Le Haut conseil à l’intégration a présenté mardi au ministre de l’Intérieur un texte sur les obligations à respecter pour devenir Français. Extraits et contenu.

Vous souhaitez devenir Français ? Il va falloir signer auparavant  la Charte des droits et des devoirs du citoyen français afin d’être naturalisé en bonne et due forme. Le texte a été présenté mardi 15 novembre au ministre de l’Intérieur Claude Guéant, et interviendra lors de l’entretien d’assimilation qui finalise la demande des immigrés.

Le document de 20 pages, dévoilé par Le Figaro.fr, prévient d’entrée de jeu les candidats : " Vous souhaitez devenir Français. C'est une décision importante et réfléchie. Devenir Français n'est pas une simple démarche administrative. Acquérir la nationalité française est une décision qui vous engage et, au-delà de vous, engage vos descendants. "

Au-delà des explications sur les symboles et des valeurs du pays (liberté, égalité, fraternité, Marianne, etc.), la charte déclare certaines obligations à respecter : " Tout citoyen concourt à la défense et à la cohésion de la nation ". Ou encore: " En devenant Français, vous ne pourrez plus vous réclamer d'une autre nationalité sur le territoire français" . Voilà qui porte un terme au débat sur la double nationalité.

© Wikimedia

 

" Quand on est Français, on parle français " D’autre part, le niveau de français exigé a été augmenté : les candidats devront maintenant, comme dans le reste de l'Europe, avoir le niveau " fin de scolarité obligatoire " . Ce qui pourrait pénaliser les immigrés installés en France depuis longtemps sans connaitre la langue. Un sujet sur lequel s’est déjà exprimé Claude Guéant : " Quand on est Français, on parle français " a tranché le ministre de l’intérieur.

Les candidats devront aussi justifier d'un minimum de connaissances en histoire, culture générale et société française, de " niveau collège ". Le contrôle se fera probablement par un questionnaire… Le décret est en cours de validation pour être applicable en janvier.

Publicité
La charte ne fixe pas de conditions supplémentaires pour acquérir la nationalité, mais rappelle qu'il s'agit d'une adhésion : " C'est pour vous et pour vos descendants, la volonté d'adopter ce pays qui vous a accueilli et qui va devenir le vôtre, adopter son histoire, ses principes et ses valeurs et ainsi, en intégrant la communauté nationale, accepter de contribuer à le défendre et devenir un acteur solidaire de son avenir. En retour, la France vous reconnaît comme un citoyen de la République"

A lire aussi :

Marine Le pen : "je suis frappée par l'explosion de l'immigration"

Espace Schengen : renforcer le contrôle aux frontières européennes, qu'en pensez-vous ?

Marine Le Pen sur les traces de Claude Guéant au salon Milipol

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité