Vidéos à la une
Le député socialiste Jean-Marc Germain a réagi, jeudi dans Politique matin, à la déclaration du Premier ministre Manuel Valls, mardi soir lors d'une conférence de Sciences Po Paris, où il déclarait que le droit de vote des étrangers n'était plus "une priorité". Jean-Marc Germain, député frondeur socialiste des Hauts-de-Seine, s'est déclaré en désaccord total avec la position du Premier ministre. "Je partage plutôt l'avis de Jean-Christophe Cambadélis et de la majorité des socialistes, il faut garder le droit de vote des étrangers comme objectif", a expliqué le secrétaire national du Parti socialiste à l'international. Il y a déjà la moitié des étrangers qui ont le droit de vote, ce sont les européens. Il n'y a aucune raison que les non-européens n'aient pas le droit de vote." Ce fidèle de la maire de Lille Martine Aubry a regretté que le droit de vote des étrangers n'ait pas été proposé en référendum dès l'après-élection présidentielle 2012. "On a raté le coche au début du quinquennat, l'opinion publique y été favorable. Si on fait le référendum demain, je suis convaincu que la réponse sera non. Si on l'avait fait en juin 2012, la réponse aurait été oui."
Vidéos à la une
Présent mardi soir à une conférence de Sciences Po Paris, le Premier ministre Manuel Valls a enterré le droit de vote des étrangers aux élections locales qui faisait partie des promesses de campagne du candidat François Hollande. "Nous ne pouvons pas mettre en place le droit de vote des étrangers alors il ne faut pas le proposer. Parce que ce n'est pas possible politiquement, constitutionnellement. Et je ne pense pas que ce soit une priorité, a affirmé Manuel Valls. "Cette promesse de toute façon, elle ne sera pas mis en oeuvre et je suis convaincu qu'elle ne sera pas re-proposée à la prochaine élection présidentielle. Parce qu'elle tend inutilement et que ce n'est plus le sujet. Il y a une citoyenneté française, une citoyenneté européenne. Faisons déjà vivre ces deux citoyennetés plutôt que de courir derrière des totems qui ne sont plus adaptés à la réalité du monde."
Politique
En visite à la prestigieuse école Science Po à Paris, le Premier ministre s’est fait quelque peu chahuter avant de tirer un trait sur une promesse du candidat Hollande.
Politique
Dernièrement, le président des Républicains a fait savoir qu’il fallait relancer le débat sur le droit du sol. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, il tenait un autre langage…
Vidéos à la une
Martine Aubry ne rate jamais une occasion de tacler le chef de l'Etat. Lors d'une intervention à la fédération socialiste de Seine-Saint-Denis, la maire socialiste de Lille a rappelé mercredi à François Hollande qu'il n'avait proposé ni référendum ni modification de la Constitution pour accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales. Pour l'ancienne première secrétaire du PS, cette mesure aurait dû être prise dès 2012.
Vidéos à la une
François Hollande s'est de nouveau déclaré "favorable" au droit de vote des étrangers lors des élections locales, appelant les "forces républicaines" à "prendre leurs responsabilités" pour lever les obstacles politiques.
Vidéos à la une
Six Français sur dix se disent opposés au droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections municipales, selon un sondage Odoxa iTELE et Le Parisien/Aujourd'hui en France de samedi. Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, "il n'y a pas eu de travail qui a été fait sur ce sujet au niveau politique".
Vidéos à la une
Six Français sur dix se disent opposés au droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections municipales, selon un sondage Odoxa iTELE et Le Parisien/Aujourd'hui en France de samedi. Ils étaient 61% à y être favorables en 2011 et François Hollande en avait fait une promesse de campagne.
Vidéos à la une
A Paris, les « sans-voix » revendiquent le droit de vote des étrangers aux municipales . Ils sont Maliens, Tunisiens, Chiliens, Canadiens, Algériens ou Français. Médecins, agents de...
Publicité