Actualités
Publicité

Le nouveau PEL : vraiment plus avantageux ?

Réagissez !

Le 1er mars 2011, le PEL a fait peau neuve ! Boudé par les Français, le produit d'épargne a vu le nombre de ses souscripteurs chuter de 20% depuis 2002. Le nouveau Plan d'Epargne Logement comporte quelques nouveautés qui pourraient aider ses bénéficiaires lors de l'achat d'un bien. Voici ses nouveaux avantages... et inconvénients.

Publicité

 Un taux plus intéressant
Depuis le 1er mars 2011, la nouvelle formule du PEL présente un atout majeur : une rémunération de 2,5%... minimum ! Ce taux de 2,5%, autrefois fixe, est dorénavant actualisé chaque année selon ceux du marché et ne pourra pas descendre en dessous de 2,5%.

 Des cotisations prélevées tous les ans
Le principe reste le même, il faudra verser 540 euros au minimum tous les ans sur le plan (soit 45 euros minimum par mois) et le plafond reste à 61 200 euros. Le compte doit toujours rester bloqué au moins quatre ans avant de pouvoir profiter de la prime d'Etat.

Autre nouveauté, les cotisations sociales sur les intérêts à hauteur de 12,3% prélevées soit à la clôture du PEL, soit au bout de 10 ans, sont réparties en plusieurs prélévements qui auront lieu tous les ans.

Les intérêts du Plan d'Epargne Logement sont toujours exonérés d'impôt durant les 12 premières années d'épargne.

La nouvelle date d'expiration du PEL
Le nouveau PEL a une date d'expiration ! Au bout de 15 ans sans utilisation du plan pour obtenir un prêt immobilier, le PEL se transformera en un livret d'épargne standard, sans le droit au prêt et à la prime d'Etat.

Des conditions plus contraignantes pour bénéficier de la prime d'Etat du PEL
Le Plan d'Epargne Logement est surtout connu pour ouvrir le droit à une prime d'Etat en cas d'utilisation de cette épargne pour l'achat d'un bien immobilier.

Depuis le 1er mars, pour bénéficier de la prime d'Etat de 1 525 euros, le logement acquis par l'épargnant doit être respectueux de l'environnement et se situer entre A et D dans le classement de consommation énergétique. Si le bien consomme trop d'énergie, la prime descend alors à 1 000 euros.

Autres obligations : celle de prendre un prêt immobilier de 5 000 euros minimum pour l'achat du bien et d'acquérir une résidence principale. La prime n'est pas accordée si l'épargnant souhaite acheter une résidence secondaire ou faire un investissement locatif.

Un taux d'intérêt pas très intéressant  
Enfin, le taux du prêt auquel le PEL donne droit est de 4,2%, ce qui est peu intéressant comparé à la moyenne des taux pratiqués actuellement par les banques : 3,47 % en janvier, selon le baromètre de l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Attention, la nouvelle réforme ne concerne que les PEL ouverts à partir du 1er mars 2011.

Je souscris à la newsletter planet À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Publicité