Suite à l'audience, lundi, de Nafissatou Diallo au cours de laquelle il lui a signifié sa décision, le procureur de New York Cyrus Vance a décidé de demander l'abandon des charges à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn. Les avocats de l'ancien patron du FMI ont confirmé dès lundi soir l'information.

MaxPPP

maxppp

Les paris vont bon train sur l'issue de l'audience

Depuis plusieurs jours, la rumeur circulait : le procureur, Cyrus Vance, devrait demander l'abandon des sept chefs d'accusation retenus contre Dominique Strauss Kahn, dont agression sexuelle, tentative de viol et séquestration. Cela signifierait donc que le procès n'aurait pas lieu et que l'ancien patron du FMI serait pénalement reconnu innocent aux yeux de la justice américaine. 

A la sortie de l'entrevue de sa cliente avec le procureur, l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thomson criait au déni de justice. "Le procureur de Manhattan Cyrus Vance refuse le droit à la justice d'une victime d'un viol", a-t-il déclaré, avant d'ajouter "Il n'a pas seulement tourné le dos à une victime innocente mais aussi aux preuves physiques et médicales".

 

Début juillet, l'affaire avait connu un revirement, lorsque la crédibilité de la plaignante avait été mise à mal. L'enquête a montré certaines discordances de la part de l'accusation : Nafissatou Diallo aurait menti sous serment, ce qui aux Etats-Unis amenuise considérablement ses chances d'obtenir gain de cause. Depuis, DSK peut circuler librement aux Etats-Unis, en attendant la séance du 23 août.

 

Une rumeur créée par le camp de l'accusation 

Kenneth Thomson lui-même, l'avocat très médiatisé de Nafissatou Diallo, laissait entendre depuis plusieurs jours que le procureur de New York pencherait vers un abandon des charges. Désespoir ou stratégie ? Toujours est-il que l'avocat new-yorkais voit la perspective d'une procédure au pénal définitivement enterré.

 

D'autres fuites ont par ailleurs fait état d'une rencontre, jusque-là tenue secrète, entre les avocats des deux parties. Celle-ci aurait été organisée par la défense, et aurait eu pour objectif de parvenir à un arrangement financier à l'amiable. Si les avocats de la femme de chambre du Sofitel ont évidemment démenti cette information, parlant de "nouvelle attaque sans fondement contre Mme Diallo", elle fragilise encore plus l'accusation.

 

Nafissatou Diallo devant le procureur

La plaignante déclare lors de sa première interview à Newsweek : "Je veux que justice soit faite, je veux qu'il aille en prison. Je veux qu'il sache qu'il y a des endroits où on ne peut pas utiliser son pouvoir, (...) son argent". Aujourd'hui, il semble que sa sortie surmédiatisée, dévoilant pour la première fois son visage au public, n'aura pas suffi après ses mensonges. 

 

Publicité
Quelques heures avant ce fameux rendez-vous, son avocat Kenneth Thompson avait fait une déclaration spectaculaire, au New York Times indiquant qu'il souhaitait qu'un procureur spécial soit nommé pour cette enquête. "Mme Diallo veut que Dominique Strauss-Kahn soit tenu responsable, dans toute la mesure de la loi, à la fois devant la justice criminelle et civile," déclarait-il, anticipant l'audience du lendemain. "Elle ne devrait pas voir son droit à un procès supprimé par les services du procureur de Manhattan". Il a déjà écrit une lettre en ce sens début juillet, qui est restée sans suite.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité