Rien ne va plus entre Henri Guaino et Roselyne Bachelot ! A tel point qu'invité dans l'émission Le Grand Journal sur Canal+, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a affirmé que s'il devait passer 24 heuros dans la peau de l'ancienne ministre, il se suiciderait. Vidéo.

Publicité

Henri Guaino était lundi soir l'invité de l'émission Le Grand Journal sur Canal+. Comme tous les invités, à la fin de l'émission, il a été soumis à la "Boîte à questions", pièce dans laquelle les téléspectateurs posent les questions qu'ils souhaitent aux invités.

Parmi les questions qui lui ont été posées, Henri Guaino à été soumis à l'interrogation suivante : "Vous êtes Roselyne Bachelot pour 24 heures, que faîtes-vous ?". L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, tout jeune député des Yvelines, a alors répondu : "Je me suicide".

Il faut rappeler que depuis quelques temps, rien ne va plus entre les deux politiques. C'est la sortie du livre de Roselyne Bachelot A feu et à sang, Carnets secrets d'une présidentielle de tous les dangers qui a mis le feu au poudre. Sur France Info, lundi, Henri Guaino n'avait pas voulu commenter ce livre critiquant les conseillers de l'ancien président.

"Les auteurs ressemblent souvent à leur livre. C'est d'une profonde vulgarité"
Il avait tout de même déclaré ne pas vouloir commenter "un livre d'une telle vulgarité de pensée, d'attitude, de comportement, les auteurs ressemblent souvent à leur livre. C'est d'une profonde vulgarité". Il avait ajouté que "quand on fait des pieds et des mains pendant 5 ans pour être ministre et pour rester ministre, on a un peu de dignité [...] Si moi je n'assumais pas la totale responsabilité de ce qui s'est passé, je serais parti. Je ne suis pas parti, j'assume. Que les autres assument aussi. Ce n'est pas une question de loyauté, mais de dignité".

Sa réaction assez étonnante sur le plateau du Grand Journal n'est pourtant pas la seule du genre. Le Lab d'Europe 1 rappelle que le 2 avril dernier, Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle avait répondu à la question "Vous êtes Nadine Morano pour 24h, que faîtes-vous ?" par "Je me flingue".

La vidéo :

Ailleurs sur le web

les derniers articles Dossiers de la rédaction

Publiez votre commentaire

5 commentaires

M Guaino est généralement un

Portrait de stvi

 stvi

 M Guaino est généralement un type posé ,à condition de ne pas être contrarié ....

nous sommes tous un peu comme ça, c'est pour cette raison que je le trouve un peu plus proche des électeurs que les Coppé ,Fillon,Dati,Bachelot et cie .....   

Votez pour ce commentaire: 

Petit rappel historique : le

Portrait de jeanpierrebrax

 jeanpierrebrax

 Petit rappel historique : le « conseiller spécial » du président Nicolas Sarkozy, s'était emporté, le samedi 25 février sur France 3 Ile-de-France, lors d'un débat avec Jérôme Guedj, président socialiste du conseil général de l'Essonne. Les deux hommes y avaient été conviés parce qu'ils avaient été tous deux membres du conseil d'administration de la Fondation Marc Bloch, centre de réflexion sur les valeurs républicaines. Ce débat fut un grand moment.

Guaino réagit au quart de tour quand son contradicteur parla de « débat délétère », « indigne » sur l'identité nationale. Hors de lui, Guaino menaçait : « Si vous répétez indigne, on va arrêter là. Je ne viens pas sur des plateaux pour me faire insulter. Si je vous traite de sale con, ça va vous plaire ? », avait-il vociféré, alors que le débat tournait à la cour de récré. Tapant sur la table comme un enfant de quatre ans, Guaino continuait à crier : « Mais c'est insupportable à la fin, je peux parler oui ? Taisez-vous, vous avez assez parlé ! ». « Il faut prendre quelques jours de repos, on va vous mettre en vacances dans quelques mois", avait glissé, amusé, l'élu socialiste. « Soit il me laisse parler, soit je m'en vais », a poursuivi le conseiller élyséen. « Faut rester zen, M. Guaino », a poursuivi le socialiste. « Je ne suis pas zen avec quelqu'un avec qui on ne peut pas discuter », avait répondu M. Guaino.”

Votez pour ce commentaire: 

roseline je crois que le

Portrait de majaja

LA VIE EST DURE!

roseline  je crois que le régime a vraiment transformé ta tête  en petite cervelle tu avais avant ton passage au gouvernement toujours un mot pour riremais la arrete vite ton regime

Votez pour ce commentaire: 

J'approuve totalement la

Portrait de Paprika028

J'approuve totalement la réponse de Mr GAINO quant à la position de Mme BACHELOT.

C'est vraiment moche de cracher dans la soupe

Votez pour ce commentaire: 

jeanpierrebrax a dit : Petit

Portrait de jeanpierrebrax

 jeanpierrebrax

jeanpierrebrax a dit :

 Petit rappel historique : le « conseiller spécial » du président Nicolas Sarkozy, s'était emporté, le samedi 25 février sur France 3 Ile-de-France, lors d'un débat avec Jérôme Guedj, président socialiste du conseil général de l'Essonne. Les deux hommes y avaient été conviés parce qu'ils avaient été tous deux membres du conseil d'administration de la Fondation Marc Bloch, centre de réflexion sur les valeurs républicaines. Ce débat fut un grand moment.

Guaino réagit au quart de tour quand son contradicteur parla de « débat délétère », « indigne » sur l'identité nationale. Hors de lui, Guaino menaçait : « Si vous répétez indigne, on va arrêter là. Je ne viens pas sur des plateaux pour me faire insulter. Si je vous traite de sale con, ça va vous plaire ? », avait-il vociféré, alors que le débat tournait à la cour de récré. Tapant sur la table comme un enfant de quatre ans, Guaino continuait à crier : « Mais c'est insupportable à la fin, je peux parler oui ? Taisez-vous, vous avez assez parlé ! ». « Il faut prendre quelques jours de repos, on va vous mettre en vacances dans quelques mois", avait glissé, amusé, l'élu socialiste. « Soit il me laisse parler, soit je m'en vais », a poursuivi le conseiller élyséen. « Faut rester zen, M. Guaino », a poursuivi le socialiste. « Je ne suis pas zen avec quelqu'un avec qui on ne peut pas discuter », avait répondu M. Guaino.”

La bêtise n'est ni de droite ni de gauche. Par contre quand elle se vautre un sommet de l'Etat, elle en dit long sur l'état de ce que nous sommes encore obligés d'appeler notre "démocratie"...

Votez pour ce commentaire: 

Publicité