Le philosophe et ancien ministre Luc Ferry a évoqué l'implication d'un ministre dans une partie fine avec des mineurs à Marrakech. Selon lui, les plus hautes autorités de l'Etat auraient été au courant. Le point avec Planet.fr.

Invité sur le plateau de l'émission de télévision de Canal+ Le Grand Journal ce lundi 30 mai, Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l'Education nationale sous Jean-Pierre Raffarin, a fait une révélation fracassante : un ministre serait mêlé à une partie fine qui aurait eu lieu avec des mineurs à Marrakech.

Il rappelle d'abord que ce sujet a déjà été abordé par la presse : "Dans les pages du Figaro Magazine de cette semaine, vous avez un épisode qui est raconté d'un ancien ministre, qui s'est fait poisser [piéger] à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons."

"Nous savons tous ici de qui il s'agit"L'ancien ministre explique ensuite que "l'affaire m'a été raconté par les plus hautes autorités de l'Etat, en particulier par le Premier ministre". Mais, il n'a "évidemment" pas de preuves, seulement "des témoignages des membres de cabinets au plus haut niveau, et des autorités de l'Etat au plus haut niveau".

Cette absence de preuves irréfutables explique son souhait actuel de ne pas révéler l'identité du ministre en question : "Si je sors le nom maintenant, que je lâche le nom dans la nature, premièrement c'est moi qui serait mis en examen et je serais à coup sûr condamné même si je sais que l'histoire est vraie." Cependant, Luc Ferry suppose que "probablement, nous savons tous ici de qui il s'agit".

Publicité
Le nom de cet ancien ministre restant encore inconnu, il est donc à l'heure actuelle impossible de vérifier les dires de Luc Ferry, ni de savoir quel serait le Premier ministre en question. Les dernières rumeurs sur Internet évoqueraient le nom de Jack Lang. L'ancien ministre actuellement à Venise a réagi à ces rumeurs : "Je ne souhaite pas me mêler de ces histoires pour l'instant. Je m'exprimerai en temps et en heure. Cette affaire est tristement banale. La vulgarité est de notre monde. Seront poursuivis pénalement tous ceux - journaux et personnes - qui mettront mon honneur en cause".
 

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité