Des scientifiques ont réussi à démontrer qu'une mouche mâle qui ne peut pas copuler se précipite sur l'alcool, à la différence des autres. Le but de l'étude ? Trouver des traitements contre la dépendance humaine à l'alcool et aux drogues.

C'est une étude très sérieuse qui est parue dans la revue scientifique américaine Science ce jeudi. Les mouches mâles qui sont sexuellement frustrées se jettent sur l'alcool. Pour oublier, comme les humains ? Pas si sûr... L'explication est neurologique.

En effet, d'après les chercheurs californiens, les expériences ont montré que selon l'absence de satisfaction ou le contentement, la quantité d'une substance particulière du cerveau diminue ou augmente. La mouche est satisfaite ? Elle augmente. Frustrée ? Elle diminue...

Cette substance est donc plus présente chez les mouches ayant pu copuler. Elles préfèreront la nourriture non alcoolisée. De l'autre côté, les mouches frustrées choisissent les aliments alcoolisés, et en prennent en grande quantité.

Des traitements pour les humains ?Il existe dans le cerveau humain un type de substance similaire, ce qui laisse à penser que les recherches pourraient conduire à de nouveaux traitements contre les dépendances alcooliques et toxicomaniaques.

Publicité
Selon Ulrike Herbelein, professeure d'anatomie et de neurologie à l'Université de Californie à San Francisco et auteure principale de l'étude, si cette substance joue bien "un rôle déterminant dans l'état psychologique conduisant à abuser de l'alcool et des drogues, on pourrait alors mettre au point des thérapies neutralisant les récepteurs de cette molécule" afin qu'elle reste en permanence à l'équilibre dans le cerveau...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :