Vidéos A la une
Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche à Toronto pour la marche des fiertés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres), ouverte par le Premier ministre Justin Trudeau, une première pour un chef de gouvernement canadien. Proud. #PrideTO pic.twitter.com/syfEwPACRQ- Justin Trudeau (@JustinTrudeau) 3 juillet 2016 Agitant un drapeau arc-en-ciel serti d'une feuille d'érable, symbole du Canada, Justin Trudeau a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements dans l'immense foule massée le long d'une des principales artères de Toronto. Justin Trudeau avait participé au traditionnel défilé l'an dernier mais comme chef du Parti libéral, alors dans l'opposition. Chemise saumon, pantalon blanc, l'air décontracté, le Premier ministre a enchaîné les poignées de main et les selfies le long du parcours, enflammant les réseaux sociaux. Le long cortège coloré et festif s'est arrêté à 15H00 (19H00 GMT) pour observer une minute de silence en hommage aux victimes du massacre d'Orlando (Etats-Unis) revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), qui a fait 49 morts le 12 juin. Environ un million de participants était attendu par les organisateurs du défilé, mais la police de Toronto n'a pas livré d'estimation. Un important mais discret dispositif de sécurité encadrait l'événement. La Première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne, qui est homosexuelle, et le maire de Toronto John Tory marchaient aux côtés de Justin Trudeau. En matinée, les trois avaient assisté à une messe en plein air dans le quartier gay de Toronto. Avec AFP
Vidéos A la une
Se battre pour l'égalité, la simple égalité, c'est ce qu'ont fait les centaines de milliers de personnes rassemblées ce samedi pour la Gay Pride de Madrid. Une manifestation traditionnellement exubérante et festive, mais aux revendications plus sérieuses que jamais : 'Nous voulons le respect de la diversité dans le système éducatif, dans le système de santé, déclare cette femme. Nos enfants sont les premiers à grandir dans une société espagnole plus égalitaire, et ils n'auront pas de problème avec la loi. Mais le reste du système et des citoyens doivent connaître la diversité et nous respecter comme n'importe quelle autre famille'. A Paris, la Marche des Fiertés a suivi pour des raisons de sécurité un parcours différent et moins long que celui initialement prévu. Déjà, la date de la Marche des Fiertés avait été reculée d'une semaine. De nombreux hommages et messages de soutien à Orlando et sa communauté gay ont été vus dans le cortège mais l'ambiance était tout sauf triste et résignée... C'est beau, la nuit, une #gaypride #Madrid #Orgullo pic.twitter.com/zotuHdEtJI- Jean-François Guyot (@JFGuyot) 2 juillet 2016 'We stand with Orlando' shouted by tens tousands of people Place Bastille in Paris#gaypride#MarcheDesFiertes pic.twitter.com/W8eIuFFLkj- jean rossignol (@jrossignol) 2. Juli 2016
Vidéos A la une
Les femmes et les hommes transgenres pourront désormais servir dans l'armée américaine. Ce jeudi, le Pentagone a décidé de mettre fin à l'interdiction qui frappait ces citoyens américains jusqu'alors. 'C'est la bonne chose à faire pour notre peuple et notre armée, a indiqué Ashton Carter, le ministre de la Défense, dans un communiqué. Il invoque la nécessité de ne pas 'laisser des barrières non liées aux qualifications' empêcher l'accès de personnes talentueuses à l'armée. Secretary of Defense Ash Carter says the Pentagon is dropping the ban on transgender troops https://t.co/uoyMDUrKJy https://t.co/br5rlJfgFv- CNN (@CNN) 30 juin 2016 Selon Human Rights Campaign, l'une des associations défendant les transgenres, ceux-ci seraient environ 15.500, actuellement présents dans l'armée américaine (estimations de 2015). Ils risquaient donc l'expulsion pour raison médicale, même si elle n'était alors pas systématiquement appliquée. Par le passé, certains militaires ont déjà pu servir sans se cacher. Cette décision intervient cinq ans après celle qui autorise les homosexuels à servir ouvertement dans l'armée américaine, après l'abolition de la loi dite 'don't ask, don't tell' (ne rien demander, ne rien dire) de 1993.
Vidéos A la une
Malgré l'interdiction, ils ont tenté de défiler, en petits groupes. Pour la deuxième année consécutive, la gay pride n'a pas pu se tenir à Istanbul. Raison invoquée cette fois par les autorités turques : la sécurité, le risque terroriste, en plein ramadan. 200 à 300 personnes ont bravé la police dans le centre-ville, et une douzaine ont été arrêtées. Dont ce député allemand, connu pour son militantisme homosexuel, et très ironique : 'Je ne sais pas pourquoi deux personnes de notre délégation, deux jeunes Allemands, ont été arrêtés, dit Volker Beck, député du parti Vert. Ils n'ont rien fait, à part être dans le paradis turc.' Un groupe ultra-nationaliste avait averti qu'il empêcherait la marche de se tenir pour ne pas voir les gays 'déambuler à moitié nus' et 'des bouteilles d'alcool à la main'. La Turquie a été frappée par plusieurs attentats kurdes et islamistes ces derniers mois.
Vidéos A la une
La gay pride de Mexico a rassemblé des milliers de sympathisants de la cause LGBT sur la célèbre promenade la réforme, longue de presque 15km. Au delà de la fête l'objectif était de porter un coup à l'homophobie, très présente au Mexique. Le défilé s'est tenu treize jours après la tuerie d'Orlando, lors de laquelle de nombreuses victimes étaient d'origine mexicaine.
Vidéos A la une
Omar Mateen, l'auteur de la tuerie d'Orlando a fait preuve d'un calme 'effrayant' lorsqu'il a appelé la police pour revendiquer son attentat le 12 juin dernier dans une boîte gay de l'agglomération. Orlando : ce qu'a dit Omar Mateen aux policiers https://t.co/Rr4SsAQKVv pic.twitter.com/JedPeYcXCz- Le Point (@LePoint) 20 juin 2016 Lundi, le FBI a publié les 'conversations': https://www.fbi.gov/tampa/press-releases/2016/investigative-update-regar... entre la police et le tireur dans lesquelles il a fait allégeance à l'Etat islamique. Il sera abattu trois heures plus tard. John Mina, chef de la police d'Orlando : 'La chronologie basée sur des communications radio montre clairement que nos officiers sont arrivés sur place en quelques minutes et ont échangé des coups de feu avec le suspect. C'est important parce que cette intervention l'a obligé à arrêter de tirer et à se barricader dans les toilettes avec des otages.' La police d'Orlando est accusée d'avoir tardé à intervenir durant la prise d'otage. On sait désormais pourquoi : pour ralentir les policiers, Omar Mateen avait déclaré être en possession d'explosifs comme des attentats de Paris. 49 personnes ont également été blessés durant l'attaque dont une vingtaine sont toujours hospitalisées. Depuis le drame, une campagne de soutien aux familles des victimes a été lancée sur les réseaux sociaux. Et, aussi incroyable que cela puisse être, tous les propos homophobes enregistrés durant cette campagne rapporteront de l'argent aux familles des disparus. Piégés : des homophobes rapportent du fric aux victimes d'Orlando https://t.co/vANeAWJcni pic.twitter.com/bZKE5QU2CQ- L'Obs (@lobs) 20 juin 2016 Avec Agences
Vidéos A la une
La police a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour disperser des militants LGBT qui s'étaient réunis près de la place Taksim, à Istanbul, ce dimanche. Plusieurs centaines de représentants des forces de l'ordre ont encerclé la place pour empêcher la tenue de cette manifestation en faveur des transsexuels. Les participants, rejoints par des sympathisants de la cause, se sont alors réfugiés dans les rues adjacentes. Des manifestants anti-gay, venus s'opposer au rassemblement, ont été interpellés. Quelques jours plus tôt, un groupuscule ultra-nationaliste avait demandé aux autorités d'annuler l'événement, qui devait se dérouler dans le cadre de la semaine LGBT dans le pays. La Gay Pride, qui devait se tenir la semaine prochaine, a été interdite. La police disperse un rassemblement LGBT à Istanbul https://t.co/XCsfzS8X6L- La Presse (@LP_LaPresse) 19 juin 2016
Vidéos A la une
Les familles des victimes de la tuerie d'Orlando continuent d'enterrer leurs morts aux Etats-Unis. Des cérémonies sont programmées pour les quinze jours à venir. Ici on pleure Anthony, 25 ans, d'origine portoricaine, comme beaucoup des victimes. Plus de la moitié d'entre elles avaient moins de trente ans. Un immense drapeau arc-en-ciel a été déployé sur la façade d'un bâtiment administratif du comté d'Orange, dont Orlando est la capitale. L'occasion d'une cérémonie d'hommage, en présence d'élus locaux. L'enquête a révélé qu'Omar Mateen a échangé des textos avec sa femme pendant qu'il était en train de commettre le massacre dans la discothèque Pulse, un lieu où il avait été aperçu plusieurs fois auparavant. Un membre de la communauté musulmane à laquelle appartenait le tueur a été interrogé vendredi par le FBI. Il s'agit de cette mosquée de Fort Piece, où résidait Omar Mateen. Au sein de la communauté homosexuelle américaine, les craintes en matière de sécurité ont poussé certains établissements à renforcer leur dispositif, comme dans cette boîte de nuit de Washington où des policiers sont présents à l'intérieur. Ce soir-là s'est tenue une campagne de levée de fonds pour les familles des victimes.
Vidéos A la une
Ceux qui connaissaient Omar Mateen ont commencé à décrire celui qui est devenu le meurtrier d'Orlando. Un collègue de travail, Daniel Gilroy, se souvient d'un homme à la fois très raciste, mysogyne, antisémite et homophobe, et qui ne cachait pas ses opinions. L'ex épouse d'Omar Mateenn, Sitory Yusufiy, se souvient d'un homme violent et son père, Seddique Mir Mateen dit ne pas savoir ce qui a pu motiver son fils. 'Ce qu'il a fait est un acte de terrorisme' dit-il encore. 'Je condamne ce qu'il a fait. J'aurais aimé savoir ce qu'il préparait. Si je l'avais surpris, je l'aurais arrêté moi-même. La seule chose que je peux dire à ceux qui ont perdu leurs proches, c'est qu'ils sont ma famille, et je présente mes excuses pour ce que mon fils a fait. Je suis aussi triste que vous l'êtes, vous êtes ma famille.' Un cordon de sécurité est en place autour de l'appartement d'Omar Marteen. Les policiers qui ont négocié avec lui avant l'assaut se souviennent d'un homme très 'calme'.
Vidéos A la une
Le massacre d'Orlando a bouleversé la campagne présidentielle aux Etats-Unis et contraint les candidats à réagir. Accusée par son adversaire d'être trop complaisante envers l'islam radical, la démocrate Hillary Clinton a appelé à durcir les contrôles sur les ventes d'armes. 'Je pense que les armes de guerre n'ont pas leur place dans nos rues, a-t-elle martelé. Et nous pouvons avoir des divergences concernant la réglementation sur les armes, mais nous devrions tous être capables de nous entendre sur quelques points essentiels. Si le FBI vous surveille pour liens présumés avec le terrorisme, alors vous ne devriez pas pouvoir aller acheter une arme sans qu'aucune question ne vous soit posée.' Pour autant, la candidate se refuse à stigmatiser toute la communauté musulmane. Our diversity isn't a liability in the fight against terrorism. It's an asset. It makes us stronger. pic.twitter.com/0cTpmfvA3c- Hillary Clinton (@HillaryClinton) 13 juin 2016 Pour le Républicain Donald Trump, ce ne sont pas les armes qui sont en cause mais les immigrés venus de pays liés au risque terroriste. Il propose donc ni plus ni moins de suspendre l'immigration en provenance de ces régions. 'Nous ne pouvons pas continuer à laisser entrer des milliers et des milliers de personnes dans notre pays, dont beaucoup pensent de la même façon que ce tueur sauvage, a-t-il martelé. La seule raison pour laquelle ce tueur se trouvait en Amérique est que nous avions autorisé sa famille à venir ici. C'est un fait dont nous devons parler.' What has happened in Orlando is just the beginning. Our leadership is weak and ineffective. I called it and asked for the ban. Must be tough- Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 12 juin 2016 La sécurité nationale et le terrorisme s'imposent désormais plus que jamais comme des thèmes de campagne majeurs dans la course à la présidentielle.
Vidéos A la une
' Cette veillée a été organisée spontanément devant les grilles de la Maison Blanche en hommage aux victimes de l'attentat d'Orlando. Les participants y ont chanté l'hymne américain et le traditionnel chant pour les droits civiques 'We Shall Overcome'.
Vidéos A la une
C'est le pire attentat islamiste aux Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001. Un homme a abattu 50 personnes et blessé 53 autres samedi soir dans une boîte de nuit gay à Orlando, aux Etats-Unis. L'assaillant est entré dans l'établissement vers deux heures du matin armé d'un fusil d'assaut et d'un pistolet semi-automatique. Il a fait feu sur la foule avant de prendre plusieurs personnes en otage. Vers 5 heures, les unité spéciales de la police ont finalement investi la boîte de nuit en enfonçant l'une des issues avec une voiture bélier. Omar Mateen, le tireur, a été abattu. Le FBI a déclaré plus tard que Mateen avait téléphoné 911, le numéro d'urgence de la police, et déclaré allégeance au groupe Etat Islamique, qui a revendiqué d'ailleurs l'attentat ce lundi pour la deuxième fois. Mais le tireur faisait-il vraiment partie du réseau ? C'est ce que va essayer de découvrir le FBI, très vite mis en cause pour sa surveillance défaillante d'Omar Mateen, qui était connu des services de police. Ce que l'on sait, c'est qu'il avait déjà dans le passé déclaré sa haine des homosexuels.
Vidéos A la une
Un hymne américain qui se pare du drapeau arc en ciel devant la Maison Blanche, et c'est toute la communauté gay américaine qui affiche sa solidarité et son rejet de la haine après l'attentat d'Orlando. Dans de nombreuses villes aux Etats-Unis, des veillées ont été spontanément organisées ce lundi soir. San Francisco supports #Orlando pic.twitter.com/E852lkg83M- Rev. Megan Rohrer (@mmrohrer) 13 juin 2016 A Chicago, c'est dans le quartier de Boystown que les membres de la communauté LGBT se sont rassemblés, avec le plus simple des mots d'ordre : le respect de la différence. 'Nous vivons dans un pays où un candidat à l'élection présidentielle capitalise sur la haine des musulmans pour atteindre la Maison Blanche, crie un participant à la foule. Et donc nous, les LGBT, qui nous battons pour la liberté et la justice pour tous, devons nous battre pour la justice pour les musulmans, les asiatiques, pour quiconque est visé par la haine, et pas seulement pour nous-mêmes'. Quelques heures avant la Gay pride de Los Angeles, un homme armé a été arrêté qui comptait s'en prendre à l'évènement. Stretching approximately 8 blocks, #SanFrancisco vigil makes its way to City Hall #OrlandoStrong #SFPD pic.twitter.com/EMPpkchT76- SFPDSgtMike (@SFPDSgtMike) 13 juin 2016 La sécurité a été renforcée dans les quartiers gay de plusieurs grandes villes, comme à Santa Monica. 'Je pense qu'il est vraiment important que nous sortions, déclare cette femme, et que nous ne laissions pas les terroristes et d'autres gens nous empêcher de sortir et de célébrer ce que nous avons besoin de célébrer aujourd'hui, c'est à dire nos libertés'. Ailleurs dans le monde les gestes de solidarité se succèdent aussi. A Paris, l'Hôtel de Ville et la Tour Eiffel seront illuminés aux couleurs du drapeau gay ce lundi. #ParisStandsWithOrlando En hommage aux victimes, LaTourEiffel sera illuminée ce soir aux couleurs du drapeau arc-en-ciel #LGBT #LoveWins- Paris (Paris) 13 juin 2016
Vidéos A la une
Ce devait être une soirée glamour et paillettes. Mais dimanche à New York, la tuerie d'Orlando a jeté un froid sur la cérémonie des Tony Awards. La soirée des Molières américains qui a fait un triomphe à la comédie musicale 'Hamilton'. Andrew Lloyd Webber, compositeur: 'On a eu Paris, et maintenant on a ça. Nous vivons vraiment dans un monde très très inquiétant. Mais c'est quelque chose, que nous tous, nous qui travaillons dans la musique, le théâtre, nous ne pouvons combattre qu'en continuant à faire ce que nous faisons. Nous devons nous battre pour défendre la force que représente l'art'. Glenn Close, actrice: 'Je suis choquée. J'ai l'impression que ce genre d'événement se produit trop souvent. J'ai un ami gay qui m'a dit qu'il n'aurait jamais pensé qu'il allait devoir vérifier où sont les portes de sortie lorsqu'il se rend dans un club. On ne veut pas vivre comme ça.' Gabriel Byrne, acteur: 'Ce n'est pas qu'une question d'obscénité sur ce qui s'est passé à Orlando. Le problème est que n'importe qui peut acheter une arme d'assaut sans aucun permis et qu'un gay ne peut pas donner son sang pour sauver la vie de ses frères.Ca c'est de l'obscénité.' Danny Burstein, acteur: 'Je n'arrive pas à y croire : mais ça s'est encore produit. Et ça va encore se reproduire. Il faudrait faire passer une loi raisonnable sur les armes à feu. Les politiciens devraient mettre ça dans leur programme électoral.' Gloria Estefan, chanteuse et productrice: 'C'est tellement triste. Et horrible. Quand je me suis réveillée, je me suis dis : oh, mon dieu, encore? Tous les jours on est confronté à des choses dingues.Tout ce qu'on peut faire c'est de faire émerger une nouvelle génération qui apprendra plus l'amour que la haine. On doit repousser la violence et peut-être que nous ferons un jour la différence.' La 70e cérémonie des Tony Awards a dédié la soirée au victimes d'Orlando.
Vidéos A la une
Après l'attentat d'Orlando, des centaines de personnes ont répondu favorablement aux appels au don du sang, lancés notamment sur les réseaux sociaux. Hundreds of #Orlando residents lined up outside of OneBlood's donation center to donate bl... https://t.co/u1nlkdIAVo pic.twitter.com/8p0TdwQhhl- Orlando Sentinel (@orlandosentinel) 12 juin 2016 Devant le centre ''OneBlood'', la file d'attente est interminable, si bien que des donneurs ont été invités à revenir plus tard. Chacun ici essaye d'aider comme il peut : 'Je donne mon sang pour aider les victimes qui luttent pour leur vie, dit cet homme.' 'On est là pour donner notre sang, pour soutenir les centres de don du sang, mais aussi les victimes et leurs familles.' Le centre ''Oneblood'' a démenti une rumeur selon laquelle tous les homosexuels étaient autorisés à donner leur sang. L'interdiction s'applique toujours aux hommes ayant eu des relations sexuelles, dans l'année écoulée. Une mesure jugée discriminatoire par la communauté gay et lesbienne. Il y a quelques mois encore, l'interdiction s'appliquait à tous les homosexuels. All FDA guidelines remain in effect for blood donation. There are false reports circulating that FDA rules were being lifted. Not true.- OneBlood (@my1blood) 12 juin 2016 All FDA guidelines remain in effect for blood donation. There are false reports circulating that FDA rules were being lifted. Not true.- OneBlood (@my1blood) 12 juin 2016
Vidéos A la une
Omar Mateen, Américain de 29 ans d'origine afghane, musulman pratiquant, à la personnalité violente et instable. Voilà les premiers éléments notables au sujet de l'auteur de l'attentat d'Orlando. Guns traced in #Orlando shooting: .223 caliber AR type rifle and 9mm semiautomatic pistol. Similar to those pictured pic.twitter.com/Ao5pcLtwBg- ATF HQ (@ATFHQ) 12 juin 2016 On sait aussi qu'il a a été interrogé deux fois par le FBI, en 2013 après des remarques suspectes sur le groupe Etat Islamique, et un an après pour des liens présumés avec un Américain devenu terroriste kamikaze en Syrie. Son ex-femme, Sitora Yusifiy, revient sur leur mariage, qui a duré moins de deux ans : 'Quelques mois après notre mariage j'ai vu qu'il était instable et bipolaire et qu'il devenait fou pour rien. C'est là que j'ai commencé à m'inquiéter pour ma sécurité, et après quelques mois il a commencé à abuser de moi physiquement, très souvent, il ne me permettait plus de parler à ma famille, en me retenant en otage... J'ai essayé de voir le bien dans tout ça quand-même mais ma famille s'en est alors mêlée, m'a rendu visite et m'a sortie de cette situation'. J'ai demandé à ce que l'Hôtel de Ville prenne aujourd'hui les couleurs des Etats-unis et de la communauté LGBT. #Orlando #Lovewins- Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 13 juin 2016 Dans la mosquée de Fort-Pierce, la ville de Floride où Omar Mateen vivait, on se souvient d'un homme calme et replié sur lui-même, mais qui n'avait jamais donné de signes de radicalisation. 'Il était très calme, se souvient l'imam Syed Shafeed Rahman, il arrivait à la dernière minute et repartait dès la fin. Il ne parlait à personne. Si quelqu'un lui serrait la main, il souriait et repartait aussitôt. Et quand il venait avec son fils de cinq ans il jouait autour de lui pendant qu'il faisait sa prière et une fois qu'il avait terminé il le mettait sur ses épaules et il repartait'. Le condominium où Mateen vivait est en cours de perquisition par la police fédérale. Les enquêteurs veulent savoir si la revendication de la tuerie d'Orlando par Etat Islamique, arrivée plusieurs heures après les évènements, est crédible ou non.
Vidéos A la une
La prise d'otage vient de s'achever. Il est cinq heures du matin et les premières victimes de l'attaque sont extraites de la boîte de nuit. 50 personnes sont mortes et 53 autres blessées. Dans la confusion, les familles cherchent encore leurs proches 'Mon fils était dans la boîte de nuit avec son petit ami et d'autres copains. Je sais que sont petit ami a été touché par balle à plusieurs reprises. Il est aux urgences. Mais je ne sais pas où est mon fils et personne ne peut me le dire', témoigne une mère, dans un état de choc. Une autre explique,'Je ne sais rien, on ne nous dit rien. Je sais juste que ma fille m'a appelée et m'a dit qu'elle avait pris une balle dans le bras. Elle criait, hurlait...je ne sais rien d'autre.' Selon des responsables de l'hôpital d'Orlando au moins 44 personnes ont été transportées au urgences, 26 ont dû subir une opération. Il s'agit de la plus grave tuerie de masse qu'ont connu les Etats-Unis. En 2007, une fusillade sur le campus de l'Université Virginia Tech avait fait 32 morts.
Vidéos A la une
Une gigantesque gay pride du Brésil à la Corée du Sud. Samedi des centaines de milliers de personnes ont défilé dans le monde pour la défense des droits humains et des homosexuels. A Rome malgré l'adoption en mai dernier d'une nouvelle loi en faveur des couples du même sexe, la communauté LGBT continue le combat. En dépit de la nouvelle loi sur l'union civile, deux personnes du même sexe ne peuvent toujours pas de marier ni adopter des enfants. La société reste très divisée sur la question. En Grèce la communauté LBGT a également formé un long cortège pour réclamer droit, respect et dignité. En Pologne, ce sont également plusieurs milliers de personnes qui sont descendues dans les rues de Varsovie pour participer à la 'parade de l'égalité'. Concerts, défilés et manifestations ont aussi été organisés à Zagreb en Croatie. En mai dernier une association européenne pour les droits des homosexuels a publié un palmarès des pays les plus progressistes : la République tchèque et la Slovénie arrivaient bon derniers. Avec agences .
Vidéos A la une
Polémique cette année autour plus grande Gay Pride d'Asie: celle de Tel aviv, qui a réunit selon la ville 200.000 homosexuels, transsexuels, et sympathisants ce vendredi. Depuis plusieurs années Israël fait son possible pour convaincre les touristes LGBT de faire le voyage, et ça marche: Des dizaines de milliers d'entre eux ont encore fait le déplacement pour l'occasion. Mais l'événement a faillit être annulé cette année, après la découverte par des organisateurs, du coût d'une campagne publicitaire destinés à l'Europe: 2,2 millions d'euros (11 millions de shekels), soit 10 fois plus que les subventions annuelles de l'État aux associations LGBT. De quoi raviver les accusations de pinkwashing qui visent régulièrement l'État hébreux. Une technique de communication visant à promouvoir - surtout en surface - l'homosexualité à des fins politiques ou économiques. Face à la menace de la communauté LGBT d'annuler le rassemblement, les autorités ont débloqué de nouvelles aides aux associations, du même montant que la fameuse campagne de communication. Pour le plaisir des fêtards.
Vidéos A la une
Elle a 20 ans et ne cesse de s'émanciper. La Gay Pride de Sao Paulo au Brésil, l'une des plus grandes du monde, a rassemblé des centaines de milliers personnes. Une mobilisation massive qui vise aussi à faire adopter au Parlement la loi 'd'identité de genres', un projet qui oblige notamment les services de santé à prendre en charge les opérations de changement de sexe. Avec AFP
Vidéos A la une
En Italie, les députés ont donné leur feu vert à la loi sur l'union civile des couples de même sexe, sur laquelle le gouvernement de Matteo Renzi avait engagé sa responsabilité. Le texte, déjà approuvé en février par le Sénat, a été adopté à une large majorité : 369 voix contre 193. C'est assurément une victoire pour les associations de défense des droits des homosexuels et pour Matteo Renzi. 'Aujourd'hui est un jour de fête pour tant de gens', a écrit le président du Conseil sur sa page Facebook. Puis d'ajouter : ''Nous écrivons une autre page importante de l'histoire de l'Italie que nous voulons.' L'Italie était le dernier pays d'Europe occidentale où les couples gays n'avaient aucun statut officiel. Plusieurs milliers d'opposants à la loi s'étaient rassemblés à Rome, en janvier dernier à l'appel du comité 'Défendons nos enfants'. Sous pression, le gouvernement avait finalement retiré la possibilité, pour les couples gay, d'adopter les enfants naturels du conjoint, mais le texte ne ferme pas pour autant la porte aux demandes au cas par cas. La nouvelle loi offre la possibilité de prendre le nom de son conjoint, ou encore le bénéfice de la pension de réversion. Avec AFP
Vidéos A la une
C'est un vote qui fera date dans l'histoire de l'Italie.Les députés ont approuvé à une large majorité la loi sur l'union civile des couples de même sexe, sur laquelle Matteo Renzi avait engagé la responsabilité de son gouvernement. ''Nous écrivons une autre page importante de l'histoire de l'Italie que nous voulons', indique le président du Conseil sur sa Facebook, évoquant un 'jour de fête pour tant de gens.' Les associations de défense des droits des homosexuels crient victoire : 'C'est un jour historique, comme ce fut le cas pour le divorce, l'avortement, les droits de la famille, souligne Aurelio Mancuso, le président de l'association Equality Italia. 'C'est une étape importante, historique. Nous savons qu'il y a toujours un long chemin à parcourir pour avoir l'égalité totale, mais c'est un excellent point de départ', indique Gabriele Piazzoni de l'association Arcigay. Un giorno di festa #Alessia #unionicivili https://t.co/wHlO3AIkkx pic.twitter.com/dCf6n3IgiG- Matteo Renzi (@matteorenzi) 11 mai 2016 'Pour moi, c'est une grande joie. Ça aurait été encore mieux s'ils avaient inclus dans la loi la possibilité d'adopter pour les hommes et femmes des familles arc-en-ciel, pour leurs enfants, souligne Maria Laura Annibali, présidente de l'association 'Di' Gay Project' Les associations regrettent que le gouvernement ait retiré du texte la possibilité, pour les couples gays d'adopter les enfants naturels du conjoint. Mais la loi ne ferme pas pour autant la porte aux demandes, au cas par cas. L'Italie était le dernier pays d'Europe occidentale où les couples gays n'avaient aucun statut officiel. Ce que prévoit la loi : L'obligation d'assistance morale et matérielle réciproque Le bénéfice de la pension de réversion Le titre de séjour pour le conjoint étranger La possibilité de prendre le nom de son conjoint Les couples homosexuels reconnus en Italie https://t.co/06ujY4MIWI pic.twitter.com/ONbeYRrGB5- la-croix.com (@LaCroix) 11 mai 2016 Plusieurs milliers d'opposants à la loi s'étaient rassemblés à Rome, en janvier dernier, à l'appel du comité 'Défendons nos enfants'.
Vidéos A la une
Deux militants de la cause homosexuelle ont été assassinés au Bangladesh. Les deux hommes, de nationalité bangladaise, ont été tués à coup de machette ce lundi. Xulhaz Mannan travaillait à l'ambassade américaine, et éditait le seul magazine gay du pays, dans lequel travaillait aussi l'autre victime Mahbub Tonoy. La communauté gay subit régulièrement les pressions des islamistes dans le pays. Les six assassins présumés des deux militants seraient entrés dans l'immeuble de Dacca où se trouvaient leurs cibles , en proférant des motivations religieuses. Une troisième personne aurait été blessée. Quelques jours plus tôt, une série d'attaques avait déjà visé des militants et des enseignants laïcs. Samedi, un professeur d'une soixantaine d'années, Rezaul Karim Siddique, avait déjà été abattu à coup de machette à son domicile de Rajshahi, au nord-ouest du pays. Un geste revendiqué par le groupe Etat Islamique. Mais les autorités du Bangladesh ont nié toute implication de l'organisation terroriste dans cet acte, qui, selon elles, serait le fait d'insurgés locaux.
Vidéos A la une
Après plusieurs années de débat, l'Église protestante de Norvège a dit 'oui' au mariage homosexuel. Une décision historique approuvée par la majorité d'un synode, réuni à Trondheim. Des applaudissements et des larmes ont accueilli le résultat du vote (88 voix sur 115 votants). Pour la communauté gay de Norvège, c'est assurément un grand jour. Emmylou et Victoria ont l'intention de se marier dans un an. Elles rêvaient d'une cérémonie religieuse : 'Nous attendions ce jour depuis un certain temps. J'ai eu du mal à dormir la nuit dernière', dit Emmylou. 'C'était un dilemme pour l'Église, explique ce pasteur. Le processus s'est enclenché difficilement. Il y a eu plusieurs rounds.'' La Norvège rejoint ses voisins, la Suède et le Danemark, où l'union de deux personnes de même sexe est déjà autorisée par l'Église protestante, qui constitue la principale confession des pays scandinaves.
Vidéos A la une
Le conseil de prud'hommes de Paris estime que le terme de 'PD' envoyé à un coiffeur n'est pas 'homophobe ', car, selon les juges, 'les salons de coiffure emploient régulièrement des homosexuels.' À l'origine de l'affaire, un texto qu'un manager envoie par erreur à un salarié à la veille de la rupture de sa période d'essai. 'Je ne le sens pas ce mec' écrivait la manager, 'c'est un PD, ils font tous des coups de p...' La ministre du travail Myriam El Khomri a dénoncé la décision des prud'hommes de Paris. Je trouve ce jugement particulièrement scandaleux' a-t-elle dit. Le conseil des prud'hommes estime qu'au vu du contexte 'le terme 'PD' ne peut être reconnu comme propos homophobe' mais seulement comme injurieux et a condamné l'employeur à payer une amende. Le coiffeur a fait appel et à nouveau saisi le Défenseur des droits.
Vidéos A la une
La parade de ce 38ème Mardi Gras a rugi ce samedi au vrombissement du club moto lesbien 'Dykes on Bikes', et rassemblé plusieurs milliers de spectateurs.
Vidéos A la une
Après la manif monstre du mois de janvier dernier contre le Pacs à l'italienne, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce samedi à Rome en faveur de l'union civile entre personnes du même sexe. Malgré l'adoption d'une première loi, le 25 février, la communauté LGBT maintient la pression sur le gouvernement de Matteo Renzi. L'accordo sulle unioni civili è un fatto storico per l'Italia. È davvero #lavoltabuona- Matteo Renzi (@matteorenzi) 24 février 2016 Graziano Ostuni, père d'un enfant explique ses motivations : 'Nous manifestons parce qu'un premier pas timide a été fait vers la reconnaissance des unions entre personnes de même sexe, mais ce n'est pas assez. Nous demandons un mariage égalitaire, nous demandons le droit d'adoption des enfants de nos conjoints qui devrait être un droit civil comme c'est déjà le cas dans beaucoup d'autres pays.' Une mère de famille renchérit : 'Nous sommes ici parce que les liens de notre famille ne sont pas reconnus par la loi et ce n'est pas juste, c'est pour cela que nous sommes venus ici pour demander que nos enfants ne soient pas des citoyens de seconde classe'. Adoptée par le sénat italien, la loi sur l'union civile doit encore être débattue à la chambre des députés. Mais il est très peu probable à ce stade qu'un amendement en faveur de l'adpotion y soit rajouté, faute de majorité suffisante.
Vidéos A la une
Le Sénat italien a voté jeudi 25 février la confiance au gouvernement sur un amendement qui reformule la loi sur l'union civile, un texte visant à permettre aux couples non mariés, en particulier les couples homosexuels, de bénéficier d'un statut. Il instaure une obligation d'assistance morale et matérielle réciproque, la possibilité de prendre le nom de son conjoint ou encore le droit à un titre de séjour lorsque le partenaire est étranger. En revanche, il ne prévoit plus la possibilité d'adopter l'enfant naturel de son conjoint. Le projet de loi doit maintenant être examiné par les députés. Un passage plus facile pour le chef du gouvernement Matteo Renzi, qui y dispose d'une majorité plus stable.
Vidéos A la une
Les défenseurs du projet de loi sur l'union civile, notamment les associations de défense des droits des homosexuels, sont satisfaits d'avoir enfin le droit de bénéficier d'un statut. En revanche, ils dénoncent un texte a minima. En particulier parce qu'il n'autorise pas l'adoption de l'enfant naturel du conjoint. Les opposants au texte, que l'on trouve en nombre dans les milieux catholiques, estiment au contraire qu'il va trop loin. Parce qu'un couple signifie pour eux l'union entre un homme et une femme. Dernier grand pays d'Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples non mariés, qu'ils soient ou non homosexuels, l'Italie se dote finalement d'une loi autorisant ceux-ci à contracter une union civile. Non sans avoir auparavant été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l'homme pour son retard en la matière Pari gagné donc pour la sénatrice Monica Cirinnà (Parti démocrate), même si son projet a dû faire des concessions à l'aile de la majorité la plus réticente sur ce sujet. Elle réussit en revanche là où une autre majorité de centre-gauche avait échoué, en 2007. Romano Prodi était alors président du Conseil. Il avait dû renoncer devant une forte mobilisation. Son projet était pourtant moins ambitieux que celui porté aujourd'hui, même si celui-ci est amoindri par rapport au texte initial. L'actuel chef du gouvernement, Matteo Renzi, faisait alors partie des opposants. Le 22 janvier dernier, à la veille d'une manifestation en faveur de la loi, le pape François avait déclaré qu'il 'ne pouvait pas y avoir de confusion entre la famille voulue par Dieu et tout autre type d'unions'. Un propos défendant on ne peut plus clairement le mariage hétérosexuel. L'église italienne s'est toutefois constamment gardée de s'engager officiellement dans le camp des opposants. Après le Sénat, le texte doit maintenant être examiné par les députés. Dans un contexte plus favorable pour le gouvernement.
Vidéos A la une
Des dizaines de milliers d'opposants à l'union civile pour des couples de même sexe se sont rassemblés samedi à Rome, au Circo Massimo, l'ancien stade romain situé en plein centre de la capitale italienne, alors que le Sénat débat depuis jeudi d'une proposition de loi prévoyant d'instaurer une telle union entre homosexuels. Des représentants du mouvement français La manif pour tous étaient présents. Les manifestants contestent être homophobes. 'Je pense que les droits des enfants doivent compter avant toute chose, avant donc ceux des adultes, qui sont bien sûr libres de vivre comme ils l'entendent, commente ainsi cette jeune femme. Et il est un fait qu'un bébé naît d'un homme et d'une femme.' L'Italie est le dernier grand pays d'Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe. Et le chemin politique est encore long avant que ceux-ci en bénéficient, la majorité sur laquelle compte le Premier ministre Matteo Renzi étant divisée, non sur l'union civile elle-même mais surtout sur la question de l'adoption.

Pages

Publicité