Les prix à la pompe battent de nouveaux records. Jusqu'où peuvent-ils monter ?

Les prix de l’essence se hissent sur de nouveaux sommets. Le litre de super sans plomb 95 a atteint 1,5563 € vendredi 13 janvier et celui du super sans plomb 98 est monté plus haut encore, à 1,5954 €, selon les chiffres communiqués lundi par le ministère du Développement durable.

Les prix à la pompe ont ainsi battu leurs records de mai 2011.

Les causes de cette flambée sont multiples. Le cours du pétrole brut a atteint 115 $ le baril en raison des craintes qui pèsent sur l'approvisionnement en provenance d'Iran et du Nigeria.

L'Iran est en effet menacé d’un embargo international sur ses exportations de pétrole brut à cause de son programme nucléaire et menace en retour la communauté internationale de bloquer le détroit d’Ormuz. Ce détroit constitue un passage stratégique par lequel transite 35 % du trafic pétrolier maritime de la planète.

Le Nigeria, premier producteur africain de pétrole brut, connaît pour sa part une grève générale due… au prix élevé de l'essence qui exaspère la population.

À ces tensions internationales qui font grimper le prix du brut vient s'ajouter un moment de faiblesse de l'euro face au dollar. Cette baisse de la monnaie unique renchérit le coût du pétrole importé en France, dont le prix est libellé en dollars.

Cette coïncidence entre un prix très élevé du baril de pétrole brut et une faiblesse de la monnaie dans laquelle on l’achète entraîne la hausse des prix à la pompe.

L'économiste Patrice Geoffron, directeur du Centre de géopolitique de l'énergie et des matières premières, décrypte la situation et l’évolution à attendre pour les prochains mois. 

Le prix du baril du litre d’essence va-t-il continuer à augmenter ?

"Tout va dépendre de la conjoncture dans laquelle on va entrer au cours des prochains mois. Deux tendances s’opposent actuellement : la Chine garde un taux de croissance assez dynamique, les États-Unis aussi, mais la zone euro donne de nouveaux signes de faiblesse. La manière dont ces deux phénomènes vont interagir peut faire augmenter les prix du pétrole ou les faire baisser significativement. Si la récession européenne se transmet au reste du monde, les prix baisseront fortement."

Les prix de l'essence sont donc plus liés à la conjoncture économique qu'aux tensions géopolitiques ?

"On constate aussi des tensions de nature géopolitique, sur le court et le moyen terme. La filière pétrole est éminemment géopolitique. On assiste en ce moment à des comportements d’achat à terme de protection, qui font monter les prix. Si l’Iran mettait à exécution sa menace de bloquer le détroit d’Ormuz on assisterait à une hausse violente et soudaine des prix, mais ce scénario est selon moi peu plausible."

Le prix du litre d’essence peut-il monter jusqu’à 2 € ?

"Il existe deux forces de rappel. Si le litre d’essence dépassait 2 €, la capacité de chacun à se déplacer serait remise en cause et la demande d'essence baisserait. Deuxièmement, si les ménages et les investisseurs industriels se projetaient dans un avenir où le prix du pétrole serait structurellement élevé, ils se mettraient à faire des choix alternatifs, comme changer de véhicule, passer au gaz naturel… Ces facteurs pourraient alors réduire la demande de pétrole et faire baisser les prix. 

Publicité
Il faut également souligner qu'en terme réel, c’est-à-dire après correction par le pouvoir d’achat, le prix d’achat du carburant à la pompe n’est pas plus élevé aujourd’hui que dans les années 1970. Quand on gagne le SMIC, il faut aujourd’hui travailler 10 à 12 minutes pour acquérir un litre d’essence."

 

A lire aussi sur Quoi.info :

Facebook, wikimedia et Twitter seront-ils fermés demain ?

Pourquoi le baillement est-il contagieux ?

Concordia : et maintenant on en fait quoi ?

Jean Dujardin : comment passe-ton des Nous c Nous aux Oscars ?

Abonnez-vous à la newsletter de Quoi.info

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :