Le sujet polémique de la redevance télé appliquée aux tablettes et aux ordinateurs revient sur le devant de la scène. En effet, l'audiovisuel public, privé de publicité après 20 heures depuis 2009, a besoin d'une nouvelle source de financement.

Une piste est avancée : l'extension de la redevance télé aux ordinateurs et aux tablettes. Dans un entretien accordé au journal Le Monde lundi 17 juin, le porte-parole du PS, David Assouline, s'est déclaré favorable à une application de cette redevance aux nouveaux écrans. Il a défendu cette extension dès lors qu'"il y a un capteur permettant de recevoir l'audiovisuel public".

En effet, le sénateur soutient l'idée que "si cette contribution reste assise sur les seuls téléviseurs, de plus en plus de foyers pourront ne pas contribuer, ce qui créera une inégalité et rendra à terme la contribution caduque". Pour lui, il s'agit d'une "ressource pérenne, cohérente, qui a du sens".

 Pourquoi réformer ?
Depuis que le précédent gouvernement a supprimé la publicité après 20 heures, le groupe France Télévision est confronté à de grosses difficultés budgétaires. En compensation, la précédente majorité avait décidé de taxer les opérateurs de télécoms et les fournisseurs d'accès à Internet à hauteur de 0,9% de leur chiffre d'affaires. Seulement voilà, la Commission européenne a demandé à la France d'abolir cette taxe.

Alors si le 27 juin, l'Union européenne confirme l'annulation de cette taxe, cela "créerait un manque à gagner supplémentaire de 200 millions d'euros pour l'audiovisuel public", a estimé David Assouline. Voilà pourquoi le groupe de travail réfléchit à une solution alternative, car si la "taxe Copé" est supprimés, il va falloir aller chercher cet argent ailleurs.

Une mesure qui divise
Déjà présentée puis repoussée par la gauche et par la droite en 2012, cette mesure divise. Elle sera normalement proposée à l'automne en vue de la loi de finances 2014, mais tout le monde n'y adhère pas de la même manière.

Publicité
En effet, si l'extension de la redevance TV aux nouveaux écrans séduit la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, d'autres suggèrent plutôt de l'appliquer aux résidences secondaires, d'augmenter son montant, ou encore de rétablir partiellement la publicité après 20 heures.

© leondel/Flickr