Des dizaines de milliers de fragments de Lune ont été rapportés des différentes missions Apollo. Mais 517 morceaux auraient disparu des locaux de la NASA. Les explications de Planet.fr.

Publicité

A la fin de l'année 2011, la NASA a fait un inventaire des divers matériaux spatiaux qu'elle avait récoltés lors des missions. Le résultat est sans appel : selon le New York Times, entre 1970 et 2010, 517 morceaux de Lune ont disparu de la collection.

Ces disparition auraient eu lieu après que les morceaux de Lune aient officiellement été prêtés. En effet, dans le cadre de la recherche scientifique, la NASA envoie régulièrement des fragments lunaires aux laboratoires. Certains scientifiques les auraient ainsi conservé sans pratiquer la moindre recherche à leur sujet. Le rapport signale même que d'autres morceaux de Lune auraient purement et simplement "disparu", car détruits, perdus ou vendus.

Des cadeaux diplomatiques pour épater
Mais les laboratoires et leurs scientifiques ne sont pas les seuls mis en cause. Les musées sont aussi très nombreux à conserver des morceaux de Lune pour attirer les visiteurs.

Par ailleurs, des morceaux de Lune ont souvent été offert comme cadeau diplomatique afin de signifier au reste du monde que l'Amérique est bien l'une des plus grandes puissances spatiales.

Même si la quantité de fragments de Lune disparu est plutôt minime compte tenu de ceux que la NASA possède, ces disparitions commencent à inquiéter l'agence spatiale américaine. Joseph R. Gutheinz, ancien agent de la NASA, s'est fait une spécialité de rechercher les précieux morceaux.

26 000 objets prêtés par la NASA
The Independant
raconte ainsi qu'il "interceptait les citoyens qui essayaient de vendre des rochers lunaires qu'ils avaient acquis de manière illégale au marché noir, parfois pour des millions de dollars. Maintenant, il essaye de les trouver où il peut, les endroits les plus probables étant une boîte à chaussures ou une cave".

On estime qu'en mars 2011, pas moins de 26 000 fragments d'objets spatiaux étaient prêtés par la NASA.

© MaxPPP

Ailleurs sur le web

les derniers articles Dossiers de la rédaction

Publiez votre commentaire

Publicité