Le dernier baromètre de la société E-mail Brokers met le doigt sur les sites commerçants qui ne respectent pas les dispositions législatives françaises, mais qui sont pourtant bel et bien présents sur le marché. Les détails avec Planet.fr.

La société belge E-mail Brokers, spécialiste de la vente de bases de données de contact, a publié son dernier baromètre de l'e-commerce en France. Et le verdict n'est pas terrible... Selon l'association E-commerce France, le e-commerce représente 53 milliards d'euros par an en France. Mais beaucoup des sites marchands sont dans l'illégalité.

E-mail Brokers a étudié pas moins de 2,2 millions de sites professionnels français de e-commerce, et s'est aperçu que seulement 8% de ces sites étaient de vrais sites de e-commerce. Les 92% restant ne sont que des "sites vitrine". Dans le reste de l'Europe, le pourcentage de réels sites de e-commerce atteint en moyenne entre 15% et 20%. L'étude remarque également "un certain retard de la mise à jour technique des sites, des lacunes dans le soin apporté au référencement, et surtout le coût de la création d'un site, qui est 3 à 4 fois supérieur à la moyenne européenne".

"Le non-respect de la légilsation traduit souvent un certain amateurisme"Mais le principal problème selon l'étude se situe ailleurs... La très grosse majorité des sites de e-commerce français ne respectent pas la loi... Ainsi, sur les 2,2 millions de sites étudiés, 79% ne présentent pas les mentions légales. Pire, 94,5% des sites ne font pas référence à la protection de la vie privée. Ce n'est pas beaucoup mieux du côté des 220 000 vrais sites de e-commerce recensés, puisque 40% n'indiquent pas les conditions générales de vente, 67% ne présentent pas les mentions légales, et 89% ne précisent pas le droit d'accès et de rectification de ses données personnelles.

Le patron de E-mail Brokers explique que "en France, le non-respect de la légilsation traduit souvent un certain amateurisme. Et même la réglementation est souvent trop laxiste : ainsi, n'importe qui peut créer un site de e-commercen sans autorisation préalable." C'est donc la porte ouverte à de nombreux sites créés par des étrangers, avec la terminaison ".fr". Entre 2011 et 2014, le nombre de sites de e-commerce étranger en ".fr" est passé de 0 à 311 039.

Publicité
E-mail Brokers continue : "et c'est ainsi que des entreprises chinoises ou allemandes créent des sites en ".fr" pour partir à la conquête du marché français, alors qu'elles ne disposent pas de SAV en France, et n'y paient ni TVA ni impôts sur les sociétés car elles ne sont pas basées dans l'Héxagone, même si leur site y est accessible".

En vidéo sur le même thème : L'évolution de votre bureau de travail entre les années 80 et 2014