Vidéos à la une
Dounia Bouzar a répondu aux critiques dont le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'Islam (CPDSI) a fait l'objet, ce mardi sur BFMTV. L'anthropologue a pointé un décalage entre la conception "bureaucratique" des parlementaires et la réalité de la déradicalisation. Par ailleurs, elle a estimé qu'avec ses déclarations sur le voile à l'université, le Premier ministre faisait "le jeu de Daesh". "Daesh met en avant un complot contre les musulmans et la laïcité à deux vitesses", a-t-elle affirmé, estimant qu'une "maman avec son foulard", était traitée différemment d'un "papa avec sa kippa". Pour la chercheuse, ce système à deux poids deux mesures expliquerait en partie le nombre de jeunes à être séduits par le discours jihadiste en France.
Vidéos à la une
Dounia Bouzar, directrice générale du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam, était l'invitée de BFMTV ce jeudi. Celle qui a été mandatée pour appuyer les cellules antiradicalité des préfectures par le ministère de l'Intérieur s'est montrée sceptique contre la proposition du gouvernement de créer des centres de déradicalisation. "Il ne faut pas recréer le sentiment d'exaltation du groupe, qui est à l'origine de toutes les idéologies de rupture", a prévenu la spécialiste de la déradicalisation.
Vidéos à la une
Invitée dans le Grand Oral Des GG pour la sortie de son livre "Comment sortir de l'emprise djihadiste", Dounia Bouzar nous a révélé les 4 grandes étapes qui permettent de déceler l'embrigadement d'un jeune pour le djihad. Notre invitée a aussi rappelé que les femmes qui rejoignent les rangs de Daesh pour une cause qu'elles pensaient bonne, n'en reviennent jamais. Sur place celles-ci sont mariées de force et séquestrée.
Vidéos à la une
Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux, co-auteur du rapport "La métamorphose opérée chez le jeune par les nouveaux discours terroristes", a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur l'évolution des modes de recrutement et des méthodes d'endoctrinement des groupes terroristes de l'Etat Islamique.
Vidéos à la une
Les candidats au jihad sont jeunes, hypersensibles et sont issus de la classe moyenne. Ce sont les conclusions d'un rapport sur l'embrigadement des jeunes Français partis faire le jihad, remis lundi au ministère de l'Intérieur. Dounia Bouzar, qui a dirigé cette étude, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos à la une
Dounia Bouzar, anthropologue était sur le plateau de BFM Story.
Publicité