Vidéos A la une
"On joue tous à se faire peur..." C'est le constat de Christian Eckert, invité de l'émission Questions d'info, mercredi. Le secrétaire d'Etat au Budget réagit - notamment - aux propos de François Fillon qui estime que "derrière un défaut de paiement de la Grèce se profile l'ombre terrifiante d'un défaut paiement de la France". "Vous voulez que je vous rappelle ses paroles de début de mandat en disant qu'il était (à la tête d'un État en faillite ?)", ironise Christian Eckert. La France est en ce moment championne des lanceurs d'alerte.
Vidéos A la une
Christian Eckert l'assure : le gouvernement ne laissera pas filer les déficits publics. "Le déficit public poursuivra sa baisse en 2015 et 2016", a-t-il martelé aux députés. Il a toutefois évoqué les dépenses - non planifiées - que l'État a dû consentir, notamment depuis les attentats de janvier : "Depuis le début de l'année, nous avons engagé des dépenses nouvelles, et nous l'assumons car il faut assurer la sécurité des français. C'est le plan de lutte contre le terrorisme et le budget de la Défense." Le secrétaire d'Etat a également rappelé que l'emploi était la " priorité" du gouvernement : "Nous avons dégagé des moyens supplémentaires pour les contrats aidés et pour l'emploi dans les TPE et PME". Christian Eckert explique que ces dépenses supplémentaires se font à budget constant, "entièrement financées par des économies sur les autres ministères."
Vidéos A la une
Réunie en commission élargie jeudi matin à l'Assemblée, la commission des Finances auditionne le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, sur les crédits de la mission "Économie" de la partie dépenses du budget 2015. Répondant au député UMP de Haute-Savoie, Lionel Tardy qui s'inquiète de l'application "décevante" de la suppression des petites taxes qui pèsent sur les entreprises, le ministre rappelle de manière ironique que le sujet concerne le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, également présent :"Je laisserai Christian Eckert répondre sur la surpression des petites taxes, puisque c'est son travail de Pénélope à lui". Les députés ne manquent pas cette expression désignant un ouvrage qui ne se termine jamais, en référence au tissage de la femme d'Ulysse dans l'Odyssée. Le président de la commission des Affaires économiques, François Brottes, a visiblement du mal à imaginer le secrétaire d'État dans la peau de cette femme : "J'ai du mal à l'imaginer quand même...",réagit-t-il en déclenchant des rires autour de lui. Ce à quoi Emmanuel Macron répond, également hilare :"Je vous laisse fantasmer sur cette vision". Si le ministre de l'Économie utilise cette référence mythologique, c'est pour rappeler le recul du gouvernement sur cette promesse de François Hollande. Celui-ci s'était engagé à réduire le nombre de ces taxes en janvier dernier, une mesure qui devait rapporter aux entreprises plus d'1 milliard d'euros. Au final, seulement sept seront supprimées dans le budget 2015 pour un bénéfice qui ne dépassera pas 2 millions d'euros, selon le Figaro.
Vidéos A la une
Chaque soir, Arnaud Ardoin et ses invités débattent avec vous, dès 19h45, en direct sur www.lcp.fr. Impôts : la pilule est-elle passée ? La lecture définitive du projet de loi de finances...
Vidéos A la une
Une heure de vifs échanges autour du CICE. Il est un peu plus de 22h, jeudi soir, quand le député de l’aile gauche du PS, Jérôme Gudej présente 2 amendements sur la modulation du CICE. L’un...
Vidéos A la une
Chaque soir, Arnaud Ardoin et ses invités débattent avec vous, dès 19h45, en direct sur www.lcp.fr. Impôts : le « burn-out » fiscal ? Alors que le gouvernement doit faire face au...
Vidéos A la une
Christian Eckert a remis un rapport sur la liste des 9000 comptes cachés de la banque HSBC. Liste détenue par Hervé Falciani. Le rapporteur général du Budget a étudié le traitement de cette liste par l’administration.
Publicité