Soutenu par la NASA, Anjan Contractor, ingénieur et patron de l’entreprise System & Materials Research Corporation travaille actuellement à la conception d’une imprimante 3D capable de fabriquer de la nourriture, notamment de la pizza.

On a du mal à y croire et pourtant. Révélé par le site Quartz mardi 21 mai, cet étonnant projet d’imprimante créant de la vraie nourriture en 3D semble bien réel. Le principe ? Fabriquer de la nourriture comme on imprime un texte, c’est-à-dire couche par couche, à partir de cartouche de poudre et d’huile.

Une sorte de cuisine moléculaire poussée à l’extrême qui ne fait pas forcément rêver, mais l’ingénieur mécanique à la base du projet a rappelé que ce genre de poudre existait déjà. "Nous avons réduit tous les glucides, protéines, macro et micronutriments en poudre. Pour la faire tenir 30 ans, il suffit d’en ôter l’humidité", explique t-il.

La nourriture de l’espace ?Séduite par le projet, la NASA fait parvenir un chèque de 125 00 dollars (97 000 euros) à la société d’Anjan Contractor afin de financer son projet de "synthétiseur universel de nourriture". La bourse accordée pour cette fabrication de cuisine moléculaire a un but précis pour l’agence spatiale américaine : trouver l’alimentation du futur pour les astronautes.

Il s’agirait d’une véritable révolution pour ces derniers, contraints de se nourrir de repas lyophilisés lorsqu’ils passent de longs séjours loin de la Terre. Selon le site d’information high-tech The Verge, le fonctionnement de l’imprimante à pizzas serait être le suivant : une couche de pâte, cuite pendant l’impression, une saute tomate à base de poudre de tomate, d’eau et d’huile, avant de finir par une couche de protéines.

Un projet ambitieuxBien que la NASA ait choisi d’investir dans ce projet fou, Anjan Contractor ne s’arrête pas là et voit déjà beaucoup plus loin. Il imagine un usage bien plus universel que les seules navettes spatiales. Selon lui : "les systèmes actuellement en place ne suffiront plus à nourrir la population mondiale dans peu de temps. Nous devons donc changer notre perception de ce que nous considérons comme de la nourriture".

Publicité
Il espère donc, avec son invention, mettre un terme à la faim dans le monde. Il explique que si "l’idée de manger des plats imprimés n’est pas très appétissante, c’est parce que nous avons les moyens d’acheter de bons produits" et d’ajouter "ce ne sera plus le cas quand nous serons 10 milliards sur Terre", rapporte Quartz. Pour le moment, le prototype d'imprimante à nourriture n'a pu imprimer que du chocolat, mais il donne déjà des raisons d'espérer.

© Sonia Greffrier/Wikimédia Commons