Quel temps fera-t-il en 2012 ? Allons-nous connaître un hiver doux ? Planet.fr s’est interrogé sur la météo de cet hiver qui a commencé avec des températures supérieures à la moyenne.  Voici les réponses du prévisionniste de Météo France. 

Vous n’avez pas encore sorti écharpes et moufles alors que nous entamons le mois de janvier ? Normal. Ou presque. D’après Etienne Kapikian, prévisionniste chez Météo France, l’hiver a commencé dans la douceur.  

"Deux degrés au dessus de la moyenne"

"Sur le mois de décembre les températures sont à deux degrés au dessus des normales saisonnières" nous informe-t-il, ajoutant qu’il y a eu "peu de gelées". Les températures devraient décroître dans les jours à venir mais tout en restant relativement douces : "un à deux degrés au dessus de la moyenne". 

"C’est dans la continuité de l’automne, qui a été doux aussi" précise le prévisionniste.

"Tout est possible"

Mais attention, la prévision météo n’étant pas une science exacte, "ça ne veut pas dire que cela va continuer" prévient  Etienne Kapikian. Il rappelle l’hiver 2005 où le froid était arrivé seulement en février. 

Selon lui, il est également possible que l’hiver alterne les vagues de froid et les températures plus douces. "On ne peut affirmer aucune tendance, tout est possible" conclut-il. 

2011 aussi chaude que 2003… mais sans canicule ! 

Si Météo France se fait frileux lorsqu'il s'agit de prévisions long terme, une chose est sûre : les températures douces du début de l’année font suite à celles de l’an passé, car 2011 est l’année la plus chaude depuis 2003, celle de la canicule ! Alors qu'en 2011, il n’y a pas eu de canicule, "on a même eu un mois de juillet assez frais" souligne Etienne Kapikian. 

Les températures enregistrées en 2011 étaient à 1,5 degré de plus que la moyenne, "c’est énorme à l’échelle d'une année", commente notre prévisionniste. 

Le réchauffement climatique responsable ? 

"On ne peut pas dire que c’est à cause du réchauffement climatique, parce que la France pourrait être un cas isolé, il faut voir à l’échelle du monde" nous répond Etienne Kapikian lorsque nous l’interrogeons sur ces températures élevées.

Il rappelle que l’année 2010 avait été la plus chaude de l’histoire à l’échelle mondiale, mais pas en France, même si certains phénomènes météorologiques dans le monde peuvent avoir un impact jusque chez nous, précise-t-il en évoquant El Nino. 

Publicité
Si le prévisionniste préfère ne pas considérer le réchauffement climatique comme responsable, il admet toutefois que "si l’on devait indexer les années les plus chaudes, elles seraient toutes dans les 25 dernières années".

 

Crédit photo : © MaxPPP

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité