Dans un documentaire qui sortira prochainement, Jean-Luc Mélenchon réagit à une séquence d'un journal télévisé de France 2 de David Pujadas. Le président du Parti de Gauche n'est pas tendre avec le journaliste qu'il traite de "salaud" et de "larbin".

Depuis vendredi dernier, une vidéo de Jean-Luc Mélenchon insultant David Pujadas fait beaucoup de bruit sur Internet. Cet extrait du documentaire "Fin de concession",  qui dénonce les impostures médiatiques, montre Jean-Luc Mélenchon en train de réagir à un journal télévisé de 20h de 2009, présenté par David Pujadas.

Le présentateur  y interroge Xavier Mathieu, leader CGT des "Conti" de Clairoix dans l'Oise, à propos des conflits sociaux mouvementés qui ont précédé la fermeture de l'usine. David Pujadas pose quelques questions : "Est-ce que vous regrettez ces violences ?", "Pour vous, la fin justifie-t-elle les moyens ?". La réaction de Jean-Luc Mélenchon ne se fait pas attendre : "Salaud, va !", "Larbin. Arrête, ça me dégoûte !"

Interrogé à l'occasion du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, Jean-Luc Mélenchon a indiqué assumer ses paroles et s'est expliqué : "Comme vous, quand je regarde la télé, il y a des gens qui disent merde ou zut !". Il a par ailleurs ajouté qu'il est "un responsable politique, pas un prêtre ni une autorité morale".

Selon le président du Parti de Gauche, "ce jour-là, cet homme apprend qu'ils ont perdu la partie et que leur vie sociale est brisée", et "que fait Pujadas ? Lui parle-t-il de la misère ? Non, le petit bonhomme qui est là lui dit 'Baisse la tête' ". Jean-Luc Mélenchon poursuit en considérant "que dans cette scène, le plus gravement insulté, c'est Xavier Mathieu".

Dans un communiqué rendu public vendredi dernier, la direction des rédactions de France Télévision dénonce des "propos insultants" envers David Pujadas, portant "atteinte à l'honneur et à l'intégrité professionnelle" de tous les journalistes du groupe.

Publicité
Cependant, dans Le Parisien, David Pujadas annonce ne pas avoir "l'intention d'entamer une action judiciaire ni de répondre à l'antenne". Il n'envisage pas non plus un "boycott" de Jean-Luc Mélenchon, car "ce serait faire le jeu de la provocation".

 

Découvrez l'extrait vidéo du documentaire "Fin de concession" de Pierre Carles :

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

53 commentaires

Il est peut être vrai que

Portrait de Robert de Prades

Il est peut être vrai que Mélenchon a exagéré en traitant cet éminent journaliste d'investigation de salon de "salaud" et pourtant il a fait réagir ce dernier et donc a fait mouche. Quant au terme "larbin", j'aurais préféré "cireur de pompes à talonnettes" mais je ne doute pas que s'il y avait un président de gauche aux manettes, il lui cirerait les grolles avec autant d'application. Et si c'était unE présidente se ferait piétiner prestement le bas des reins de ses hauts talons présidentiels. Quant à commenter la haute valeur des questions posées à ce gars qui viens d'apprendre qu'il na plus de boulot et c'est fait empapaoutter jusqu'au trognon (et ce n'est pas le seul hélas) et a peut être une quasi incontournable envie d'aller se pendre, pas grand chose à dire sinon que ce Monsieur le "Journaliste à oreillette et doigt sur la couture du pantalon" m'a l'air peu compatissant. En conclusion, ce n'est peut être pas un salaud, mais pour ma part je lui reconnais une valeur à peine égale à une belle glaire de tubard. C'est pas une belle insulte ça ?

Votez pour ce commentaire: 

MELENCHON N A PAS LA CARRURE

Portrait de titatus

MELENCHON N A PAS LA CARRURE D UN HOMME POLITIQUE  IL A CREE SON PARTI POUR AVOIR DES OPTIONS  SUR LES ELECTIONS AU PARTI SOCIALISTE  IL NE S EST PAS FAIT REMARQUER COMME UN PRESIDENTIABLE  ILESPERE COMME LES CHAROGNARDS  LA FAUTE DE L UN OU DE L AUTRE POUR SE METTRE  SUR LE DEVANT  MAIS VOUS VOYEZ LA UNE QUESTION  ET IL INSULTE  ET LA C EST LE CARTON ROUGE CE QU IL NE FAUT PAS FAIRE MAIS ON NE S IMPROVISE PAS RESPONSABLE POLITIQUE CREDIBLE COMME CELA PEUT ETRE POUR L E PILIER DE COMPTOIR DU COIN PAS LES AUTRES

Votez pour ce commentaire: 

je ne suis pas etonne par

Portrait de titatus

je ne suis pas etonne  par melanchon c est comme cela il n a aucun programme rien a proposer  rien a dire pour qu un debat ait lieu  un responsable politique qui se respecte  aurait du rebondir a la perche tendue par pujadas et donner son opinion  sur ces fermetures d entreprises et essayer  de voir  pour aider ces gens licencies  mais non il fait du lepen en moins bien  quand l insulte sort c est qu il ne reste rien a dire  que l on est mediocre ;on a critique sarkozy pour son casse toi pov con mais la il etait agresse et  pas dans un debat politique  et la reaction etait due  a un amour propre blesse  et un manque de respect d une larve

Votez pour ce commentaire: 

Jean Luc Melenchon chon chon

Portrait de Papy non 68

Jean Luc Melenchon chon chon tu dois raccrocher et arreter l'alcool

Votez pour ce commentaire: 

Je crois qu'à tous niveaux,

Portrait de fidji1968

Je crois qu'à tous niveaux, on marche sur la tete. Les gens nantis et bien en poste s'en foutent pas mal de la misère, du chomage et des conditions de vie de plus en plus précaires. Que comprennent-ils quand ils n'ont aucun souci d'argent? Il est plus facile de lécher les bottes que de s'opposer.

Votez pour ce commentaire: 

Ce qu'a émis jean-Luc

Portrait de Lakur

Ce qu'a émis jean-Luc Mélenchon, ce n'est pas une insulte, c'est le résultat d'une analyse, c'est un diagnostic.

Par contre, les propos de Pujadas envers Xavier Matthieu ont été des propos volontairement blessants à l'encontre d'un homme et de ses camarades excédés qui avaient été floués par des promesses trompeuses et qui avaient tout perdu. Jean Luc Mélenchon l'a tout-de suite deviné! À travers le "regrettez-vous ce que vous avez-fait?" tout téléspectateur un tentinet perspicace pouvait déceler un "n'avez-vous pas honte du mal que vous avez commis?".

Comme M Mélenchon, je suis écœuré du comportement de ce journaliste qui se pose en moralisateur. Ce n'est, du reste, pas un comportement isolé. Par contre, quand un patron-voyou met la clef sous la porte avec les aides de l'État dans sa poche et le contenu de son entreprise dans des camions, on cite le fait... sans aucun commentaire.

Écœurant.

Votez pour ce commentaire: 

Pujadas est le plus partial

Portrait de kami46

Pujadas est le plus partial ,et même quelque fois de de mauvaise foi ,des journaliste de TV que je connais,l'insulte n'en est pas une.

Votez pour ce commentaire: 

JL Mélanchon a bien raison,

Portrait de Orpheus76

JL Mélanchon a bien raison, et tant mieux qu'il ne pratique pas la langue de bois! Pujadas est écoeurant, il suffit de voir comment il couvre les grèves, en consacrant plus de temps aux pauvres usagers qui patissent si gravement des dites grèves n'est-ce-pas, qu'aux motifs des grèves elles-mêmes! On a rarement vu une telle complaisance dans la démagogie anti-sociale...En outre, il donne une vision déformée des choses, ce qui est grave pour un journaliste présentant l'un des journaux télévisés les plus regardés ds ce pays...

Votez pour ce commentaire: 

Souvenez-vous l'arrivée du

Portrait de moree

Souvenez-vous l'arrivée du petit personnage actuel, plus communément appelé "Président de la République", qui a très rapidement balayé dans l'audiovisuel et les médias tous ceux qui lui semblaient nuisibles... Il a montré lui- même comment s'entourer de personnes dévouées ou comme dévouées, sachant qu'au moindre écart c'est la sanction: avec queques exemples à l'appuit au début de son quinquénat. Aujourd'hui quel est le journaliste qui est suceptible de pouvoir s'exprimer librement, je vous le demande???  Allez cassez-vous pauvres cons....La liberté des médias est sous l'autorité du magnat polonais qui a réinstaurer le servage... Tout pour ma gueule, un peu pour mes laquais et que les autres triment...  

Votez pour ce commentaire: 

Mélanchon a tout à fait

Portrait de NEVERS

Mélanchon a tout à fait raison. PUJADAS ce comporte comme un petit trou de balle, un sorte de èche-cul du pouvoir en place. Ce qu'il fait d'immonde, c'est de transférer le sujet vrai sujet qui est celui de la fermeture de cette usine et du capitalisme sauvage sur un autre tout à fait ridicule et dérisoire de quelques carreaux brisés qui ne sont que l'humaine expression d'une colère bien compréhensible. Ces gens sont en train de perdre tout ce qui faisant leur vie et l'autre abruti (car pour ce coup là s'en est un) vient leur parler de quelques vétilles. Par ce positionnement, la problématique posée change et devient celle de l'acceptation inciopnditionnelle de ce qui vient d'en haut. Le message est clair : mourrez messieurs, et surtout mourrez en silence (pase de casse) ! Si le métier de journaliste nécessite de se positionner en observateur, il ne légitime pas non plus toutes les indécences vis à vis du peuple et toutes les révérences vers ceux d'en haut !

A la bêtise de PUJADAS j'acorde (et encore ?)la circonstance atténuante du direct.

FERMEZ LE BAN !

 

Votez pour ce commentaire: 

Pages

Publicité