Le numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise Michel Neyret a été mis en examen et suspendu le 4 octobre pour corruption et trafic de stupéfiants. Mais qui est ce commissaire présumé véreux, réputé pourtant être une référence dans la lutte contre le banditisme ? Portrait.

"Aujourd'hui, un grand serviteur de la République part en maison d'arrêt, un homme de terrain, le commissaire divisionnaire Neyret. " Ce sont les mots de l'avocat de Michel Neyret, Me Versini-Bullara aux journalistes, au moment de son arrestation le 4 octobre. 

Rien ne prédisposait Michel Neyret, prénommé "Mickey", respecté et admiré de ses collègues à être écroué un jour pour corruption et trafic de drogue. Les planques de nuit, les interpellations au petit matin,  rien ne le rebutait. Il s'est forgé une réputation de "superflic" aux costumes bien taillés.

Une brillante carrière

Ce policier de 55 ans, dit "incorruptible", débute sa carrière à 26 ans en 1978, à la PJ ( police judiciaire) de Versailles. Il prend ensuite la tête de la Brigade de recherches et d'intervention (BRI) dans les années 80. Pendant 20 ans, il va travailler pour l'anti-gang lyonnais, où il se constitue des carnets d'indics volumineux. Il passe ensuite par l'antenne niçoise de la PJ, de 2004 à 2007, pour revenir à Lyon où il devient le numéro 2 de la Direction interrégionale de la PJ.

Un homme de terrain aux vieilles méthodes

"Il revendiquait d'être un homme de terrain, un opérationnel, son job c'était la poursuite des délinquants, j'avais une totale confiance," confie, déçu, Jean-Olivier Viout, procureur général de Lyon et avocat général.

Légion d'honneur à la boutonnière en 2004, Michel Neyret est un adepte des "vieilles méthodes", "un flic à l'ancienne". Grâce à son réseau important d'indics, rien ne lui échappe. Les nouveaux voyous, les caïds des cités... Le numéro 2 de la PJ de Lyon peut rester en contact avec tout ce beau monde. Son style ? Il agit en "tôlier", c'est-à-dire en chef de bande respecté de ses troupes.

Un policier aimant trop les feux de la rampe ?

Amateur de belles voitures, des soirées people lyonnaises, le commissaire aime aussi beaucoup le bling-bling et la médiatisation. Il a même eu l' honneur, en septembre 2011, de participer à un des reportages de l'émission Zone Interdite, consacrée à la montée du grand banditisme dans la région de Lyon et de Grenoble. Michel Neyret est filmé en plein arrestation de " go-fast", ces convois de drogue sur l'autoroute. (Voir la vidéo en haut de l'article)

"Grand flic", "belle carrière", "excellent professionnel", magistrats et collègues ne tarissent pas d'éloges sur le commissaire, qui a même inspiré le cinéma avec le héros du dernier film d'Olivier Marchal, ami de Michel Neyret, sur le gang des Lyonnais.

Publicité
Mis en examen le 4 octobre, le "super-flic" n'a pas su convaincre ses collègues de son innocence, qui le soupçonnent d'avoir été trop " bavard" sur le milieu et d'avoir été corrompu. Son épouse Nicole Marcellin a aussi été placée en garde à vue. Il ne restait pourtant à Michel Neyret que quelques mois avant de se mettre au vert. Il avait prévu de prendre sa retraite en 2012.