Mercredi 8 juin, Patrick Poivre d'Arvor avait rendez-vous devant les tribunaux. La raison ? Il aurait, dans son roman, Les fragments d'une femme, repris des lettres qui lui avaient été envoyées par son ancienne maîtresse sans l'autorisation de cette dernière. 

© Mercredi 8 juin Patrick Poivre d'Arvor a comparu devant la 17e chambre civile du TGI de Paris pour atteinte à l'intimité de la vie privée et contrefaçon.

C'est son ancienne maîtresse, Agathe Borne (ex-mannequin et chroniqueuse dans l'émission Vol de nuit), avec qui PPDA a eu une relation entre 2006 et 2008, qui a porté plainte contre lui. Le journaliste aurait en effet repris mot pour mot plusieurs lettres, qu'elle lui avait adressé, dans son roman Les fragments d'une femme, paru en 2009 sans l'autorisation de leur auteure.  

Par ailleurs, l'histoire d'amour décrite dans le livre compte de nombreuses analogies avec l'histoire de l'ancien présentateur du JT de TF1 et d'Agathe Borne, d'où l'accusation d'atteinte à la vie privée.

La jeune femme demande 150 000 euros de dommages et intérêts à Patrick Poivre d'Arvor, l'interdiction de la sortie en poche du livre, ainsi que l'interdiction d'une adaptation cinématographique.

Du côté de PPDA, son avocat défend que "c'est un pur roman, et comme tous les romans qui peuvent raconter une histoire d'amour, c'est un patchwork de sa vie", il admet toutefois que l'"on peut certes retrouver certaines traces d'Agathe Borne dans l'ouvrage, mais pour Patrick, plusieurs femmes font une femme".

Publicité
Cette affaire de plagiat n'est pas sans rappeler la polémique dont a fait l'objet un autre livre de Patrick Poivre d'Arvor au début de l'année, une biographie d'Ernest Hemingway, dont certains passages étaient identiques au livre datant de 1985 de Peter Griffin, un écrivain américain. Le livre a finalement été publié sans ces passages.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

mots-clés : Paris, Demande, Jeune femme
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité