Le tribunal d'instance de Paris vient d'accorder 800 euros de dédommagement à une jeune femme arrivée avec six heures de retard à destination. Son train avait été immobilisé suite à un problème de caténaire. Planet.fr vous propose de réagir à cette actualité.

Après plus d'un an de procédure, Céline Claret Coquet, jeune acupunctrice de 33 ans obtient gain de cause. La SNCF vient d'être condamnée à lui verser 800 euros en raison d'un retard de plus de six heures sur son trajet Lyon-Paris le 8 janvier 2010.

Ce matin-là, Céline Claret Coquet monte à bord du train de 8h au départ de Lyon. Quinze minutes plus tard, le train s'arrête à cause d'une rupture de caténaire. Les passagers à bord ne l'apprennent que deux heures plus tard. "On commençait à avoir froid et je ne pouvais pas prévenir mes clients de mon retard (en raison du problème de caténaire, le chauffage et les portables ne fonctionnaient pas)", raconte-t-elle au Figaro.fr.

"Défaut de ponctualité, de sécurité et d'information"Le train finit par arriver à 16h32 à Paris, alors qu'un trajet Lyon-Paris ne nécessite en temps normal que deux heures. La jeune femme, qui a perdu tous ses clients ce jour-là, raconte : "j'avais au moins huit rendez-vous qui m'attendaient dans la journée." Elle décide donc de demander réparation auprès de la SNCF pour "défaut de ponctualité, de sécurité et d'information".

Elle souhaite obtenir 4 044 euros (3 000 pour préjudice moral et 1 044 pour les honoraires non perçus), mais le tribunal ne lui accorde finalement que 800 euros : 300 euros pour les dommages et intérêts, et 500 euros pour les frais de justice.

Un cas qui pourrait faire jurisprudencePour l'avocat de Céline Claret Coquet, cette différence de somme s'explique par le fait "que nous n'avons pas pu justifier l'intégralité du préjudice subi".

Alors que tout le monde a cru le procès perdu d'avance, la décision du tribunal d'instance de Paris pourrait faire jurisprudence. Cinq autres passagers du même train réclament à leur tour un dédommagement. D'autres passagers victimes de retards sur d'autres trajets les suivront sans doute.

Publicité
Et vous, qu'en pensez-vous ? La SNCF a-t-elle à dédommager la jeune femme ? Ne risque-t-on pas de tomber dans un excès de plaintes ? La preuve du préjudice subi vous semble-t-elle nécessaire au dédommagement ? Planet.fr vous propose de réagir à cette actualité en cliquant sur ce lien.

© MaxPPP

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :