Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ? L’UARS, un vieux satellite lancé dans les années 90 dans l’espace devrait s’écraser sur la Terre en fin de semaine faute de carburant. D’après la Nasa les risques que des débris tombent sur des zones habitées sont minimes.

 

Il est difficile de déterminer le lieu de chute de la sonde de six tonnes. "Les satellites hors de contrôle ne s’écrasent pas selon des estimations précises (…).  L’incertitude autour du “quand” rend le “où” encore plus difficile à prévoir. Un petit changement dans le timing de l’entrée dans l’atmosphère se traduit par des milliers de kilomètres de différence dans le lieu de l’impact", peut-on lire dans le Washington Post.  

L’orbite actuelle de l'UARS (Upper Atmosphere Research Satellite) est comprise entre 57° nord et sud (voir vidéo ci-dessus de l'Analytical Graphics.Inc). La zone de crash possible s’étend donc sur quasiment toute la surface du globe.

 

Environ 90 % du satellite devrait se désagréger lors de son entrée dans l’atmosphère. Reste quelques 500 kg de débris dont des morceaux pouvant atteindre 130 kilos qui risquent de tomber n’importe où sur Terre.

Publicité
Mais la Nasa se veut rassurante. D’après leurs calculs, la probabilité qu’un être humain reçoive un morceau de satellite sur la tête est de 1 pour 3200.  Sachant que la planète compte 7 milliards d’habitants, vous avez personnellement un risque sur 21 000 milliards d’être touché.

 

A lire aussi :

Dans l'ombre de Saturne : une nouvelle photo incroyable

Une nouvelle planète habitable ?

Espace : découverte d'une planète en diamant 5 fois plus grande que la Terre ? 

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :