En réponse au meeting de François Hollande, l'UMP diffuse, depuis mardi, 6 millions de tracts à la gloire de Nicolas Sarkozy. Objectif : rétablir "la vérité" sur son bilan. Vérification.

2007-2012 : 10 grandes réformes. Le tract UMP diffusé à 6 millions d'exemplaires, évoque les retraites, la santé, la justice, l'immigration… Ainsi que, de manière chiffrée, "5 ans de résultats au service des Français".

Avec notamment "l'augmentation du budget des universités" et la France "sur le chemin du désendettement", etc.

 

Co-auteur du livre "Un quinquennat à 500 milliards, le vrai bilan de Sarkozy", la journaliste Mélanie Delattre nous a répondu par téléphone :

-   Sur l'ensemble" Il faut reconnaître que beaucoup de chantiers ont été lancés par Nicolas Sarkozy, mais la plupart ne vont pas jusqu'au bout. Dire que "la France est sur le chemin du désendettement" est mensonger. Entre 2007 et 2012, la dette de la France se sera accrue de 630 milliards d'euros, selon les estimations officielles du gouvernement. Certes, 110 milliards sont à imputer à la crise, mais il reste 520 milliards de déficit à expliquer…

-   Sur la réforme des retraites24 milliards d'euros d'économie d'ici 2018 grâce à la réforme des retraites" annonce le tract. Si l'on additionne les 32 milliards d'euros d'économie permis par les mesures de report d'âge, les 4 milliards d'euros d'économie supplémentaires réalisés dans la fonction publique et 4,4 milliards de recettes provenant des hauts revenus et des revenus du capital, on arrive à une couverture de 82% des besoins de financement d'ici 2018… Les 18% de déficits accumulés pour la période qui ira de 2011 à 2018, soit plus de 56 milliards d'euros, ne seront pas financés.

-    Sur l'exonération des heures supplémentairesEn mettant bout à bout l'exonération fiscale, les exonérations de cotisations sociales, et les dépenses relatives aux heures supplémentaires nouvelles des fonctionnaires, on arrive à un manque à gagner de 4,5 milliards d'euros.

-    Sur le pouvoir d'achatSelon l'Insee, le pouvoir d'achat du revenu disponible des ménages a progressé de 3,1% en 2007, de 0,4% en 2008, de 1,6% en 2009 et de 0,4% en 2010.

En se basant sur l'indicateur de "revenu disponible par ménage" qui, lui, prend en compte l'évolution du nombre de foyers, on obtient une évolution moins favorable : +1,9% en 2007, -0,6% en 2008, +0,2% en 2009 et 2010, et, enfin, 0 en 2011.

-    Sur le commerce extérieurC'est une véritable catastrophe, Bercy a annoncé un déficit commercial avoisinant les 75 milliards d'euros pour 2011, soit pire encore qu'en 2008 (qui cumulait 56 milliards de déficit, un record !).

-   Sur les impôtsSarkozy s'était engagé à faire baisser les impôts en 2007 et au final il y aura eu une hausse de l'ordre de 20 milliards d'euros sur 2007-2012. Il y a deux périodes dans le quinquennat, la première connait des allégements de prélèvements, TEPA, TVA restauration. Durant la seconde, on resserre les boulons. Si c'est durant cette période que la réforme de la Taxe professionnelle réduit les prélèvements pour les entreprises (9,5 milliards la première année, puis 5 les suivantes), ces baisses d'impôts sont très largement compensées. Au total, le mandat s'achève avec un taux de prélèvement supérieur d'un point, environ 20 milliards d'euros.

Publicité
-    ConclusionNicolas Sarkozy ne met pas en regard le coup des mesures avec leur impact. Certes il y a eu quelques réductions de dépenses mais il ne les met pas non plus en balance avec une dette qui a augmenté de 500 milliards d'euros. Le rythme des dépenses a diminué mais pas les dépenses... " 

"Un quinquennat à 500 milliards", de Mélanie Delattre et Emmanuel Lévy, Ed. Mille et une nuits

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :