Il vous semble que vos charges de copropriété s’alourdissent d’année en année ? En étudiant les frais de gestion et en utilisant certaines astuces pour réduire les dépenses courantes, il est possible d’économiser plusieurs centaines d’euros par an pour chaque appartement. Explications.

1 – Syndic : revoyez à la baisse certains honoraires

Dans un immeuble, peu de copropriétaires regardent de près la gestion de l’immeuble par leur syndic. Et pourtant, en étant un peu plus attentif, il peut y avoir des répercussions parfois importantes sur la facture.

Négocier le tarif des tâches : pour assurer plus de transparence, depuis 2015, un contrat-type impose le principe d’une rémunération forfaitaire pour les actes de gestion courante : remplacement du personnel, temps consacré aux photocopies, mise sous pli, installation de la salle pour l'assemblée générale... Les prestations particulières ouvrent droit cependant à des rémunérations complémentaires, qui peuvent être tout à fait négociées avec le syndic.

Pensez-y : le choix de votre syndic ne doit pas être uniquement basé sur ses tarifs. Prêtez attention à sa réputation, sa proximité ou encore sa disponibilité. Assurez-vous également que tous les contrats sont bien honorés.

Et aussi : si vous êtes une petite copropriété (moins de 20 lots), vous pouvez également vous lancer dans la création d’un syndic bénévole, qui vous fera faire d’importantes économies.

2 – Eau froide : faites baisser la note

N’étant pas obligatoires dans les anciens immeubles (construction avant 2007), les compteurs d’eau froide individuels (contrairement à l’eau chaude) n’existent pas toujours. La facture est alors répartie entre les copropriétaires en fonction des millièmes de charges. Un système souvent considéré comme injuste car une personne seule habitant un appartement de 70m2 paiera la même chose qu’une famille de 4 personnes logeant dans la même superficie, ou qu’un coiffeur, gros consommateur d’eau, qui occupe le bas de l’immeuble dans le même espace !

La mise en place de compteurs individuels est souvent la solution. Leur installation a fait ses preuves avec une baisse de la consommation en moyenne de 20 %*. Et aussi : veiller à faire entretenir la robinetterie des parties communes pour éviter d’éventuelles fuites d’eau qui pourraient alourdir la note**, et à renégociez régulièrement (tous les 2 à 3 ans) les contrats d’entretien.

* Certaines habitudes à adopter au quotidien permettent également de réduire considérablement sa facture d’eau, comme remplacer le bain par la douche, ou encore fermer le robinet lorsque l’on se savonne les mains. ** La consommation d'eau froide pour les parties communes ne doit pas dépasser 5 % du total des consommations privatives.

3 – Le chauffage collectif : oubliez la surchauffe

Le chauffage représente le poste le plus important au niveau des charges. Pour faire baisser la note, prendre certaines habitudes comme baisser la température de son logement d’1°C permet de réaliser plus de 7 % d’économie.

Mais aussi : 80 % des contrats de chauffage en copropriété sont des contrats de "moyens". Le chauffagiste assure le bon fonctionnement de la chaudière mais pas son rendement optimum. Mieux vaut alors négocier un contrat d'objectifs qui obligera le spécialiste à assurer une consommation optimale et par conséquent une facture plus légère. Pensez aussi à faire vérifier le rendement de la chaudière* et à mettre en concurrence les différents fournisseurs d’énergie.

Sachez-le : depuis 2017, dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, certains immeubles équipés d’un chauffage collectif doivent faire poser** une installation pour déterminer la quantité de chauffage utilisée pour chaque logement. Ainsi, une fois par an, le syndic de l’immeuble relève les données recueillies par les appareils et envoie à chaque occupant un relevé de sa consommation d’énergie pour le chauffage. Ceux qui font attention à leur consommation voient leur facture baisser.

* Un bon réglage permet d'économiser jusqu'à 12 % sur la note globale. ** si cela est techniquement possible et si cela n’implique pas un coût trop important. La date de mise en service de ces appareils diffère selon la performance énergétique de l’immeuble : du 31 mars 2017 pour les plus énergivores, et jusqu’au 31 décembre 2019 pour les plus performants. Près de 5 millions de logements sont concernés par l’individualisation des frais de chauffage.

4 – Il n’y a pas de petites économies

L’éclairage du hall d’entrée, des couloirs, du palier, de l’ascenseur, du parking… consomme de l’énergie. Pour faire baisser la note, procédez à de nouveaux réglages des minuteries dans l'immeuble ou remplacez-les par des détecteurs de présence. Pensez également à remplacer les ampoules par des Leds, plus économes. 

Revoir les contrats du personnel et d'entretien* : sans tout bousculer d'un coup, il est important de revoir chaque contrat pour voir s'ils sont encore utiles et adaptés à l'évolution de la copropriété. Peut-être n'est-il plus nécessaire de payer une femme de ménage 20h/semaine, alors que 10h suffiraient, de facturer une personne pour les petits travaux alors qu'il s'agit d'une tâche mentionnée dans le contrat du gardien… Pour ce faire, réclamez l'ensemble des contrats et analysez l'évolution de leurs tarifs et des prestations (pas toujours honorées !).

Publicité
Dénoncer également les contrats inutiles comme un contrat de dératisation alors qu’aucun rongeur n’a jamais montré un bout de patte ou un contrat de réparation du digicode alors que celui-ci tombe en panne une fois tous les 10 ans.

* Contrat d'entretien pour la chaudière, l'ascenseur, le nettoyage et la sortie des poubelles, les espaces vers, la gérance de l'eau, le contrat de robinetterie...

 En vidéo - La vie immo : Changer de syndic en faisant appel à un courtier

mots-clés : Copropriété, Facture

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet