Claudy LEBRETON est le Président de l'ADF (Assemblée des Départements de France). Il explique dans une interview à Planet.fr le poids du financement actuel de la dépendance pour les départements français, et donne son avis sur la réforme à venir.

Comment expliquer en quelques mots ce qu’est la dépendance ?

Avant toute chose, le terme de « dépendance » utilisé par Nicolas Sarkozy, n’est, à mon sens, pas le plus approprié. Il traduit sans doute sa volonté de se confronter à la question la plus urgente : le financement des deniers moments de vie des personnes âgées. Alors qu’au sens large, c’est la question de l’autonomie qui est posée.Il est très difficile de « cloisonner » la dépendance dans une définition. En effet, imaginez une personne physiquement fonctionnelle mais qui aurait perdu la raison, ou à l’inverse une personne qui a toute sa tête mais qui ne commande plus son corps… Aujourd’hui, les critères de dépendance, et donc le montant des allocations, sont classés selon un indice : les groupes iso-ressources (GIR), étalés de 6 à 1. 6 étant le premier stade de dépendance, et 1 le plus sévère.

Publicité
Aujourd’hui, il n’y a jamais de débat philosophique et sociétal portant sur le sujet de la réforme, avant que celle-ci ne soit engagée . Il faudrait d’abord fixer les objectifs de résultats avant de déterminer ceux de moyens.Dans le cadre de la réforme annoncée, il est clair que la perte d’autonomie est un risque, au même titre qu’une maladie - alors que le vieillissement ne l’est pas, puisqu’il est naturel et universel. Cela devrait conduire la société entière à s’interroger sur la dignité, la solidarité, l’humanité. Ce qui m’intéresse, donc, c’est le bien vieillir, qui doit être un objectif de société. Il faut s’interroger sur la façon la plus appropriée d’accompagner les personnes âgées, avec un auxiliaire de vie sociale s’il le faut, ou un système de vidéosurveillance pour leur permettre de rester chez eux. Beaucoup d’innovations ont été faites au niveau départemental. C’est un sujet passionnant, et on ne peut pas s’en désintéresser.

Publicité