Publicité

4. Pas d'augmentation de l'impôt sur le revenu

La proposition du gouvernement
Rassurez-vous ! Bien que cette mesure ait été demandée par de nombreux membres de la majorité, il n'y aura pas d'augmentation de l'impôt sur le revenu. La raison est simple : cela aurait un effet politiquement "désastreux" surtout à un an des prochaines élections présidentielles.

Sachez tout de même que certains parlementaires y restent très favorables et souhaiteraient la création d'une tranche supplémentaire, de 45%, pour les très hauts revenus. Des amendements pourraient donc être déposés en juin lors de l'examen du projet de réforme par le Parlement.
 

Et aussi : il n'y aura pas non plus d'augmentation sur la CSG, la CRDS et l'impôt sur les sociétés.

Ailleurs sur le web

les derniers articles Dossier réforme fiscale

Publiez votre commentaire

9 commentaires

Le discours d'investiture

Portrait de Scatologue

Mundus vult dicipi (le monde veut être trompé)

Le discours d'investiture d'Abraham Lincoln précise la notion du capitalisme et de la richesse d'une nation : On n'entrichi pas le pauvre en apauvrissant le riche. L'ISF est une de ces abération bien Française qui engendre la fuite des capitaux vers d'autres Pays.

Seuls ceux qui ne peuvent partir sont obligé de subir cette contrainte fiscale ce qui ne les empêche pas d'investir les capitaux disponibles ailleurs au lieu de la France. Celui qui est riche au point de payer l'ISF n'a pas acquis cette richesse sans rien faire, même si cela est de la spéculation. Prendre le fruit de ses actions ne donne pas vraiment envie d'investir, mais de fuir.

Si l'ISF s'applique aux citoyens Français, il faudrais également taxer les "hedge found" qui par leurs actions spéculatives peuvent mettre a mal nos entreprises cotées en bourse. En ce sens, aucun fond Etranger ne devrais avoir la possibilité de détenir plus de 25 % du capital d'une entreprise Française, cela éviterais le transfert technologique ainsi que les brevets détenus par ces dernières (je fais allusion a Arcelor).

Pour ma part, si j'avais des capitaux a investir, je me garderais bien d'acquérir en France.

Votez pour ce commentaire: 

Le discours d'investiture

Portrait de Scatologue

Mundus vult dicipi (le monde veut être trompé)

Le discours d'investiture d'Abraham Lincoln précise la notion du capitalisme et de la richesse d'une nation : On n'entrichi pas le pauvre en apauvrissant le riche. L'ISF est une de ces abération bien Française qui engendre la fuite des capitaux vers d'autres Pays.

Seuls ceux qui ne peuvent partir sont obligé de subir cette contrainte fiscale ce qui ne les empêche pas d'investir les capitaux disponibles ailleurs au lieu de la France. Celui qui est riche au point de payer l'ISF n'a pas acquis cette richesse sans rien faire, même si cela est de la spéculation. Prendre le fruit de ses actions ne donne pas vraiment envie d'investir, mais de fuir.

Si l'ISF s'applique aux citoyens Français, il faudrais également taxer les "hedge found" qui par leurs actions spéculatives peuvent mettre a mal nos entreprises cotées en bourse. En ce sens, aucun fond Etranger ne devrais avoir la possibilité de détenir plus de 25 % du capital d'une entreprise Française, cela éviterais le transfert technologique ainsi que les brevets détenus par ces dernières (je fais allusion a Arcelor).

Pour ma part, si j'avais des capitaux a investir, je me garderais bien d'acquérir en France.

Votez pour ce commentaire: 

A elsa Vous avez demandé aux

Portrait de greippi

Jusqu'ou les dirigents de notre pays pensent-ils qu'ils peuvent aller, tout augmente, cela se vérifie toutes les semaines en faisant les courses et on veut nous faire croire que tout va bien comment les personnes qui ont peut de moyens vont continue

A elsa

Vous avez demandé aux agriculteurx de l'ile de Ré, si leur revenue de retriate leur permettent de payer l'ISF simplement parcequ'ils habitent une ile "chic et cher" parceque quelques fortunés sont allés sur cette ile en vilégiature, pensez-vous que leur malheureuse retraite leur  permettent de dépenser autant ?

Votez pour ce commentaire: 

c'est toujours sur les mêmes

Portrait de elsa

c'est toujours sur les mêmes qu'on tape à savoir  les classes moyennes :supprimer le bouclier fiscal c'est très bien mais pas l'isf  car ceux qui la paient ont vraiment les moyens ;il suffisait de l'alléger un peu et cela serait plus JUSTE    Ne vous etonnez pas si le pen arrive en tête des sondages c'est tout à fait prévisible en procédant comme vous le faites

Votez pour ce commentaire: 

Une société d'assistés

Portrait de a.raf

Une société d'assistés immoraux

Je ne suis pas riche, mais l'idée même que l'on me prenne plus de la moitié de mes revenus, me révulserait. Les riches "consomment" ils davantage de service public que moi ?.... je ne le pense pas. Il me semblerait plus moral que l'on s'intéresse à la contribution de ceux qui reçoivent beaucoup, parfois même l'essentiel de leurs ressources de la solidarité publique. Cette contribution, si elle n'était pas financière, pourrait consister en la justification RIGOUREUSE des démarches entreprises afin que cesse cet assistanat.

Notre société part à la dérive morale : Bien que manifestement nous n'aimions pas ceux qui réussissent, nous voudrions leur imposer un plus grand effort de solidarité, tout en n'exigeant rien de ceux qui reçoivent et finissent par considérer que cela leur est dû ! honteux !

Quand donc nos dirigeants alternatifs vont ils comprendre qu'il faut diminuer nos dépenses, et encore et même davantage et cesser cet endettement mis à la charge de nos enfants, petits enfants et arrières, arrières petits enfants.

Cette situation montre clairement le fossé culturel existant entre les citoyens.

Votez pour ce commentaire: 

a.raf a dit : Une société

Portrait de jrdelagueucherette

a.raf a dit :

Une société d'assistés immoraux

Je ne suis pas riche, mais l'idée même que l'on me prenne plus de la moitié de mes revenus, me révulserait. Les riches "consomment" ils davantage de service public que moi ?.... je ne le pense pas. Il me semblerait plus moral que l'on s'intéresse à la contribution de ceux qui reçoivent beaucoup, parfois même l'essentiel de leurs ressources de la solidarité publique. Cette contribution, si elle n'était pas financière, pourrait consister en la justification RIGOUREUSE des démarches entreprises afin que cesse cet assistanat.

Notre société part à la dérive morale : Bien que manifestement nous n'aimions pas ceux qui réussissent, nous voudrions leur imposer un plus grand effort de solidarité, tout en n'exigeant rien de ceux qui reçoivent et finissent par considérer que cela leur est dû ! honteux !

Quand donc nos dirigeants alternatifs vont ils comprendre qu'il faut diminuer nos dépenses, et encore et même davantage et cesser cet endettement mis à la charge de nos enfants, petits enfants et arrières, arrières petits enfants.

Cette situation montre clairement le fossé culturel existant entre les citoyens.

 

Votez pour ce commentaire: 

Encore une fois, le

Portrait de clint66

 

 

Encore une fois, le gouvernement se trompe de cibles, et la France n'est pas l'Allemagne où l'économie de marché se porte bien mieux. Il faut comparer ce qui peut l'etre. En supprimant la déductibilité des charges incombant au fonctionnement des entreprises, je doute fort que ces dernières créent des postes et embauchent, empechant la relance de l'économie. Sarkozy a encore une fois changé d'idée, montrant qu'il n'est qu'un pantin aux mains des "VRAIS DIRIGEANTS" : les très grands patrons du Capital. Ce sont toujours les memes qui "trinquent" : les PMI et les PME, ainsi que la classe "moyenne". Les pauvres eux, n'ont déja plus rien pour survivre.

 

Votez pour ce commentaire: 

clint66 a dit : Encore une

Portrait de a.raf

clint66 a dit :

Encore une fois, le gouvernement se trompe de cibles, et la France n'est pas l'Allemagne où l'économie de marché se porte bien mieux. Il faut comparer ce qui peut l'etre. En supprimant la déductibilité des charges incombant au fonctionnement des entreprises, je doute fort que ces dernières créent des postes et embauchent, empechant la relance de l'économie. Sarkozy a encore une fois changé d'idée, montrant qu'il n'est qu'un pantin aux mains des "VRAIS DIRIGEANTS" : les très grands patrons du Capital. Ce sont toujours les memes qui "trinquent" : les PMI et les PME, ainsi que la classe "moyenne". Les pauvres eux, n'ont déja plus rien pour survivre.

 

 

"Les pauvres eux, n'ont déja plus rien pour survivre" écrivez vous et, à vous lire, on penserait que la pauvreté serait une sorte de calamité de naissance et les riches, dont je ne suis pas, des nantis qui sont tous nés dans un berceau doré ; il n'en est rien, bien évidemment.

Tous les riches ne sont pas d'infames profiteurs et tous les pauvres des travailleurs et citoyens exemplaires.

Je ne comprends pas à quel titre un citoyen riche devrait consacrer une partie de sa fortune à la collectivité ; consommerait il davantage de service public ? La dérive morale de notre société est telle qu'une telle revendication au nom de la solidarité, nous semble normale, alors que celui qui reçoit beaucoup ne doit rien à personne et surtout ne rend pas compte de l'usage qu'il peut faire des fruits de notre labeur.

Qu'à titre individuel, un riche ou un citoyen de la classe moyenne décide d'aider son prochain, parce qu'il le connaît, sait les efforts que la personne en détresse a pu faire pour s'extraire de sa condition, je le comprends, mais le système actuel de ponction obligatoire puis de la distribution pour ne pas dire dilapidation des deniers publics, me laisse d'autant plus mécontent que nos dépensiers publics se montrent ainsi bien méprisants avec l'argent que nous avons durement acquis.

Bien que non concerné, je trouve particulièrement immoral que l'on ponctionne, même à un très riche, plus de la moitié de ses ressources, cette moitié étant d'abord utilisée par nos dirigeants, par nos élus ensuite et le reste souvent mal engagé dans des dépenses somptuaires ou dilapidé dans un assistanat élevé au rang d'institution.

 

Votez pour ce commentaire: 

clint66 a dit : Encore une

Portrait de prrline

clint66 a dit :

Encore une fois, le gouvernement se trompe de cibles, et la France n'est pas l'Allemagne où l'économie de marché se porte bien mieux. Il faut comparer ce qui peut l'etre. En supprimant la déductibilité des charges incombant au fonctionnement des entreprises, je doute fort que ces dernières créent des postes et embauchent, empechant la relance de l'économie. Sarkozy a encore une fois changé d'idée, montrant qu'il n'est qu'un pantin aux mains des "VRAIS DIRIGEANTS" : les très grands patrons du Capital. Ce sont toujours les memes qui "trinquent" : les PMI et les PME, ainsi que la classe "moyenne". Les pauvres eux, n'ont déja plus rien pour survivre.

 

c est la stricte vérité malheureusement pour nous classe des pauvres, mais le gouvernement n en a que cure. Pourvu  qu il ai les poches pleine, les autres n' ont qu à se debrouiller.On comprend la delinquence actuelle                   
 

Votez pour ce commentaire: 

Publicité