Le survol mystérieux de plusieurs centrales nucléaires en France pose encore la question de l'utilisation des drones.

Ce mercredi 29 octobre EDF a annoncé avoir constaté que sept de ses centrales nucléaires avaient été survolées par des drones dans le mois. Mais le fournisseur d’énergie n’est pas le seul concerné. Le ciel de plusieurs sites du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a également été visité de la même façon selon les informations duFigaro. Les deux institutions ont par ailleurs porté plainte.

"Nous n'avons aucune crainte vis-à-vis d'un drone survolant nos installations. Ces objets ne sont pas susceptibles d'endommager quoi que ce soit par leur chute ou tout objet qu'ils lâcheraient. On est en deçà de ce qui est prévu dans le dimensionnement de nos installations" a tenu à rassurer EDF.

Si dans le contexte militaire cet aéronef téléguidé est utilisé pour frapper l’ennemi ou à des fins de renseignement, l’usage civil de cet engin consiste surtout à faire de la prise de vue. Devenu l’ami des paparazzis ou des cadreurs de cinéma, le drone peut-être également utilisé à des fins d’espionnage.

Lire aussi : Photos : la France vue d'un drone !

Aujourd’hui, rien de plus facile que de se procurer un drone équipée d’une caméra HD à bas coût. De fait, le drone faisait l’an dernier son entrée parmi les cadeaux de noël les plus prisés. Tendant à se démocratiser, l’utilisation de cet espion volant pose tout de même quelques questions.

"Mise en danger de la vie d’autrui"

Le 13 février dernier, un lycéen de 18 ans a été poursuivi par le tribunal de Nancy pour "mise en danger de la vie d'autrui" après la mise en ligne d’une vidéo filmée par un drone. Son tort, avoir outrepassé la législation en vigueur. Une formation similaire à celle d’un pilote d’avion ainsi qu’une autorisation préfectorale sont en effet nécessaires pour faire voler un aéronef au-dessus d’un espace urbain.

En outre, si autorisation il y a, l’usager à la formelle interdiction de faire le voler à plus de 50 m d’altitude. Deplus, si le propriétaire de l’appareil le fait voler au-dessus d’une agglomération, ou à proximité d'un rassemblement de personnes ou d'animaux, ce dernier est considéré par la justice comme dangereux pour la vie d’autrui.

De fait, ce dernier est responsable des dommages éventuels que l’engin pourrait poser en cas de chute ou autre. Ainsi, comme l’explique France TV Info, on ne peut faire pas tout ce que l’on veut avec un drone. Et encore moins si celui-ci est équipé d’une caméra.

Atteinte à la vie privée

Autre problème majeur posé par les drones : l’atteinte à la vie privée. En effet, aurait-on envie d’être filmé dans son jardin par l’aéronef de son voisin ? Là encore, la législation est stricte. Pour avoir le droit de faire voler un drone muni d’une caméra il faut faire une demande officielle auprès de la Direction Générale de l’aviation civile au moins 15 jours avant la date du vol. En revanche, il est autorisé de faire des prises de vue dans le cadre du loisir mais les restrictions restent nombreuses.

Parmi celles-ci, l’interdiction de filmer une personne sans son consentement comme l’indique l’article 226-1 du Code pénal. Ce faisant, cet arsenal législatif n’empêche pas les utilisateurs de drones de contrevenir aux règles comme en attestent les survols des centrales nucléaires.

Survoler en toute impunité ?

Cette semaine, et encore aujourd’hui, des sites nucléaires français ont été survolés en totale impunité. Ce vendredi, Le Parisien révèle que c’est un site militaire d’Areva qui a également attiré la curiosité du drone. Or le mystère plane autour de ces vols de drones qui moquent allègrement les systèmes de sécurité la sécurité de ces sites sensibles.

Publicité
Même si une enquête est en cours pour savoir qui se cache derrière la radiocommande de ces appareils, force est de constater l’impunité de ces pilotes. Et ce, malgré la possibilité de "neutraliser" ces appareils comme l'a évoqué Bernard Cazeneuve

En outre, les usages néfastes de ces appareils, comme le repérage pour un cambriolage ou le voyeurisme, paraissent pour l’heure bien difficile à traquer…

 

En imagesPhotos : la France vue d'un drone !

Antibes

Le site Dronestagram rassemble les plus belles photos prises depuis des drones. Images, ou vidéos, ces petits appareils volants nous offrent des points de vue d'ordinaire inaccessibles, sauf pour les oiseaux. Les amateurs et autres passionnés ont donc piloté leurs appareils et capturé la beauté de notre pays depuis les airs. Petit tour de France des m...

Saint-Emilion

Douarnenez

Avignon

Guérande

Hyères

Aigues-Mortes en Camargue

Etretat

Pont du Guard

Le Mont Saint-Michel

Autres diaporamas

Publicité
Publicité