En août 1951, les habitants de Pont-Saint-Esprit, petite ville du Gard, sont touchés par une mystérieuse hallucination collective... Empoisonnement ? Complot ? Le point sur ce fait divers qui fait encore couler beaucoup d'encre.

L

1. Les faits

Au mois d'août 1951, la presse et les habitants du Gard commencent à évoquer "L'affaire du pain qui rend fou". En effet, cet été-là, pendant presque une semaine, près de 500 habitants de la ville de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, souffrent subitement de folie et d'hallucinations. Parmi eux, 7 personnes mourront, 46 devront être détenus dans des asiles, et beaucoup ne pourront pas conserver leur emploi.

Dès les premiers signes de troubles, le 17 août 1951, les médecins locaux voient affluer des dizaines de patients dans leur cabinet. On pense d'abord à une simple intoxication alimentaire, mais les événements qui suivent laissent penser qu'il s'agit de troubles bien plus graves.

Publicité
Après les événements d'août 1951 dans la ville de Pont-Saint-Esprit, le gouvernement français a tenté de calmer les esprits. De nombreuses enquêtes ont été menées, et de nombreux dépôts de plainte recensés, mais l'affaire est finalement abandonnée en 1978.