Alors qu'il risque de ne plus jamais pouvoir se faire entendre par la justice sur les abus sexuels que lui aurait fait subir son frère, Laurent, le fils de Philippe de Villiers, a choisi de raconter son drame dans un livre. L'Express a pu se procurer des extraits de son témoignage. Planet.fr vous en révèle une sélection.

Publicité

Exilé depuis 5 ans à l'étranger, Laurent de Villiers, le fils de Philippe de Villiers, revient en France pour la sortie de son livre Tais-toi et pardonne (Editions Flammarion), dans lequel il raconte que son frère, Guillaume, aurait abusé de lui lorsqu'il était plus jeune.

"Nous jouons, mais il ne faut pas en parler"
L'Express
a eu accès à des extraits du livre et les a publiés. On apprend ainsi que les faits supposés auraient débuté en 1994. Laurent, alors âgé de 10 ans, passe un moment avec son frère Guillaume, 16 ans à l'époque : "Il est doux. [...] Me dit qu'il va m'expliquer plein de choses indispensables, très importantes. Comme le sexe. [...] Il me dit que je suis son petit frère, qu'il m'aime. [...] Il me dit que nous sommes pareils, que nous avons le même problème, que nous sommes pervers, obsédés par le pêché de chair... [...] Il me dit que nous 'jouons', mais qu'il ne faut pas en parler."

Et parfois, les gestes se seraient faits plus violent. Le jeune Laurent, terrifié par son frère, aurait alors menti à ses parents en prétextant une chute dans les escaliers pour expliquer les hématomes sur son corps.

"Je positionne le canon du fusil face à mon visage, entre mes yeux"
Laurent de Villiers raconte que sa souffrance est telle qu'il pense même à mettre fin à ses jours. Il raconte ce fameux jour : "Calme, le fusil entre mes mains. Je sais ce qu'il me reste à faire. Je regarde le papier sur lequel j'ai griffonné à l'intention de papa, maman, mes frères et soeurs, un seul mot : 'Pourquoi ?'. J'enlève la sécurité. J'arme. Je positionne le canon du fusil face à mon visage, entre mes yeux. Ca devrait être rapide. [...] Mais dans le silence absolu de la maison, une sonnerie retentit. Mon portable". Ce coup de fil lui évite finalement de commettre l'irréparable.

Dans Tais-toi et pardonne, Laurent de Villiers est aussi très critique vis-à-vis de son père Philippe, qu'il accuse : "Et toi, papa, qui savais mais qui esquive. Combien de fois ai-je essayé de te parler et combien de fois as-tu détourné le regard ? [...] J'ose m'asseoir face à toi, le bureau entre nous. 'Papa, il faut que je te parle... de Guillaume'. Tu te lèves, fermes la porte et les fenêtres. Tu te rassois, me regardes. Enfin... 'Maman t'en a parlé.' Tu acquiesces et, pour la première fois, j'entends : 'Raconte-moi'. Je prends ma respiration. 'Voilà, papa...' Une sonnerie résonne. Ton portable."

"Cette histoire ne me regarde pas. C'est votre problème"
A ce moment-là, Laurent de Villiers prend ça comme "une invitation à quitter les lieux. Je m'exécute. La France ne peut pas attendre. Moi si." Une demi-heure plus tard, Philippe de Villiers aurait revu son fils, à qui il aurait déclaré avoir "réfléchi. Cette histoire ne me regarde pas. C'est votre problème".

A défaut d'avoir trouvé de l'aide au sein de sa famille, Laurent de Villiers choisit de se tourner vers la justice. Moins d'un mois après avoir reçu un email de son frère Guillaume dans lequel ce dernier reconnaît la gravité des actes qu'il lui a fait subir, Laurent décide de faire appel aux juges. "30 octobre 2006. J'ai honte. Je me sens coupable de porter plainte, d'être obligé de porter plainte. Je porte en moi la honte tenace d'avoir été souillé, sali. [...] Et je dois répondre, encore et toujours, à la question que je ne cesse de me poser : 'Pourquoi vous n'avez rien fait ?' Pourquoi ?... Parce que j'avais 10 ans, parce qu'il en avait 16... Parce que je n'avais ni la maturité intellectuelle ni la force physique".

"Il me demande de retirer ma plainte"
Finalement, Philippe, le père, et Laurent, le fils, finissent par avoir cette conversation trop souvent repoussée : "Je lui raconte le plus honnêtement du monde les raisons de mon action. Il m'écoute. Il me regarde. Il me laisse parler. Il opine de la tête. Lorsque j'ai fini, après un long silence, il se lance à son tour, me suppliant de lui donner mon pardon." Philippe de Villiers lui aurait alors promis qu'il allait s'occuper de lui : "J'arrête la politique. C'est fini, tu n'as plus besoin de te battre. A partir d'aujourd'hui, je vais te défendre. Il faut trouver une solution pour qu'on s'entende à nouveau. On peut sauver cette famille, toi et moi".

Laurent de Villiers aurait aveuglément suivi les conseils de son père. "Il me demande de retirer ma plainte. [...] Alors que je me remets à peine de notre discussion, il passe discrètement un coup de téléphone à son avocat. Une heure plus tard, une lettre tapée à la machine arrive à son appartement. Mon père m'assoit à sa table, me donne un stylo, du papier et me demande avec une infinie douceur de recopier la lettre de son juriste. [...] Je recopie et signe."

"Il va se suicider, ton frère, et tu l'auras sur la conscience !"
Malgré trois lettres de rétractation, le juge souhaite poursuivre l'enquête. Laurent de Villiers reçoit alors un coup de téléphone de son père. "Il faut que tu expliques au juge que tu as menti pour me faire du tort. Il te croira, puisque c'est ce que mon avocat lui a expliqué". Surpris, Laurent aurait affirmé ne pas comprendre : "On n'a jamais convenu de ça lors de la réconciliation ?". Furieux, Philippe de Villiers aurait hurlé : "Tu veux que ton frère aille en prison ? Hein, c'est ça ? Tu veux le voir derrière des barreaux ? Il va se suicider, ton frère, et tu l'auras sur la conscience !"

Le juge cherche cependant toujours à comprendre les différentes rétractations de Laurent de Villiers. Le jeune homme raconte que sa "famille s'est réorganisée et a inventé une tout autre version des faits. Ainsi, mon père, celui-là même qui m'avait promis son soutien et son aide, prend la plume pour expliquer au juge que c'est moi qui aurais demandé pardon en retirant ma plainte. [...] Durant la confrontation, Guillaume ne lâche rien. [...] Il s'est bien préparé. Dans les couloirs, je l'entends parler avec mon père au téléphone. Moi je n'ai rien d'autre que la vérité."

"Je ne suis plus le fils de personne"
Le 17 décembre 2010, la Cour d'appel de Versailles prononce un non-lieu à l'encontre de Guillaume de Villiers. La cour estime ainsi que les éléments à charge doivent être "relativisés" au regard des déclarations divergentes de Laurent de Villiers. Se trouvant selon elle confrontée à "deux thèses cohérentes", elle s'estime incapable de se prononcer.

Aujourd'hui, Laurent de Villiers cherche à se reconstruire et à tourner la page. "Dans quelques mois, je vais devenir citoyen américain. Je choisis le pays des rêves, de la renaissance et renonce à tout jamais à mon nom. La demande à l'immigration américaine pour le changer est en cours. Une seconde chance et un pays où je ne connais que l'amour. Aujourd'hui, je ne suis plus le fils de personne".

Le témoignage complet de Laurent de Villiers dans Tais-toi et pardonne, Editions Flammarion, 292 pages, 19 euros.

© MaxPPP

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

13 commentaires

Je viens de terminer le

Portrait de beafree

Je viens de terminer le témoignage de Laurent. Les mots qu'il emploie pour exprimer ces douleurs sont justes, je les reconnais. On ne peux effacer le passé on peut juste tenter de vivre avec, son combat est un passage obligé, la reconnaissance en tant que victime est primordiale. Je n'ai pas eu cette chance et 40 ans après cette horreur me ronge. Je lui souhaite courage et ténacité

 

Votez pour ce commentaire: 

j ai lu le livre de

Portrait de erwann83

j ai lu le livre de laurent!poignant , il a souffert en silence!face a cette famille ultraconservatrice!fait de faux semblant de mensonges d hypocrisies au nom de la sacro sainte église!leur propre fils ne pas l avoir écouter avoir laisser  faire le frére alors qu ils savaient !!honte sur eux!une mére n abandonne pas son enfant quoiqu il arrive!!j ai vécu ce drame aussi !mais cela n 'a duré que quelques mois !j ai encore les stigmates de certaines nuit !!!la nuit du chasseur !!qui ont changé ma sexualité!! j aurai aime parler avec laurent de villiers !!belle vie a lui et sa femme!

Votez pour ce commentaire: 

Se taire au nom du quand dira

Portrait de jeanjean80

 

Se taire au nom du quand dira t'ont qu'elle hypocrisie et qu'elle lâcheté!!!Courage Laurent on

pense à toi ,de belles choses sont encore possible .

 

 

Votez pour ce commentaire: 

Bonjour, Ce qu'a subi ce

Portrait de kraepelin

 Bonjour,

Ce qu'a subi ce jeune homme s'avère révélateur de la barbarie que recèle la nature humaine. Toutefois n'oubions pas la souffrance de toute cette famille. Philippe de Villiers fut lui même atteint dans son corps et dans son psychisme car il est à penser que son cancer à l'oeil était d'origine psychosomatique. Le danger consiste à caricaturer outrageusement  une famille dont l'éducation catholique répressive serait à l'origine de tous les maux. C'est un schéma simpliste , même s'il comporte une part de vérité. La perversité sexuelle se trouve dans tous les milieux sociologiques. A travers ce drame, il n'est pas certain qu'on ne cherche pas  à établir une sorte de dénonciation trés excessivement généralisatrice  d'un certain type de famille à la façon d'Hervé Bazin. L'idéologie se profile derrière le fait divers.

Votez pour ce commentaire: 

courage Laurent, bonne chance

Portrait de Paule H

 courage Laurent, bonne chance dans ta nouvelle vie, j'ai un neveu Laurent également qui s'est donné la mort à 30 ans pour ne pas avoir été entendu, je crois que je ne pourrai jamais m'en remettre je n'avais rien vu il ne fallait pas en parler quel gachis! refait ta vie au loin et oublie les " méchants"

 

Votez pour ce commentaire: 

On dépasse les clivages

Portrait de annclaire

 On dépasse les clivages politiques et commentaires polémiques de tout ordre , il faut souhaiter que Laurent se reconstruise comme il le pourra, loin de l'abjection, des souffrances intolérables de son enfance "nul ne guérit de son enfance" mais qu'il coule des jours plus heureux loin de cette famille qui l'a amené à penser au suicide....

Bonne route à lui 

Votez pour ce commentaire: 

Ce témoignage est poignant.

Portrait de francois85

Ce témoignage est poignant. Vendéen, je sais ce que notre département doit à PH De Villiers. Je sais aussi quelles étaient les méthodes de gouvernance de ce Monsieur, et je ne suis en rien surpris du climat familial qui pouvait exister dans cette famille... Ph De Villiers a tout sacrifié pour son rêve politique... je me suis toujours mefié de cet homme, et j'ai toujours pressenti le fossé qui existait entre l'ETRE et le PARAITRE... Et j'ai toujours denoncé son intrusion dans les affaires de l'Eglise locale (diocèse de Luçon)!

Votez pour ce commentaire: 

Décidément, chez les

Portrait de Usha

Décidément, chez les catholiques , il y a visiblement un problème par rapport au sexe ....... C'est dans la même lignée que les prêtres pédophiles, etc ....D'un côté on prêche une rigueur extrême et de l'autre, on s'envoit en l'air dans les plus scabreuses conditions.Dégoutant

Votez pour ce commentaire: 

Et dire que son père voulait

Portrait de Micipsa

Et dire que son père voulait rééduquer le peuple français par ses "valeurs morales".

Votez pour ce commentaire: 

Je suis scandalisée et peinée

Portrait de papillon61

Je suis scandalisée et peinée pour ce fils (Laurent) non soutenu et trompé par son père . Ce que lui a fait subir son frère est immonde et il mérite de croupir en prison pour le restant de ses jours !! Mais le père , à sa façon en mérite tout autant ...quel salaud !! De tout coeur avec  Laurent... et j'espère qu'il trouvera un jour la paix et l'oubli......

Votez pour ce commentaire: 

Pages

Publicité