Martine Aubry a annoncé ce jeudi qu'elle allait quitter la tête du PS dès cette fin de semaine. Mais que va-t-elle faire ensuite ? Que va-t-elle devenir ? Planet.fr fait le point pour vous.

Ce jeudi, l'actuel Première secrétaire du Parti socialiste a annoncé qu'elle laisserait libre la tête du parti dès la fin de la semaine... soit un peu plus d'un mois avant l'élection officielle de son remplaçant. Justement, dans l'attente de ce vote des militants, c'est Harlem Désir, très fortement pressenti pour prendre sa succession, qui assurera l'intérim.

Mais en quittant le PS, Martine Aubry quitte l'un des postes politiques les plus importants du pays. Que va-t-elle devenir ensuite ? Que va-t-elle faire ? Plusieurs hypothèses sont à envisager.

Elle pourrait tout simplement souhaiter s'éloigner de l'agitation parisienne et nationale autour du PS et choisir de ne rester que maire de Lille et présidente de la Communauté urbaine de la ville. Un travail qui demande déjà beaucoup d'énergie à Martine Aubry, qui dirige la ville depuis 2001.

Aubry à Matignon dans quelques années ?Mais la future ancienne Première secrétaire du PS pourrait peut-être aussi faire son entrée au gouvernement. Avant la formation du gouvernement, on évoquait souvent son nom pour prendre la tête d'un grand ministère. Cette possibilité est tout de même à relativiser ! En effet, lorsque François Hollande lui a préféré Jean-Marc Ayrault à Matignon, Martine Aubry avait laissé entendre que si elle n'avait pas Matignon, elle ne voulait pas de ministère.

Et justement, Martine Aubry pourrait-elle faire son entrée à Matignon ? Il est évident que Jean-Marc Ayrault est encore en place pour un moment... mais dans quelques temps ? Dans quelques années, Jean-Marc Ayrault sera usé à ce poste, après un calendrier de redressement économique lourd à tenir. A ce moment-là, Martine Aubry pourra peut-être apparaître comme la personne idéale au poste de Premier ministre.

Publicité
D'autres rumeurs aimeraient croire que Martine Aubry pourrait devenir ambassadeur de France à l'étranger ou à la tête de missions sur des dossiers qu'elle maîtrise bien. En tant que "créatrice" des 35h, elle pourrait animer les négociations sociales. Elle pourrait également gérer le lourd dossier de la modernisation de la vie politique impliquant décentralisation et non-cumul des mandats. Enfin, elle pourrait également être attachée à une mission culturelle, ou à un dossier européen...

© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité