Vidéos A la une
C'est l'un des chefs d'orchestre les plus talentueux de sa génération : l'israélien Omer Meir Wellber. Nous avons rencontré cet ancien assistant de Daniel Barenboim au Festival de musique de Dresde. Il a eu l'occasion de diriger le prestigieux Orchestre philharmonique d'Israël en l'église Notre-Dame, édifice hautement symbolique pour l'Histoire de la ville. A Dresde, la musique semble révéler toute sa puissance en rapprochant talent, architecture et histoire. Le chef d'orchestre israélien Omer Meir Wellber a investi avec l'Orchestre philharmonique d'Israël, la splendide église baroque Notre-Dame de Dresde. Un édifice hautement symbolique, pratiquement rasé à la fin de la Seconde Guerre mondiale et reconstruit après la réunification allemande. Le concert était donné dans le cadre du Festival de musique de Dresde dédié notamment à Israël cette année. Jan Vogler gibt euronews gerade ein Interview über Omer Meir Wellber und die Dresdner Musikfestspiele. pic.twitter.com/uCYSRrdGAp- Musikfestspiele (dresdenfestival) 19 mai 2016 'Cette nouvelle génération qui donne un bouffée d'air frais' Jan Vogler, directeur général du Festival de musique de Dresde, revient sur ce choix de thème : 'Il était important pour moi que le festival contribue musicalement à la réflexion et au souvenir en mettant l'accent sur Israël, dit-il. On se replonge dans l'Histoire et on montre quels sont les liens culturels entre nos deux pays,' souligne-t-il. 'Aujourd'hui, nous sommes les représentants d'une nouvelle génération, assure le chef d'orchestre israélien, Omer Meir Wellber avant d'ajouter : D'une certaine manière, l'église Notre-Dame et le Philharmonique d'Israël appartiennent à cette génération qui ouvre les portes et donne une bouffée d'air frais.' 'Sens de l'humour juif' chez Chostakovitch Au programme du concert : la Symphonie n 6 de Dimitri Chostakovitch écrite en 1939. Le compositeur russe s'est toujours senti proche de la culture juive. 'Il est clair que j'ai un lien tout particulier avec Chostakovitch,' confie Omer Meir Wellber. 'C'est peut-être ma symphonie préférée de ce compositeur,' indique-t-il. 'Il réussit à raconter une histoire immense : cela commence par un moment qui est vraiment très transcendantal, spirituel et cela se termine comme si on était au cirque, explique le chef d'orchestre. Donc en un sens, c'est vraiment du Chostakovitch, mais il y a aussi ce sens de l'humour très juif : dans les pires situations, il y a toujours ce sens de l'humour sur lequel on peut compter,' dit-il. Ancien assistant de Daniel Barenboim, le jeune chef âgé de 34 ans qui considère la ville de Dresde comme son deuxième foyer aime arpenter d'autres chemins musicaux. Il joue de l'accordéon et du piano. 'J'aime jouer parce que je crois, cela permet de rester connecté au monde réel, aux musiciens et à la musique parce que quand on dirige, vous savez, on peut penser qu'on est le seul à faire la musique : on fait beaucoup, mais ce n'est pas nous qui faisons la musique,' reconnaît Omer Meir Wellber. Pour être encore plus proche de ses musiciens, Omer Meir Wellber a l'habitude de diriger sans partition. 'J'aime le fait de pouvoir créer la musique ex-nihilo, regarder le public, communiquer avec lui et observer pour être conscient de ce qui se passe pendant le concert,' insiste-t-il. Jan Vogler : Omer Meir Wellber 'a vraiment du tempérament' Pour le directeur général du Festival Jan Vogler, le chef d'orchestre israélien 'a vraiment du tempérament et c'est assez rare en réalité : il y en a beaucoup qui font le show, qui font de grands gestes, mais chez lui, ce n'est pas artificiel. Il a aussi une ouïe exceptionnelle, il entend tout, il compose lui-même et il a beaucoup d'imagination, précise-t-il avant de conclure : Je dirais que c'est quelqu'un qui explore de nouvelles pistes avec créativité.' Mais le mot de la fin revient à Omer Meir Wellber lui-même : 'Je crois qu'il faut être un savant spontané : il faut apprendre beaucoup, connaître tout, répéter tout et ensuite, trouver comment être vraiment spontané,' lance-t-il dans un sourire. Powerful evening with standing ovations for Israel_Phil and Omer Meir Wellber with Mahlers 8. at KreuzkircheDD pic.twitter.com/UJcGsDBKjN- Musikfestspiele (@dresdenfestival) 21 mai 2016
Vidéos A la une
L'afflux de réfugiés aidant, le mouvement islamophobe Pegida reprend des couleurs. Lundi soir, ils étaient entre 7500 et 9000 dans les rues de Dresde, à l'est de l'Allemagne. Et un peu moins d'un an après leur première mobilisation, le message reste inchangé. En ligne de mire des manifestants, la Chancelière Angela Merkel qu'ils accusent d'avoir délibérément ouvert les frontières. Alors que le pays devrait accueillir près d'un million de réfugiés d'ici la fin de l'année, ce discours anti-migratoire, encore minoritaire, traduit néanmoins un basculement progressif de l'opinion allemande sur le sujet.
Vidéos A la une
C'est dans un lieu emblématique, la Frauenkirche, que l'Allemagne a rendu hommage aux victimes du bombardement de Dresde. L'église luthérienne avait été complètement détruite, comme le reste de la ville, il y a 70 ans par les Alliés. Elle a été reconstruite à l'identique il y a une dizaine d'années. C'est dans ce lieu symbolique que le président allemand a tenu un discours engagé sur le devoir de mémoire. 'La mémoire, qui reporte la faute exclusivement sur autrui braque les peuples les uns contre les autres au lieu de les rapprocher par un dialogue pacifique. La manipulation et l'instrumentalisation de la mémoire sont des phénomènes dont nous faisons l'expérience actuellement de manière inquiétante', a déclaré Joachim Gauck. A l'extérieur, des centaines de personnes se sont données la main pour manifester contre l'extrême droite. Durant de nombreuses années, les mouvances néonazis ont exploité ce traumatisme à des fins de propagande. 25000 personnes - des civils en majorité - ont été tuées entre le 13 et le 15 février 1945 par le pilonnage de l'aviation américaine et britannique. Une pluie de 650 000 bombes s'est abattue sur la capitale de la Saxe pendant 37 heures. Une opération stratégique d'après les Alliés, un massacre disproportionné pour certains historiens.
Vidéos A la une
Parallèlement aux mouvements anti-immigration orchestrés par le PEGIDA, le taux d'agression à caractère islamophobe n'a cessé d'augmenter....
Vidéos A la une
Ils n'étaient qu'une poignée il y a deux mois, à la création du mouvement Pegida, un acronyme pour 'Européens patriotes contre l'islamisation du pays'. Depuis, chaque lundi, à Dresde, ils sont de plus en plus nombreux à se rassembler. 17500 la veille de Noël, avec comme slogan : 'non à l'islamisation', 'nous sommes le peuple'. Soutenu par divers mouvements d'extrême-droite ou néo-nazis, et appuyé par le parti anti-euro et populiste Alternative pour l'Allemagne, Pegida été fondé par Lutz Bachmann : 'L'Allemagne n'est pas une terre d'immigration répète-t-il. L'intégration ne signifie pas vivre côte à côte, mais vivre ensemble en se fondant sur notre constitution et notre culture allemandes, sur nos racines judéo-chrétiennes, basées sur le christianisme, l'humanisme et les lumières'. Lutz Bachman justifie son mouvement par l'agacement qu'il a ressenti en voyant en octobre dernier des Kurdes défiler en Allemagne contre la guerre en Syrie, ou affronter des salafistes dans les rues de Hambourg. Il décide alors de réagir et lance un appel à manifester sur les réseaux sociaux. Chants religieux, références aux racines judéo-chrétiennes, appel à l'humanisme. Et derrière, un racisme bien ordinaire et qui fait de plus en plus d'adeptes. Comme ce manifestant : 'regardez où vivent ces demandeurs d'asile. Il n'y a que des hommes qui vivent ici. Où sont leurs familles? Ce sont des criminels qui ont quitté leurs proches derrière eux, en pleine guerre.' En plus d'être la destination privilégiée des immigrants en Europe, l'Allemagne est aussi la première destination des demandeurs d'asile. 200.000 réfugiés accueillis en 2014, fuyant les conflits en Syrie, Irak, ou ailleurs. 'N'écoutez pas ces appels à manifester, synonymes trop souvent de préjugés, de haine, de méfiance!' a insisté le soir du 31 décembre la chancelière Angela Merkel, elle aussi inquiète de cette vague de xénophobie dont Dresde est le fer de lance. Car Pegida a le soutien de 30 % des Allemands. Mais les anti-racistes sont également mobilisés. Chaque lundi, partout dans le pays, ceux-ci organisent des contre-manifestations et témoignent leur soutien aux étrangers sur leur sol.
Vidéos A la une
Dans un quartier édifié par Mussolini, environ 300 membres de groupes néo-nazis, fascistes et nationalistes européens se sont rassemblés pour...
Vidéos A la une
Des foyers pour réfugiés ont été incendiés à Vorra, en Bavière. Au total, trois bâtiments ont été détruits. Dans l'un d'eux, les enquêteurs ont retrouvé du matériel incendiaire, confirmant la piste criminelle. Par chance, les lieux étaient déserts. Leur ouverture était prévue pour février 2015. En ciblant les étrangers, les incendiaires ont provoqué la colère d'Angela Merkel qui a clairement condamné ces actes. 'Il est insupportable de voir des infrastructures pour l'accueil des étrangers attaquées, d'entendre des gens prononcer des discours extrémistes. Tous ceux qui viennent ici ont le droit d'être traités correctement, d'avoir une procédure de droit d'asile équitable. C'est notre Etat de droit dont nous sommes fiers', a-t-elle déclaré dans le cadre d'un déplacement en Bavière. La chancelière fait écho aux manifestations visant les immigrés qui se multiplient depuis plusieurs semaines. Derrière ces rassemblements, on retrouve des mouvements d'extrême-droite voire néonazis. Lundi dernier., ils étaient 10 000 à défiler dans les rues de Dresde à l'initiative de Pegida (Européens patriotes contre l'islamisation du pays), un mouvement anti-islam.
Vidéos A la une
C'est une drôle de mission qui attendait la police de Dresde, dans l'est de l'Allemagne. Elle a du porter secours à un élan. L'animal s'était perdu dans les bureaux d'une entreprise, en pleine zone industrielle. Pendant plusieurs heures, les secours ont tenté de faire entrer l'animal dans un conteneur pour l'évacuer du hall d'accueil, sans succès. Errant dans les couloirs, il semblait plutôt calme. On ignore s'il a cassé la porte vitrée mais il n'avait en tout cas pas l'air blessé. Au final, l'animal a été anesthésié puis évacué des bureaux. L'élan pourrait venir de Pologne ou de République tchèque. Il avait été repéré quelques jours plus tôt mais avait réussi à prendre la fuite.
Vidéos A la une
Au moins neuf personnes sont décédées et une quarantaine ont été blessées dans un terrible accident de bus en Allemagne. La collision a impliqué trois autocars sur l'autoroute près de Dresde, dans l'est du pays. Selon les premières informations délivrées par la police, un bus polonais a percuté un autocar ukrainien avant de déraper et de heurter la barrière de l'autoroute. Il est ensuite entré en collision avec un minibus polonais sur la voie opposée. L'autoroute a été fermée dans les deux sens de circulation.
Vidéos A la une
En Allemagne, au moins 9 personnes sont mortes dans un accident de la route la nuit dernière. Cela s'est passé sur une autoroute près de Dresde, dans l'est du pays. Il y a également une quarantaine de blessés. D'après les premières informations, un autocar polonais a percuté par l'arrière un bus ukrainien. Il a ensuite traversé le terre-plein central puis heurté de plein fouet un minibus également polonais avant de finir sa course dans le fossé. Six des 9 personnes décédées sont de nationalité polonaise. On ignore les causes initiales du carambolage. Certains médias affirment que le chauffeur de l'autocar polonais se serait endormi. La circulation a été interrompue pour permettre aux pompiers de porter assistance aux victimes. Les opérations de secours ont duré plusieurs heures.
Vidéos A la une
Le nouveau pont de Dresde, qui a fait perdre de la valeur à la vallée de l’Elbe, a finalement été inauguré ce samedi. Un pont à quatre voies qui défigure le paysage. Sa construction,...
Publicité