Vidéos à la une
Le député socialiste de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg, a réagi, mercredi dans Politique matin, à la déclaration du Premier ministre Manuel Valls lors de sa venue à Sciences Po Paris où il expliquait mardi soir qu'il ne fallait pas proposer le droit de vote pour les résidents étrangers "si ce n'est pas possible politiquement, constitutionnellement. Et parce que je ne pense pas que ce soit une priorité". "C'est une faute que les députés n'aient pas à délibérer sur le sujet" du droit de vote des étrangers, a affirmé Daniel Goldberg. Il aurait fallu que l'on débatte à l'Assemblée nationale et qu'on prouve qui est favorable en appuyant sur le bouton de vote. Cela aurait été important de donner ce signe-là, particulièrement dans les quartiers dont je suis l'élu."
Publicité