En meeting à Metz, le candidat du Front de gauche a lancé mercredi une "opération nettoyage" contre le Front National et sa présidente, Marine Le Pen. Qui n'a pas tardé à lui répondre…

Adepte des bonnes formules, Jean-Luc Mélenchon a lancé une "opération nettoyage" contre le FN mercredi soir depuis Metz, ville ouvrière où Marine Le Pen avait démarré sa campagne en décembre.

"Ne vous abandonnez pas au parti de la haine (...) Ne vous laissez pas diviser d'après votre religion, votre couleur de peau, ou la région de vos ancêtres", a lancé le leader du Front de gauche aux 2 500 personnes réunies en meeting.

Peu de temps avant, lors d'un point presse en début de soirée, Jean-Luc Mélenchon qualifiait Marine Le Pen de "semi-démente", en déclarant que celle-ci  " n'a aucune espèce d'imagination, passe son temps à faire des emprunts forcés pour dire : je parle comme Mélenchon. 'Voyez mes ailes, je suis un oiseau, voyez mes pattes, je suis un rat.'  Cela nous fait une chauve-souris ".

Un homme charmant

Publicité
Marine Le Pen n'a pas tardé à lui répondre. Jeudi matin, sur i-Télé, elle commente : "Monsieur Mélenchon perd ses nerfs (…) Tout ça c'est du cinéma, c'est un grand comédien. Devant les caméras, il éructe, il menace, il insulte. Mais en dehors des caméras, c'est un homme charmant, affable, presque un petit garçon". La présidente du FN a cependant ajouté qu'il avait "commis un vrai dérapage", stipulant que M. Mélenchon  "est en train de jouer avec la dynamite : ce n'est pas en m'insultant qu'il attirera le vote des ouvriers, c'est bien mal connaître les valeurs des ouvriers".  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :