Après une année chargée, les membres du gouvernement misent sur la rigueur pour leurs congés d'été. Fini le bling bling, place à la simplicité, enfin presque... Découvrez où partent se ressourcer les politiques français !

Terminé les yachts luxueux, les destinations de rêve à l'autre bout de la planète. Crise oblige, Nicolas Sarkozy et ses ministres doivent revoir leurs exigences à la baisse.

La rigueur reste le mot d'ordre. Les politiques sont condamnés à des congés relativement restreints : pour la plupart, les vacances restent strictement hexagonales.

Malmenée par l'opinion en baisse dans les sondages, la majorité compte bien sur ses vacances pour profiter d'une trêve estivale, loin des polémiques et des dossiers épineux comme l'affaire Woerth/Bettencourt.

Nicolas Sarkozy donne l'exemple en dégustant en famille des beignets de courgettes au Cap Nègre (Var). Le chef d'Etat s'y ressource dans la presque modeste villa de sa belle-famille, avant de s'attaquer aux dossiers chauds de la rentrée : le projet de réforme des retraites ou encore le grand remaniement ministériel prévu pour fin octobre.

On est très loin de ses vacances "bling bling" de 2007 à bord du yacht de Vincent Bolloré au large de Malte ou de sa villa à 23 000 euros la semaine dans le New Hampshire, aux Etats-Unis. Aujourd'hui, celui qui affirmait il y a trois ans "ne pas vouloir se cacher" ni "s'excuser" de ses vacances grand seigneur qui faisaient polémique, cherche avant tout à se faire discret.

Eric Woerth, le ministre du Travail, s'oxygène les poumons à Chamonix, loin des tumultes du scandale Bettencourt. Son épouse y possède un appartement, comme il l'a expliqué devant témoins en se défendant des propos de l'ex-comptable de l'héritière l'Oréal qui lui prêtait une résidence suisse.

Le Premier ministre François Fillon s'aventure jusqu'en Italie, en Toscane avec en prime trois jours de retard sur sa réservation avec pour bonne excuse, un Conseil des ministres tardif.

Il est le voisin de Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, qui passe des vacances sportives dans les Alpes, où il s'adonne à l'alpinisme.

Le ministre de l'Education Luc Chatel, quant à lui, préfère les douceurs de la Côte d'Azur et de la Bretagne Sud. Il se rend à Saint-Raphaël et à La Baule avant de revenir, consciencieux, le 15 août pour préparer la rentrée scolaire de septembre.

Côté finances, François Baroin, le ministre du Budget, se repose au calme dans la Creuse, avec comme livre de chevet, le ''Journal politique'', livre qui rassemble les mémoires de Winston Churchill.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, se ressource à Marseille, pour pouvoir s'adonner à une de ses passions, la plongée. La Garde des Sceaux, Michèle Alliot a choisi le Pays Basque puisqu'elle se repose à Saint-Jean-de-Luz.

Benoist Apparu, le ministre du Logement se rend sur les côtes méditerranéennes en Corse et en Grèce. Il emporte dans ses bagages le livre-enquête de la journaliste Florence Aubenas sur le travail précaire, ''Le quai de Ouistreham''.

La lecture studieuse est également au programme de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat chargée du Développement de l'économie numérique, durant son séjour dans le Cotentin, avec dans son sac de plage ''Ma gauche'' d'Edgar Morin.

Publicité
Quant à l'opposition, Marine Le Pen (FN) passe ses vacances à la Trinité-sur-Mer (Morbihan) et François Bayrou (MoDem) reste chez lui dans le Béarn.Après un détour par le festival d'Avignon, Martine Aubry (PS) se ressource en Bretagne puis en Italie. Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) s'est réservé "quinze jours de vraies vacances" dans le Loiret pour préparer son nouveau livre.

Si quelques politiques ont fait exception en s'aventurant en dehors de la France, aucun des politiques n'a en revanche osé franchir les frontières européennes. Rigueur oblige.

Où les politiques passent-ils leurs vacances ?

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité