Le duo formé par les avocats de Nafissatou Diallo, victime présumée de Dominique Strauss-Kahn, est toujours à l'affût de la moindre faille dans le passé de l'ancien directeur du FMI. Dernière offensive en date : un appel à témoins au personnel féminin d'Air France

Une énième offensive de la défense

"Mettre au jour la véritable personnalité de M. Strauss-Kahn". Tel est l'objectif avoué de la croisade que mènent les avocats de la défense dans l'affaire Strauss-Kahn.

Mise à mal par les mensonges successifs de la victime présumée, les avocats de Nafissatou Diallo ne perdent pas une minute pour contre-attaquer avant que n'aie lieu la prochaine audience de DSK, le 23 août à New York. D'abord, via l'interview accordée par la plaignante, sortant pour la première fois de l'ombre. Ensuite, avec la conférence de presse qu'elle a donnée juste après. Sans oublier, la visite de David Koubbi à New York, avocat de Tristane Banon, au procureur en charge du dossier. Rappelons que la jeune Française accuse Dominique Strauss-Kahn de faits similaires qui seraient survenus en France en 2003. M. Thomson, l'un des deux avocats de Diallo, a tenté de la faire venir témoigner alors que DSK était encore assigné à résidence.

Kenneth Thompson et Douglas Wigdor recueillent désormais les témoignages de plusieurs hôtesses et membres du personnel féminin d'Air France. Beaucoup auraient souffert d'approches insistantes et déplacées de DSK lors de ses nombreux déplacements. Les avocats disposeraient d'ores et déjà de deux témoignages. Une lettre anonyme postée le 17 juillet au Canada aurait même été reçue à leur cabinet, assurant que "la compagnie Air France dispose de quelques centaines de griefs émanant de clients, employés, membres d’équipage à l’encontre de l’homme soupçonné d’avoir abusé de votre cliente Mme Diallo."

Les deux avocats lancent à présent un large appel à témoins: "si des hôtesses ont le sentiment d’avoir été importunées, gênées, agressées par un comportement inapproprié, elles peuvent nous appeler". Pour la défense, ces témoignages pourraient être précieux, alors que l'enquête a pris un sérieux revers.

Publicité
Les avocats de Nafissatou Diallo ne désespèrent pas de réunir suffisamment de preuves pour assurer le procès en civil qu'ils destinent à l'accusé. "Le comportement supposé de M. Strauss-Kahn envers les personnels féminins d’Air France est un exemple de plus de sa vision des femmes, réduites à un simple objet que l’on peut maltraiter à loisir. Ce schéma de pensée inexplicable qui lui permet d’abuser des femmes est une preuve de plus qui accrédite l’agression subie par Mme Diallo le 14 mai dans la suite 2806 au Sofitel".