre 10.000 et 15.000 emplois pourraient arriver à Francfort dans les cinq prochaines années selon l'association Frankfurt Main Finance. La Deutsche Bank, par exemple, pourrait rapatrier certaines activités à son siège francfortois. À Paris, le quartier de la Défense pourrait aussi profiter du Brexit. La banque britannique HSBC a évoqué la possibilité de ''déplacer un millier de personnes'':http://www.lefigaro.fr/societes/2016/02/16/20005-20160216ARTFIG00009-hsb... dans la capitale française. Autres destinations possibles pour les banquiers de la City : Dublin, Luxembourg ou encore Amsterdam. Avec le Brexit, certains estiment que la finance européenne deviendra davantage multipolaire. Brexit : la finance européenne bascule dans une nouvelle ère https://t.co/E0W2zw5QdA pic.twitter.com/aoJLkkCLfz- Les Echos (@LesEchos) 27 juin 2016
Vidéos Argent/Bourse
Dévaluation de la livre sterling, éventuels droits de douanes... Ces incertitudes parmi tant d'autres préoccupent les petites et moyennes entreprises qui constituent le moteur de l'économie britannique. Simon Smallwood dirige une entreprise qui assiste des Britanniques désireux d'acheter une propriété en Europe. Il craint une dévaluation sur le long terme de la monnaie. Le chiffre d'affaires de sa société, qui emploie une dizaine de personnes, a chuté de moitié pendant les mois de la campagne précédant le référendum. 'La plus grosse inquiétude concerne les taux de change car c'est ce qui impacte le plus directement la décision des acheteurs. La manière dont tout cela évoluera dans les prochains mois va influencer la capacité qu'auront les entreprises au Royaume-Uni et dans la zone euro à se remettre d'un résultat auquel elles ne s'attendaient pas du tout', explique Simon Smallwood. A l'inverse, certaines société pourraient profiter de la dévaluation de la livre sterling, synonyme de gain de compétitivité. Mais elles souffriraient d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni du marché unique.
Vidéos à la une
Quel impact aura le Brexit sur l'économie britannique ? Notre envoyée spéciale à Londres, Sarah Chappell, en a discuté avec Jeremy Cook, chef économiste chez World First. Plongeon dans l'inconnu Aucun Etat membre n'ayant jamais quitté l'Union européenne, c'est avant tout un plongeon dans l'inconnu. 'On ne sait pas ce qui va se passer. Une grande incertitude va planer sur l'économie britannique. Les entreprises pourraient suspendre leurs dépenses d'investissement, et donc les créations d'emplois. Ce qui semblait tout rose pourrait commencer à s'assombrir,' prévient-il. Au premier trimestre, le Royaume-Uni pouvait se targuer d'une croissance de 2,1% sur un an. Le FMI estime que le Brexit amputera le PIB britannique de 1,4 à 5,6% d'ici 2019. Hausse du chômage A 5% de la population active, le taux de chômage était au plus bas depuis octobre 2005 sur les trois mois allant de février à avril. Le pays comptait 1,67 million de chômeurs. Des chiffres appelés à gonfler avec le départ des entreprises qui utilisaient le pays comme porte d'entrée vers l'Europe. La banque américaine JPMorgan a déjà averti qu'elle pourrait déplacer des emplois hors du Royaume-Uni. Dans la City de Londres, les banques craignent de perdre le droit de vendre sans entrave leurs services financiers vers les pays de l'UE. Enfin, la chute de la livre devrait générer de l'inflation importée. Certes, la Grande-Bretagne a de la marge avec une inflation de 0,3% en mai. Probable récession 'Le coup porté à court terme à la confiance des investisseurs, des entreprises et des consommateurs, suggère qu'ils pourraient freiner leurs dépenses sur les trois prochains mois,' précise Jeremy Cook. 'On peut s'attendre à deux, voire trois ou quatre trimestres de croissance négative donc oui, une récession est fort probable.' C'est bien ce que redoutent les agences de notation financières. Standard & Poor's a prévenu ce vendredi qu'elle pourrait retirer son précieux triple A au Royaume-Uni. Moody's envisage aussi de dégrader la note du pays.
Vidéos à la une
Le Fonds monétaire international avait averti que le Brexit représenterait un risque important pour l'économie mondiale. Le référendum a rendu le verdict tant redouté par Christine Lagarde. La directrice générale du FMI dit espérer une transition 'en douceur' vers une nouvelle relation entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. _'Le peuple britannique a parlé et sa décision doit être respectée. Un certain temps va s'écouler avant que nous connaissions la nature de la future relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Pendant ce temps, il est important qu'il y ait de la clarté dans le processus de négociation et qu'il soit mené de la manière la plus douce possible. Je salue les mesures annoncées aujourd'hui par la Banque d'Angleterre et la Banque centrale européenne pour soutenir le système bancaire, pour limiter un excès de volatilité financière et fournir les liquidités nécessaires. Le FMI, pour sa part, va continuer de suivre de prés l'évolution de la situation. Nous allons travailler avec nos partenaires pour garantir la résilience de l'économie mondiale dans la période à venir.''_
Vidéos Argent/Bourse
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a réagit au Brexit pour expliquer que l'institution s'était préparée à l'éventualité d'un tel résultat. 'Nous sommes bien préparés à cela. Le Trésor et la Banque d'Angleterre ont prévu un plan d'urgence. Comme un filet de sécurité et pour soutenir la bonne marche des marchés, la Banque d'Angleterre se tient prête à fournir plus de 250 milliards de livres de fonds additionnels à travers ses opérations normales. La Banque d'Angleterre est également capable de fournir des liquidités considérables en devises étrangères, en cas de besoin.' La Livre sterling a perdu jusqu'à 12% de sa valeur pour tomber à 1,32 dollars avant l'aube, son plus bas niveau en 30 ans.
Vidéos à la une
Avant la ruée vers les urnes, la ruée vers les bureaux de change. Les Britanniques prévoyant un séjour à l'étranger sont venus en masse acheter des euros ou des dollars à la faveur du rebond de la livre. Mardi, la poste britannique, qui opère un bureau de change sur quatre dans le pays (Money Travel Post Office), indiquait que la demande au guichet avait bondi de 74% sur un an depuis le week-end. 'Mon père m'a demandé de lui acheter des euros au cas où la livre plongerait, parce qu'ils vont une semaine en Espagne, ' confie Mark, employé de banque chez UBS. 'Je vais à l'Euro de football la semaine prochaine, je viens chercher des euros avant le référendum,' explique Chris, conseiller financier. Selon les économistes en effet, la livre sterling pourrait plonger de 15 à 30% si la Grande-Bretagne devait quitter l'Union européenne. David, comptable, n'a pas voulu prendre de risque. '_je pars en vacances fin août aux Etats-Unis. J'ai pensé qu'il valait mieux acheter mes dollars maintenant. Ce n'est pas une grosse transaction, mais si la livre s'effondre, ça pourrait me coûter cent livres.' Le mouvement de panique a été encore plus marqué en ligne. Sur la seule journée de mardi, les ventes de sterling sur le site de la poste ont presque quadruplé sur un an. Certains bureaux de change ont jugé plus sage de fermer ce jeudi.
Vidéos à la une
Dernière ligne droite de la campagne oblige, les grands patrons britanniques se mobilisent contre le Brexit. Parmi eux : Richard Branson, fondateur du groupe Virgin. Dans une lettre ouverte, il rappelle combien il était difficile de faire des affaires en Europe avant l'Union européenne et met en garde contre un retour en arrière. 'Je pense qu'un Brexit serait un désastre financier pour la Grande-Bretagne. La livre plongerait, le commerce serait entravé et le centre financier de l'Europe, actuellement à Londres, pourrait déménager sur le continent,' explique-t-il. My day in London, discussing why I believe the UK should Remain in the EU https://t.co/ybeIVtB9kb #VoteRemain pic.twitter.com/DfeDmB9spv- Richard Branson (@richardbranson) 20 juin 2016 A trois jours du référendum, les marchés, eux, ne croient plus à une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union. Toutes les places européennes ont rebondi ce lundi, Londres clôturant en hausse de 3%, Paris gagnant 3,5% comme Francfort. La livre a connu sa plus forte hausse en sept ans, soulageant le yen, monnaie refuge. Les investisseurs se sont aussi détournés de l'or et des dettes souveraines, notamment du Bund allemand à 10 ans, dont le rendement est repassé en territoire positif. Le maintien dans l'Union a pris la tête des sondages dimanche, dans le sillage du meurtre de la députée travailliste pro-européenne Jo Cox, jeudi.
Vidéos Auto
Nissan va engager des poursuites contre la campagne officielle pro-Brexit. Le constructeur automobile japonais reproche aux partisans d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne d'avoir utilisé son logo et son nom dans leurs prospectus. Ceux-ci affirmaient que tous les grands employeurs du pays s'étaient engagés à rester au Royaume-Uni quelle que soit l'issue du référendum, sous les logos de Toyota, Nissan, Vauxhall - marque d'automobile appartenant à General Motors -, General Electric, Unilever et Airbus. Nissan, comme les autres entreprises figurant sur les brochures de campagne, a toujours affiché sa préférence pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union. Début juin, son compatriote Toyota avait lui aussi menacé de poursuivre en justice la campagne officielle favorable à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, pour avoir utilisé son logo sans permission et donné l'impression qu'il soutenait le camp du Brexit.
Vidéos à la une
Les grandes banques de la City se préparent au pire pour la nuit du Brexit. Si les Britanniques devaient décider de quitter l'Union européenne au référendum du 23 juin, elles anticipent en effet un choc sans précédent sur les marchés, et notamment un décrochage de 30% de la livre sterling. Leurs courtiers les plus expérimentés resteront donc à leur poste dans la nuit du 23 au 24 juin. Ils ont reçu des consignes pour couvrir leurs positions en cas de besoin. Redoutant une saturation de l'infrastructure informatique des places boursières, la Banque d'Angleterre a elle aussi prévu de maintenir ses équipes à leur poste toute la nuit.
Vidéos à la une
Le taux chômage est au plus bas depuis octobre 2005 au Royaume Uni. Il est retombé à 5% sur les trois mois achevés fin avril, là où les économistes l'attendaient stable à 5,1%. Mieux, hors bonus, les salaires ont augmenté de 2,3% sur un an. Au 31 avril le pays comptait 1,67 million de chômeurs, 148.000 de moins qu'il y a un an. C'est le secteur privé qui a le plus recruté. Une bonne nouvelle pour l'économie britannique, en pleine torpeur dans l'attente du référendum du 23 juin sur le maintien ou non du pays dans l'Union européenne.
Vidéos Argent/Bourse
Une sortie de l'Union européenne serait-elle créatrice ou destructrice d'emplois? A dix jours du référendum sur le maintien ou non de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne, la question divise les milieux économiques britanniques. Bruxelles bride l'entreprenariat Tim Martin, fondateur de la chaîne de pubs JD Wetherspoon, qui compte plus de 37.000 salariés, fait campagne pour un Brexit. Pour lui, les réglementations imposées par Bruxelles freinent les créations d'emploi. 'Rien ne dit qu'on ne peut pas être un pays prospère. On aura plus d'argent parce qu'on ne le versera plus à l'Union européenne, et cela libérera les forces entrepreneuriales dans le pays,' affirme-t-il. De l'importance de normes communes Le Président de la branche britannique d'Airbus, Paul Kahn, ne partage pas cette aversion des normes. Au contraire. Si l'avionneur européen ne compte pas quitter le pays en cas de Brexit, il pourrait y geler ses investissements et donc ses embauches. 'Nous produisons sur la base de standards communs. Si vous introduisez des standards britanniques en plus des standards européens, cela complique tout,' explique-t-il. Des bienfaits de l'immigration européenne Et si les partisans du Brexit accusent les migrants européens de voler le travail des Britanniques, une étude de la London School of Economics démontre au contraire leur effet positif sur l'économie britannique. 'L'Union européenne offre au pays un accès à des professionnels souvent hautement qualifiés, et dont il n'a pas eu à financer l'éducation. Au final, ces migrants créent même des emplois, ils ne volent pas des emplois aux Britanniques, pour la bonne raison que dans une économie en croissance il y a de la place pour tout le monde,' assure Swati Dhingra, spécialiste du marché du travail européen. La Grande-Bretagne affiche un taux de chômage de 5,1%, c'est moitié moins que la moyenne européenne. Plus de 3 millions d'emplois dépendent directement de l'Union européenne dans le pays.
Vidéos à la une
Les sondages concernant le Brexit ont toute l'attention des marchés, à l'approche de la réunion de la FED et de la Banque d'Angleterre cette semaine... Particulièrement la dernière enquête d'opinion donnant en fin de semaine le Brexit vainqueur avec dix points d'avance. Les marchés asiatiques ont connu leur pire journée en quatre mois ce lundi. A Tokyo, l'euro est tombé à son plus bas niveau depuis plus de trois ans face au yen (119,11). Le yen, devise refuge, est en forte hausse, ainsi que l'or sur le marché des matières. Les marchés européens, plus préparés au scénario du Brexit, chutaient de 1% à l'ouverture ce lundi, en recul depuis quatre séances d'affilée. Dans le même temps la livre sterling descendait à son niveau le plus bas en huit semaines à 1,41 dollar. D'après le Financial Times les positions spéculatives, pariant sur une baisse de la livre ont doublé à 6 milliards de dollars.
Vidéos à la une
BHS, c'est fini. Faute de repreneur, la chaîne de grands magasins britanniques créée en 1928 va mettre la clef sous la porte. 11.000 emplois sont condamnés. C'est la plus grosse faillite du secteur au Royaume Uni depuis celle de Woolworths, en 2008. Sur le déclin depuis des années, notamment dans l'habillement avec la concurrence du commerce en ligne et d'enseignes comme Zara et H&M, British Home Stores avait été placé sous administration judiciaire en avril. #SaveBHS pic.twitter.com/6yXc5s1YRM- BHS UK (@BHS_UK) 10 mai 2016 Son ancien propriétaire, le milliardaire Philip Green, patron du groupe Arcadia qui exploite la chaîne à succès Topshop, doit être entendu le 15 juin par une commission d'enquête parlementaire sur le versement de 400 millions d'euros de dividendes à sa famille avant la cession de BHS pour une livre symbolique l'an dernier. Son repreneur d'alors, l'homme d'affaire Dominic Chappell, n'avait aucune expérience de la distribution.

Pages

Publicité